Revue de presse (Proche-Orient), semaine du 25 juin

Réunion du Quartette pour la paix au Proche-Orient


Le Quartette pour la paix au Proche-Orient, qui rassemble les Etats-Unis, l’Union européenne, la Russie et les Nations unies, a achevé ses discussions mardi 26 juin à Jérusalem pour étudier la situation au Proche-Orient.

Cette réunion qui aura duré trois heures survient au lendemain du sommet de Charm el-Cheikh (Egypte). Elle était notamment destinée à apporter un soutien au président palestinien Mahmoud Abbas dans son bras de fer avec le Hamas.

A cette occasion, le Quartette devait désigner le Premier ministre britannique sortant Tony Blair comme négociateur de haut rang pour la région, a rapporté le Financial Times du lundi 25 juin.

Fouad Siniora reçu à l’Elysée


Le Premier ministre libanais Fouad Siniora a été reçu mardi 26 juin par le président français Nicolas Sarkozy à l’Elysée, alors que le Liban connaît une profonde crise politique et que les combats se poursuivent près du camp palestinien de Nahr el-Bared, entre l’armée et le groupuscule islamiste Fatah al-Islam (En arabe : Conquête de l’Islam).

Une réunion des forces politiques libanaises devrait se tenir en France mi-juillet, dans le but de favoriser le dialogue entre les différentes formations libanaises, au moment où le pays est paralysé par le face à face entre le gouvernement de Fouad Siniora soutenu par les Occidentaux et l’opposition bénéficiant de l’appui de la Syrie et de l’Iran, a rapporté l’agence de presse américaine Associated Press.

Un sénateur américain propose une nouvelle stratégie en Irak


Le sénateur américain Richard Lugar, haut responsable républicain et jusque-là soutien solide du président George W. Bush dans sa politique irakienne, a déclaré lundi 25 juin que la stratégie de Bush en Irak ne fonctionnait pas et qu’en conséquence, les Etats-Unis devraient y réduire leur présence militaire, a rapporté l’Associated Press.

Néanmoins, la plupart des républicains préfèrent attendre le mois de septembre pour constater si le renfort de troupes récemment ordonné par le président américain en Irak fonctionne ou pas. Seuls quelques républicains se sont ainsi désolidarisés de leur ligne partisane et ont appelé ouvertement à un changement de politique.

L’acheminement de l’aide humanitaire à Gaza interrompu par des tirs islamistes


Des tirs de mortiers palestiniens sur le point de passage de Kerem Shalom entre Israël et la bande de Gaza ont interrompu lundi 25 juin l’acheminement de l’aide humanitaire dans le territoire palestinien, ont annoncé les Nations unies.

L’ONU a condamné ces tirs, qui « mettent en danger la fourniture d’une aide humanitaire vitale à la population civile de Gaza ». Le Djihad islamique, une organisation terroriste pro-iranienne, a revendiqué la responsabilité des tirs sur son site Internet. Depuis la prise de contrôle de Gaza il y a 10 jours par le Hamas, les agences onusiennes d’aide humanitaire peinent à envoyer des vivres et des médicaments dans le territoire palestinien, à cause du climat de violence qui règne.

Liban : le chantage des terroristes ne passera pas


« A Marjeyoun, le ministre espagnol de la Défense rend un dernier hommage aux martyrs de la Finul », peut-on lire à la une du quotidien libanais L’Orient-Le Jour. « L’objectif était d’abord, à n’en point douter, d’ébranler la confiance des forces de la Finul Plus et, à travers elle, la communauté internationale qui n’en finit pas d’assurer, jour après jour, son soutien indéfectible au Liban souverain. »

Des terroristes avaient assassiné dimanche six soldats du contingent espagnol de la FINUL au Liban-Sud. Le Premier ministre Fouad Siniora, actuellement en visite officielle à Paris, a vivement condamné l’attentat en jurant de venger les victimes de la FINUL.

Sommet à Charm el-Cheikh pour relancer le processus de paix au Proche-Orient


Le sommet quadripartite (Egypte, Jordanie, Israël, Autorité palestinienne) de Charm el-Cheikh, auquel ont participé lundi 25 juin le président égyptien Hosni Moubarak, le roi Abdallah II de Jordanie, le Premier ministre israélien Ehoud Olmert et le président palestinien Mahmoud Abbas a été un message clair de soutien au président palestinien dans son bars de fer avec le Hamas qui contrôle désormais la bande Gaza, a rapporté le quotidien arabe Al-Ayyam.

La décision d’Israël lundi 25 juin de relâcher 250 prisonniers palestiniens appartenant au Fatah et celle, dimanche 24 juin, de débloquer les droits de douane et taxes collectés au nom de l’Autorité palestinienne, visent de la même façon à renforcer Mahmoud Abbas.

« En signe de bonne volonté à l’égard des Palestiniens, je vais présenter au cabinet israélien une proposition pour libérer 250 prisonniers du Fatah qui n’ont pas de sang sur leurs mains, après qu’ils aient signé un engagement de ne pas reprendre les violences », a souligné le Premier ministre israélien Ehoud Olmert à la presse locale.

Masri 26/6/2007

Discuss this articleDiscuss this article

Imprimer ce texte Imprimer ce texte

1 088 vues

Tous les articles de Masri

Share/Save/Bookmark

Trackback

Posted in: Non classé

 

Comments are closed. Please check back later.