Intimidation antijuive en France

Laurence Nguyen  de l’Association France Israël nous écrit :

 

Témoignage et grande colère
 

Dimanche soir, avec des amis juifs et sionistes (non, ce n’est pas un vilain mot, c’est la volonté et la
presque réussite d’un peuple en diaspora,, persécuté au cours des siècles, de retrouver la terre de ses ancêtres  pour y faire fleurir le désert, et  y vivre en sécurité), je me rendais, donc, à une soirée en l’
honneur des gardes-frontières d’Israël, et dédiée à la libération de Guilad Shalit . Pour information à ceux qui l’ignoreraient, Israël a des frontières à défendre, n’étant pas vraiment entouré d’amis et Guilad Shalit est un jeune soldat franco-israélien, enlevé par les terroristes du Hamas depuis plus de deux ans dans des conditions contraires au droit international .

Sous des menaces  nombreuses et d’une extrême violence ( nous en avons eu connaissance, les auteurs ayant fait courir sur internet la vidéo de leur agressivité sous keffieh protecteur) les organisateurs eurent du mal à trouver une salle de spectacle . Seul un lieu de travail et de réunion de différentes associations juives autorisa la soirée dans son auditorium  en accord avec la Préfecture de Police , les rues d’accès étant faciles à protéger .
 
Et la protection, en effet, fut totale: à vue d’oeil, en comptant le nombre de cars de police en position dans le quartier, et en multipliant par le nombre de policiers dans un car, on peut estimer que les 300 spectateurs étaient protégés par 300  « gardes du corps «  .Depuis le métro et le parking proche, des navettes conduisaient les spectateurs à la porte . Et les reconduisaient de façon semblable . Les issues de la rue furent fermées et les manifestants opposés à la tenue de la soirée,  contenus sous bonne surveillance .Quelques heurts, mais pas trop . On dira « des pro palestiniens », comme si le fait d’avoir une opinion politique autorisait la menace, et très vite, la violence . Les dégradations, les insultes , les cris de haine des manifestations, plus anti-israéliennes que pro-palestiniennes,  des jours passés n’ont pas reçu la condamnation qu’elles méritaient, confortant , par là même, leurs auteurs dans leur projet
d’imposer la peur autour d’eux .
 
A l’intérieur, la soirée fut calme:  une troupe musicale militaire, un jeune chanteur israélien, et Guy Mardel ,venu de Jérusalem, pour la partie musique  . Un général israélien, des personnalités juives sionistes ,des animateurs de radios juives , des tee-shirts à vendre, des sandwichs casher, des amis qui se retrouvent, un appel aux donateurs , des discours, des films .
 Ce texte n’est pas une analyse mais un témoignage : je n’ai pas entendu un seul mot de haine . Ni insultes, ni termes excessifs, ni drapeaux brûlés . Il en était de même, lors des soirées des années précédentes .

Vers minuit, sans hâte, les spectateurs sont sortis, je suis montée dans ma navette, direction parking et ma colère a explosé .Au nom de quelles pressions, de quelles peurs, de quelles faiblesses  me suis je trouvée un soir d’hiver, « protégée » malgré moi ?
 Bien sûr, je sais gré à cette police de m’avoir permis  de me déplacer sans crainte, mais la colère m’étouffe contre tout ce qui a laissé faire, été toléré et même admis, pour en arriver  là: une communauté menacée par une autre au prétexte d’un conflit qui nous, qui les dépasse et moi piégée,  privée de ma liberté de mouvements, dans ma ville que j’aime! Devrais je, pour ma sécurité,  “surveiller” mes fréquentations ? Devrais je rester à la maison, conseil qu’on donnait aux femmes accusées d’avoir provoqué  les violeurs en sortant seules le soir ?

 Ma colère contre l‘ignorance, qui devrait interdire tout droit au jugement ; combien de ceux qui se permettent une opinion  dans ce conflit soixantenaire, qui prennent parti et qui fustigent, ont  pris le temps de regarder une carte de géographie ou de lire un peu d’histoire et , pourquoi pas, de se rendre sur place ?

 Ma colère contre la bêtise qui donne plus grande valeur aux symboles qu’aux faits .Ma colère contre la violence comme moyen d’expression .

 Ma colère contre une certaine compassion, fort en vogue, il paraît que l’Europe a des remords, qu’ elle a honte de son colonialisme passé , qu’elle veut, pour se racheter , faire semblant de défendre l’opprimé vedette , le palestinien instrumentalisé, se souciant bien peu des autres souffrances du monde .

Ma colère contre ces élus de la République qui ont accompagné, encouragé les manifestants aux panneaux haineux et  mensongers , pour quelles raisons autres qu’électoralistes ?

Ma colère contre l’opinion publique  qui accepte d’entendre, comme hier à Paris, les cris furieux de Allahou Akbar, quand on sait le projet islamiste de domination du monde par éradication de l’autre, donc de moi, chrétienne, de ceux que j’aime, de ma culture, de ma liberté .

Ma colère, ô combien , contre beaucoup de nos médias, contre le feu qu’ils attisent ,contre les opinions qu’ils substituent sans vergogne  à  leur travail d’information .

Ma colère enfin, d’avoir si longtemps fait silence sur  mes connaissances acquises , mes réflexions partagées , mes opinions mûries, mes témoignages  vécus . Après tout, si je suis, ce soir ,dans cette navette pour éviter d’être tabassée par des  manifestants pro -palestiniens violents, c’est un peu  de m’être tue trop longtemps.

Paris le 26 Mars 2009

Syndicat  National des   Enseignants du Secondaire
 264 bd Madeleine
06000 Nice

Mesdames et Messieurs les enseignants,

Quel beau métier vous avez choisi, quand vous aviez le rêve, l’illusion de pouvoir communiquer à d’autres, des plus jeunes, vos futurs élèves, vos connaissances, votre réflexion, votre sagesse.  On sait comme cette noble mission est devenue difficile, combien  le maître peine de nos jours à se faire entendre et à quel point  cette indispensable et estimable fonction a perdu le respect qui lui est dû. Pourtant, vous continuez, avec obstination, parce que vous n’avez pas choisi un métier mais une vocation .
 Alors, quelle tristesse éprouvent tous ceux qui voudraient vous encourager, vous soutenir, à lire votre
adhésion à l’endoctrinement de l’association Europalestine  et votre soutien à leur appel au boycott d’Israël . Vous publiez le 14 Mars 2009, la motion adoptée par le congrès académique de Nice: « pour venir en aide au peuple palestinien, le SNES  doit  s’engager dans le boycott d’Israël «
Outre qu’il n’est  pas économiquement prouvé que l’appauvrissement de la population israélienne voulue par ce boycott  soit directement proportionnelle à l’amélioration des conditions de vie des populations palestiniennes,  outre que l’appel à ce  boycott est juridiquement illégal, outre que la diabolisation d’Israël apporte systématiquement un regain d’antisémitisme, il semble contraire à votre devoir d’enseignants de diriger les jeunes esprits qui vous sont confiés vers une attitude de haine au lieu d’une recherche de paix .
Si vous voulez, comme il est écrit, venir en aide au peuple palestinien, dirigez -vous vers la connaissance, la rencontre, le soutien, à ces associations magnifiques de courage et de volonté qui oeuvrent pour cette paix . Il existe en Israël, en Cisjordanie, à Gaza, des associations, des écoles, des groupes de musique, des lieux  de réflexion, qui malgré la peur, parfois, malgré le découragement, souvent, refusent l’envahissement  inexorable de ce conflit que nul ne maîtrise, qui fait souffrir depuis tant d ‘années deux populations manipulées depuis l’origine par les intérêts et les passions . Oui, des personnalités de courage et de coeur, israéliennes et palestiniennes, juives et arabes, des chrétiens aussi ,des êtres humains tout simplement, tentent de se parler; ils existent, nous les avons rencontrés, ils attendent l’aide positive d’enseignants  tels que vous . Quelle exaltante mission, pour vos jeunes élèves que d’échanger avec une ou plusieurs de ces écoles ou organisations de bonne volonté ! Quel exemple à montrer plutôt que ces images de sang et de mort ressassées à l’envi par nos médias racoleurs et si souvent menteurs !
Si vous voulez venir en aide au peuple palestinien, montrez ce que sont les universités israéliennes et la qualité des diplômes qu’elles octroient indifféremment aux Israéliens, aux Palestiniens, aux femmes voilées. Diffusez, pour en montrer la nocivité, ces BD du Hamas qui enseignent aux plus jeunes qu’il faut, pour être bien vu d’Allah, tuer des juifs. Car vous le savez bien, vous, que tout passe par l’éducation .
Si vous voulez venir en aide au peuple palestinien, aidez les Palestiniennes et leurs trop rares associations qui luttent dans le plus grand danger contre une oppression quotidienne, l’enfermement, le déni de leur vie, l’excision même comme le dénonce l’Unicef  à Gaza .
Alors vos élèves, votre pays et le concept de paix vous en seront reconnaissants .

 Laurence Nguyen . Association France Israël Alliance Général Koenig

Toutes les adresses et liens nécessaires pour contacter les volontaires de paix vous seront communiqués sur demande
.
nguyen.laurence@free.fr

Iris Canderson 31/3/2009

Discuss this articleDiscuss this article

Imprimer ce texte Imprimer ce texte

1 956 vues

Tous les articles de Iris Canderson

Share/Save/Bookmark

Trackback

Posted in: Dissolution négative-OIL, Evaluation de l'action-OIL, Fresh Air-ARTV

 


Comments • comment feed