Featured

LA FOLIE COPENHAGUE

En ce 7 décembre 2009, jour d'ouverture de la chasse au présumé réchauffement climatique anthropique (dû à l'homme), à Copenhague, les médias unanimes se sont proclamés les vestales gardiennes du feu éternel et sacré allumé par le GIEC. Pour bien savoir de quoi l'on parle, il est des plus utiles de connaître le rôle qui a été dévolu au Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat (GIEC ou IPCC en anglais), d'obédience onusienne donc planétaire, dont la mission politiquement correcte est la suivante:Le GIEC, créé en 1988 par l'OMM et le PNUE, est un organe intergouvernemental qui a "pour mandat d'évaluer de manière méthodique et objective des informations d'ordre scientifique, technique, socio-économique et non d'effectuer de nouveaux travaux de recherche. Ces informations sont sélectionnées parmi des organismes pluridisciplinaires internationaux publiées dans des revues scientifiques (ceci expliquant sans doute cela…) Sa mission principale est de comprendre les fondements scientifiques liés aux changements climatiques d'origine anthropique afin d'en établir les conséquences et d'envisager des stratégies d'adaptation et d'atténuation". Source gouvernementale France Diplomatie :  
 
http://www.diplomatie.gouv.fr/fr/actions-france_830/changement-climatique_2496/presentation_19824/groupe-intergouvernemental-sur-evolution-du-climat-giec_50381.html    
 
    Ainsi, à l'occasion de cette conférence internationale et dans un tintamarre assourdissant, de belles plumes journalistiques appuyées par un furieux tir de barrage d'images, plus funestes les unes que les autres, appellent les citoyens à prendre d'emblée les armes contre un ennemi tout désigné, l'Homme, qui, d'ailleurs, a toutes les chances de sortir vainqueur d'une telle confrontation.
 
    Avec le plus grand zèle, 56 titres de 44 pays différents ont donc publié un éditorial commun exhortant les participants au Sommet de Copenhague à trouver un véritable accord sur le climat. Est-ce vraiment la vocation d'une presse libre (sic) de se prêter à un tel exercice consistant à n'accepter que la seule vision des choses qui vaille à ses yeux, certes majoritaire parce qu'imposée par la pensée unique, sans par ailleurs nullement permettre, ou si peu, à la moindre critique certes minoritaire d'exprimer son propre point de vue ?  
 
    Je cite leJDD.fr : "Parce que l'humanité se trouve confrontée à une situation d'extrême urgence", dixit Libération, 56 journaux de 44 pays différents ont en effet décidé de publier un éditorial commun. En France, Le Monde et Libé, donc, participent à cette opération "sans précédent". Achetez donc de toute urgence Le Monde ou Libération (ou les deux ensemble par amour du GIEC)…
 
    A l'opposé d'une telle posture idéologique, les esprits libres préfèrent s'informer aux différentes sources (provenant du monde entier) traitant de cette question du réchauffement climatique, en particulier ceux qui s'inscrivent en faux d'un pseudo-consensus scientifique fabriqué de toute pièce par une minorité de dangereux idéologues plus que jamais résolus à asservir toute la planète !
 
    C'est ainsi que la récente diffusion de milliers de courriels de l'Unité de recherche climatique (CRU) de l'Université d'East Anglia, sise au Royaume-Uni, vient de créer toutes les conditions  d'un Climategate de première grandeur. En voici l'analyse, brute de décoffrage, commise par Bret STEPHENS, chroniqueur au prestigieux Wall Street Journal :
 
    "Le Climategate implique certains des climatologues les plus renommés du monde et nous les dévoile en train de bloquer les demandes d'accès à l'information, d'évincer des scientifiques dissidents, de corrompre le processus de révision par les pairs et de dissimuler, détruire ou manipuler des données dérangeantes sur les températures".
 
    En France, les sites Internet "anti-réchauffistes", c'est-à-dire les adeptes de la pensée libre, se multiplient en faisant preuve d'une grande rigueur intellectuelle. Dans cette optique, je tiens à faire spécialement l'éloge du site www.objectiflibre.fr, où officie Vincent BENARD, dont les analyses d'ailleurs non exemptes d'humour, ce qui ne gâche rien, sont un régal pour l'esprit.
 
    Sur la question fondamentale des gaz à effet de serre, j'incite vivement mes lecteurs à prendre connaissance de l'article "Les grands mythes du réchauffement climatique : le CO2 est tout, sauf un polluant" dont le texte intégral est consultable sur le site Objectif Liberté :
 
www.objectifliberte.fr/2009/12/le-co2-nest-pas-un-polluant.html?utm_source=feedburner&utm_medium=feed&utm_campaign=Feed%3A+typepad%2Fobjectifliberte+%28Objectif+Liberte%C3%A9%29
 
    Dans le même ordre d'idée, je salue la naissance de la "Global Warming Policy Foundation", nouveau think tank lancé par Nigel LAWSON, à Londres, dont l'ambition est de contribuer à "rééquilibrer" le débat scientifique et médiatique sur le réchauffement.
 
    Dans un texte certainement appelé à devenir la Charte de la nouvelle institution, Nigel Lawson, créé Lord LAWSON of BLABY, exprime une position raisonnable et modérée qui est sans doute la meilleure réponse que l'on puisse actuellement formuler suite aux révélations sur les fraudes du GIEC. En voici un extrait directement lié à ce qu'il est convenu, désormais, de nommer le Climategate :
 
    "Il semble qu'un hacker ait trouvé l'accès de leurs ordinateurs (Ndlr : les ordinateurs du CRU) et publié dans la blogosphère une partie de leurs échanges internes de courrier électronique. Et le CRU a reconnu qu'au moins certains des courriels publiés sont authentiques. A notre grande surprise, ce qui paraît, du moins à première vue, s'être dégagé est que :
 
    (a) Les chercheurs ont manipulé les données brutes de température pour faire apparaître une tendance ininterrompue au réchauffement planétaire;
    (b) à ces données brutes, ils n'ont cessé de barrer l'accès des personnes extérieures;
    (c) il ont tout fait pour se soustraire aux demandes légales d'accès à l'information et
    (d) on les a vus discuter des moyens d'empêcher la publication dans les revues savantes d'articles rédigés par les scientifiques qui n'étaient pas d'accord avec eux.
 
    "Il se peut qu'il y ait à tout cela une explication parfaitement innocente. Mais ce qui est évident est que l'intégrité des données scientifiques sur lesquelles, par l'intermédiaire du GIEC, les pays du monde prétendent fonder des décisions politiques de grande ampleur et extrêmement coûteuses, est désormais remise en question".
 
    Le texte intégral de Lord LAWSON, dont j'ai omis, horresco referens, d'indiquer qu'il avait été chancelier de l'Echiquier de 1983 à 1989, sous Margaret THATCHER donc, est consultable sur le site de l'Institut Turgot sous le titre : "The GWPF : pour un débat ouvert et honnête sur le réchauffement climatique" à l'adresse suivante :
 
http://blog.turgot.org/index.php?post/Lawson-GWPF
 
    Pour conclure et à tout seigneur tout honneur, je voudrais citer le fameux Al GORE, prix Nobel de la Paix 2007 (avec le GIEC) et chantre planétaire du catastrophisme environnemental, qui, très récemment, a eu ces mots très évocateurs sur la chaîne publique France 3 :
 
    "La crise ne fait qu'empirer à la vitesse grand V, il nous faut prendre davantage de décisions politiques à l'échelle de la planète pour essayer d'obtenir les changements nécessaires et faire en sorte que les pays clés du monde résolvent la crise".
 
    Puis, enfonçant rageusement le clou jusqu'à la garde, M. GORE a poursuivi : "Chaque jour la crise s'aggrave avec 90 millions de tonnes de pollution qui sont rejetées dans l'atmosphère, et la communauté scientifique nous a avertis que les conséquences peuvent être pires et nous conduire à la catastrophe si nous n'agissons pas dans l'urgence".
 
    Message reçu 5 sur 5 à Copenhague par tous ceux qui refusent systématiquement, par une pure démarche idéologique, de peser honnêtement le pour et le contre !
 
    Il faut aussi et surtout savoir que plus la situation devient soi-disant irrespirable et irréversible, selon Al GORE & Co, mieux se portent les affaires de ces messieurs auxquelles les peuples de la terre ont l'honneur, contraints et forcés, de contribuer de leur poche. Merci du fond du coeur pour eux.
              

http://sully1.typepad.com
02400 FRANCE
 
 

Philippe Robert 9/12/2009

Discuss this articleDiscuss this article

Imprimer ce texte Imprimer ce texte

2 085 vues

Tous les articles de Philippe Robert

Share/Save/Bookmark

Trackback

Posted in: Affinement négatif-OIL, Conservation négative-OIL, Dispersion négative-OIL, Dissolution négative-OIL, Evaluation de l'action-OIL, Headline-RTV

 

Comments are closed. Please check back later.