Les créateurs de guerre

C‘est très bien pensé. Car il y a quelques temps, avec les contre-feu allumés par l’Arabie Saoudite et le glissement progressif de certains Etats islamiques vers une modernisation à la chinoise, on pouvait croire que l’Iran avait perdu la partie. Il n’en est rien. L’Iran a rassuré récemment l’Arabie Saoudite. Et a autorisé le Hamas à prendre Gaza. L’Iran est en voie de nucléarisation avancée et attend le moment propice pour agir. Certes des forces liées à Al Keida semblent contrecarrer ses plans au Liban. Car l’objectif n’est pas d’attaquer la Finul mais de s’en servir comme moyen de pression, prise d’otages, afin d’empêcher les occidentaux, tout comme les USA en Irak, d’intervenir. Fantastique jeu de go.

Il suffit d’entourer, de harceler, guerre d’attaquer. Puisque les Européens sont dans le fond d’accord sur l’uni-responsabilité d’Israël. Même si en effet ils n’ont pas reconnnu le gouvernement du Hamas. Mais ils l’auraient fait à terme, suivant par exemple la Norvège. Seulement, visiblement, l’Iran est pressé et a donc mis les bouchées doubles. Ou comment agir vite avant que les pressions financières ne tombent empêchant l’effort de guerre.

Le pan-islamisme n’est pas mort. Il veut led émontrer en concentrant désormais tout l’effort sur Israël, de plus en plus isolé au sein de l’opinion publique internationale qui a été préparée depuis des lustres par l’idée de l’unique responsabilité d’Israël dans son malheur.

A l’instar de la notion du peuple déicide qui a permis de donner des bases théologiques fortes à l’antisémitisme et au fond au nazisme, aujourd’hui la notion de « peuple sûr et dominateur », peuple créant « l’apartheid » etc, permet d’excuser à l’avance toute tentative de guerre y compris la plus extrême comme une microguerre nucléaire avec bombe sale et attentats suicide divers.

Et comme, en situation d’affrontement, l’opinion bascule vers les plus forts, il suffira que ceux-ci montrent leur détermination, la justesse de leur combat, pour faire basculer vers leur direction les hésitants de tous poils, occidentaux compris, qui regardaient vers les réformistes et les socio-libéraux.

C‘est, maintenant, une question de timing.

Lucien SA Oulahbib 28/6/2007

Discuss this articleDiscuss this article

Imprimer ce texte Imprimer ce texte

1 201 vues

Tous les articles de Lucien SA Oulahbib

Share/Save/Bookmark

Trackback

Posted in: Non classé

 

Comments are closed. Please check back later.