Avez-vous remarqué le désert médiatique français ?

Nous en savons plus sur la dernière espèce en voie d’extinction ou les péripéties d’un peuple sans histoire au fond de la jungle africaine que sur la vie luxieuse des dirigeants soviétiques, cubains, algériens. Qui a collecté le témoignage d’une famille chinoise obligée de payer la balle qui a exécuté l’un de ses membres parce qu’il s’est rebellé contre l’ordre socialiste établi? A-t-on partagé le quotidien des familles israéliennes subissant le bombardement journalier des roquettes Quassam ? Et le fait que des soldats soient kidnappés sans qu’il soit possible pour les organisations internationales de les rencontrer, qui en a fait un reportage ?

Les médias anglosaxons tentent de temps à autre de dire quelque chose sur la vie quotidienne, même si leur orientation gauchisante les empêche souvent d’approfondir de l’autre côté au lieu de s’appesantir sur les misères du peuple palestinien ou irakien en oubliant les causes, multiples, qui les produisent. Mais au moins ces reportages existent. Dans les médias français, hormis quelques reportages, en particulier d’ Envoyé spécial, c’est le désert ou le déni de réalité, y compris, surtout peut-être, au sein du service public. Comment est-ce possible ? Comment le métier si noble du journalisme ait pu être à ce point galvaudé, brisé, flétri, meurtri, par l’idéologie écrite à la hâte de pseudo-intellectuels paradant leurs maigres axiomes et paradoxes réduisant le tout du monde à un complot américano-sioniste.

Les plus exigeants ont donc décidé de fermer la porte. Ils désertent, journaux, émissions, livres. Vite remplacés par le people et quelques reportages trash ou grossièrement ficellés mais efficaces qui subsistent encore dans la presse magazine française, d’où le fait qu’elle tire encore son épingle du jeu : mais pour combien de temps ?

Pour le reste, c’est l’abrutissement, le simplisme, le réductionnisme, le négationnisme, d’où la prolifération des médias néo-léninistes ou révisionnistes, qui sont à l’information ce que la mauvaise astrologie est à l’astronomie ; les dégâts sont de plus en plus considérables ; en souterrain cela pullule, surtout aux confins des extrêmes de tous bords: le complotisme prolifère précisément parce que la plupart des médias français ont déserté le camp de l’objectivité, de l’opinion argumentée, au profit d’un 1984 généralisé, d’un 2+2=5 obligatoire. Tout en dénonçant la pensée unique ou le politiquement correct alors que justement ils en sont les héraults : paradoxe ultime des nouveaux camelots vendant leur mauvaises nouvelles comme les maudits dispatchaient leur mauvais alcool.

Á l’heure de la prohibition volontaire, ces médias zombifiés ne marchent bon an mal an que par la drogue publicitaire et les remises marchandises permettant de s’équiper en DVD, montres, mini-chaîne, dans toutes les pièces jusqu’au cabinet où on les lit d’ailleurs un peu honteux, mais cela soulage.

Pour le reste… Ne parlons pas du cinéma, du théâtre, de l’art, du roman, de l’essai, en France, une autre fois, peut-être ?…

Michel Leubel 9/7/2007

Discuss this articleDiscuss this article

Imprimer ce texte Imprimer ce texte

1 165 vues

Tous les articles de Michel Leubel

Share/Save/Bookmark

Trackback

Posted in: Non classé

 

Comments are closed. Please check back later.