Défaite à l’Université

Les gazettes, et plus spécialement Le Figaro (www.lefigaro.fr) auquel je me réfère, écrivent ce qui suit sur le bras de fer qui oppose Valérie Pécresse, c’est-à-dire l’Etat, aux forces syndicales qui phagocytent l’enseignement supérieur:
 
    "Un compromis sur la réécriture du décret controversé sur le statut des enseigants-chercheurs a été trouvé (…) Les syndicats des universités veulent maintenant obtenir le report de la réforme de la formation des enseignants".
 
    De réécriture en réécriture, on voit bien que l’Etat perd toute crédibilité dès lors que Mme Pécresse, poussée dans ses derniers retranchements, accepte de se plier à des exigences clairement destinées à briser sa volonté réformatrice.
 
    Plus généralement, l’Etat providence ne cesse de donner aux corporatismes de tout poil des verges pour se faire battre jusqu’au sang, la douleur devenant alors si vive qu’en dernière instance il doit payer cash le coût hors de prix de sa propre démission !
 
    j’ai déjà évoqué le cas de la Guadeloupe et, donc, je n’y reviendrai pas. Cependant, la contagion vers la Martinique puis la Réunion et bientôt, pourquoi pas, la Guyane, prouve avec éclat cette démission de l’Etat : en fait, il n’y a plus d’Etat.   

Librement !
http://sully1.typepad.com
02400 FRANCE
 
 
 
 
 
 
 

Philippe Robert 7/3/2009

Discuss this articleDiscuss this article

Imprimer ce texte Imprimer ce texte

1 139 vues

Tous les articles de Philippe Robert

Share/Save/Bookmark

Trackback

Posted in: Conservation négative-OIL, Evaluation de l'action-OIL

 

Comments are closed. Please check back later.