Un an bientôt : bilan d’un non salutaire !…

Dualité qui a volé en éclats sur l’action de plusieurs clivages. Deux droites et deux gauches. La droite Oui et la droite Non ! La gauche Oui et la gauche Non ! 4 factions qui se regardent encore aujourd’hui en « chien de faïence ». Chacune d’elles se vit toujours en détentrice de la vérité, seule et unique. Chaque faction a bien sur raison sur toutes les autres et aucune n’a admis que l’on ne peut convaincre quelqu’un que s’il est déjà convaincu. Chacune va rester donc sur ses positions et leurs militants respectifs également ce qui nous promet des meetings haut en couleur.

L’astuce pour toutes les organisations politico-religio-sectaires est de préparer un climat de doute sur la pertinence des valeurs en vigueur pour amener les individus à s’immerger dans un pré-conditionnement. La déstabilisation en acte est la première étape de tout combat de conquête. Tous les moyens sont bons pour arrimer le « peut-être » qui va convertir. Le reste n’est qu’une formalité.

Tous les militants, ou tous ceux qui ont un passé conséquent de militantisme derrière eux peuvent confirmer le protocole. Ces techniques sont également enseignées dans certaines écoles qui traitent de communication, de politique ou de psychopédagogie ou de religion. C’est à cela que s’est attelé l’islamisme en France, en Espagne et en Europe. L’Etat Français, l’Etat Espagnol et l’Europe de Bruxelles et de Vienne aident.

Lorsque nous tentons de prendre langue avec l’un des militants de ces factions et que nous posons la question de savoir à quoi et à qui le non ou le oui du référendum s’appliquait, les réponses obtenues sont de l’ordre du fantasme et de l’idéologie. « A bas le monde libéral » disent-ils en coeur ! Gauche, Droite, Islamistes tous sont d’accord sur cette revendication. Etre «libéral», insulte suprême pour toutes les factions en présence est un statut confondu sciemment avec le comportement porté par la valeur de la loi du plus fort. Le fait que cette loi ne s’applique pas uniquement en économie capitaliste n’est qu’un petit détail. Que l’Histoire regorge d’exemples de tyrans, de massacres n’ayant rien à voir de près ou de loin avec le libéralisme est un obstacle qui est franchi allègrement.

Le libéralisme est donc pour eux l’idéologie dans laquelle règne en maître la «loi de la jungle». Or, rien n’est plus ordonné que la jungle car tout y est à sa place et rien qu’à sa place. Le dicton a la peau dure. Pour s’en affranchir il suffit pour eux de dire que l’on est anti-libéral et qu’on lutte contre les effets inhumains de la mondialisation ce qui exonère de penser le problème. De plus cette loi de la jungle appréhendée dans un futur est déjà installée, elle est là dans nos pratiques et nous n’avons donc pas à faire comme si elle allait advenir. Elle est là et pourtant nous ne sommes pas dans un régime libéral.

Alors ? Alors il est raconté des inepties au « peuple de France » qui ne demande qu’à croire en ces inepties. Ce n’est pas une affaire de culture ou d’intelligence ; en effet si nous jetons un regard dans des lieux apparemment habités par l’intelligence et le savoir, je veux dire les mondes des universités, des intellectuels, des grandes écoles, de la presse et communication, nous sommes dans le regret de constater que le comportement stupidement suiveur, non réfléchi et moutonnier est en passe de tout dominer. Au point que nos universités ont perdu quelques dizaines de place dans la hiérarchie mondiale.
Mais non c’est par manque de moyens !! Vive donc Panurge et vive avec lui la « juste lutte du peuple machin…le boycott des universités d’Israël … à mort les OGM … à bat le grand capital …. conservons nos acquits…du budget, des sous ….et suprême bonheur saccageons tout. L’Etat paiera !

Autant de professions de foi qui sentent bon la manipulation des foules. Nos « coque-d’oeufs » sont inféodés et ce à 90 % d’entre eux à la pensée « marxienne » revue et corrigée par les apports des travaux des, Sartre, Derrida, Bourdieu, Morin, Lacan et tant d’autres dispensateurs de Vérité.

Hors de la pensée marxisante point de salut, point de carrière, point de chaire, point de publication, de reconnaissance, point de poste dans les Ministères, dans les grandes entreprises de presse etc. … et tout cela au nom de la lutte contre la loi de la jungle quand elle est managée par les autres, car la leur de jungle est savamment orchestrée et tenue de main de maître (sans jeu de mot) par des « presque retraités » qui ont quand même eu la présence d’esprit de créer leur relève et le système se régénère de lui même. Un sacré défi nous attend. Celui de démolir tout ce canevas si nous voulons sortir de l’ornière dans laquelle ils nous ont propulsés.

La lutte sera très dure dans la mesure où ils n’hésiteront pas un seul instant à s’allier aux idéologies anti-démocratiques qui tiennent le haut du pavé depuis le 11 septembre. Deux fronts nous attendent. Deux batailles dont nous ne pouvons faire l’économie si nous voulons gagner la guerre, car une guerre nous a été imposée. Le fait qu’elle soit masquée par les mondes, politique, économique, intellectuel ne signifie pas qu’elle n’est pas.

Nos quatre factions principales se battent autour de la question centrale du non et oui à quoi ? Chacune a sa réponse qui récuse celle de l’autre. Les priorités des instances politiques et celles des citoyens ne sont certes pas les mêmes, ni ne sont placées au même niveau et un seul regard suffit pour percevoir la réalité, le contexte et le décalage. Les pratiques qui s’y déroulent ne peuvent nous amener à penser que seule la Démocratie est l’enjeu des réponses. D’aucuns pensent que cela est exagéré et que le principe démocratique est bien en place dans la Patrie des Droits de l’Homme….noyons le poisson et continuons à soutenir les « victimes » qui entre-temps sont devenues bourreaux. Nos bourreaux.

Une partie de la gauche, celle qui dit non espère pouvoir utiliser cette opportunité afin de faire renaître de ses cendres la GAUCHE avec un grand G. Retrouver la gauche historique, celle de Jaurès, celle de Guesde, de Blum (bien que ce dernier, origine juive étant soit un peu laissé à l’écart. On veut pas être suspecté de sionisme tout de même !), celle de la loi de 1905, celle des coopératives et des combats homériques !

Une «nouvelle gauche» est en gestation, une gauche qui va savoir récupérer le positif historique tout en se débarrassant des éléments «libéraux» facteurs de dispersion et de distorsion de la doctrine. Vieux fantasme du stalinien de base.

Mais de quelle gauche s’agit-il ? Quelle gauche pour quel Humanisme ? Quelle gauche pour quel avenir ? Les questions sont seulement posées ! Les réponses sont bien sur multiples et engagent la pensée socialiste dans sa totalité de la même façon qu’elles engagent la pensée démocratique. La tendance proprement « réactionnaire » de la manoeuvre semble leur échapper complètement. Nous ne sommes plus au XIX ème siècle ni au début du XX ème et nous ne pouvons plus dire : Vive la Cité de la Joie ! Et tant pis pour la Démocratie, pour Montesquieu et Voltaire et accessoirement pour nous !

Une partie de la gauche, celle qui dit oui espère qu’enfin l’Etat Nation va disparaître et que l’Internationale va … fantasme d’intellectuel qui s’alimente dans le marxisme. (La mondialisation comme Stade suprême du capitalisme) Quadrature du cercle. Nous buttons de plein fouet dans la mondialisation ce qui justement fait problème et parce que cela fait problème d’aucuns, bien intentionnés, parlent de globalisation et non de mondialisation.

La gauche oui et la gauche non seront-elles capables de se retrouver ? Rien ne le laisse présager. En effet quels liens peut-il y avoir entre la gauche qui s’allie aux islamistes par palestinisme et tiers-mondisme interposés et la gauche de Jaurès, de la laïcité, de la République ? Une partie de la gauche se compromet dans la montée et dans la diffusion de l’islamisme en cautionnant par la bande l’antisémitisme (non pardon l’anti-sionisme) qui colle et accompagne ce palestinisme. Cela semble ne pas poser problème et encore moins question. L’anti-sionisme c’est l’antisémitisme avouable. L’antisémitisme tendance. L’important n’est-il pas ailleurs ? Oui pour certains cet ailleurs n’est que la disparition d’Israël qui est la preuve vivante de la défaite de l’Islam.

Mettre en chantier une nouvelle pensée humaniste est le défi de 2007. Défi qui englobe les éléments de gauche et les éléments de droite. Le chemin sera plus que difficile et tortueux dans la mesure où les dirigeants des factions en présence troquent une fois de plus le réel pour la réalité idéologique et intellectuelle. Quelle stratégie mettre en place pour faire l’économie des slogans anti-occidentaux qui affleurent dans l’anti-mondialisation et l’anti-américanisme ?

Quelle stratégie adopter pour enrayer « l’arabisme » qui prime la politique française et européenne depuis les années 1960 ? Quelle politique insuffler sans utiliser le tiers-mondisme humanito-charitable mis à contribution sans retenue depuis des lustres et dont les relents néo-coloniaux sont si intenses que nous ne pouvons ne pas les remarquer Il est vrai que cela a permis d’auréoler la France de l’image soit de « révolutionnaire » soit de « Patrie des Droits de l’Homme » en réussissant, prouesse oblige, à masquer ses actions réelles comme en Afrique ou au Moyen Orient. Quelle stratégie envisager pour que l’Individu redevienne au centre de l’arène du politique ?

L’oppresseur c’est bien connu ne peut être que l’Autre, le sioniste, l’impérialiste, le progrès ! Le qualificatif change en fonction des besoins.

La droite est logée à la même enseigne. La droite Oui et la droite Non vont se déchirer de la même manière et pour les mêmes raisons. Les prestations que nous ont donné à voir les tenants du pouvoir en place admettent un contenu qui est à la démocratie ce que Pol Pot est à l’Humanisme.

La question de savoir si la France n’est pas en indélicatesse avec le principe démocratique se pose avec insistance et à voir la méthode qui a fait le lit du management de la loi sur « l’égalité des chances » nous devons admettre que le gouvernement de la France n’a plus une pratique démocratique du pouvoir. Dès lors la question se pose de savoir pourquoi les députés et sénateurs n’ont pas stoppé cette loi liberticide.

En proposant cette loi l’Etat favorise qui ? Le même gouvernement met en place et renforce le contrôle des informations, pratique un anti-Occidentalisme infantile, débite des mensonges sur ses rôles passés en Afrique, en Algérie dernièrement (visite du Ministre des AE) et propulse des analyses partielles et partisanes. L’Etat français organise la désinformation.

Tout l’arsenal de la manipulation est là et se voit propulser sur le devant de la scène sans qu’à aucun moment ne soit prise en compte la situation réelle et donc les enjeux en présence et ce sans qu’à aucun moment les contre-pouvoirs ne se soient manifestés. Une fuite en avant d’une telle ampleur que le remplacement de la réalité « vécue » par la réalité « idéologique » fait office de ligne politique dans une remise au goût du jour d’un « après moi (nous) le déluge ».

Aujourd’hui les tenants du oui jouent encore la même fable : demain l’Europe sera une grande puissance apte à damer le pion aux US, à l’Asie. Pour tous, demain l’Europe rasera gratis avec l’aide des pays de la Ligue Arabe.
« L’association de la France avec une fédération musulmane qui couvrirait l’Afrique du Nord et le Moyen Orient, lui conférerait une PREDOMINANCE qui impressionnerait l’UNION SOVIETIQUE et lui permettrait de rivaliser avec les ETATS-UNIS » (Etude Affaires Etrangères 1960
)

Rien n’a changé depuis cette époque, hormis le fait que l’URSS n’existe plus et hormis le fait que l’Islam passe par d’autres canaux que la guerre directe pour détruire Israël avec notre complicité.
L’Europe et donc les gauche et droite réunies ne pourront construire quelque chose d’existentiel qu’à la condition de ne pas se désolidariser du sort d’Israël. C’est-à-dire d’assumer l’obligation de rompre avec la politique installée dans les années 1960 et dont le contenu des réunions du Dialogue Euro Arabe nous donne quelques lignes du genre : Reconnaissance explicite de la Destruction d’Israël, reconnaissance de l’OLP comme « gouvernement » de l’Autorité Palestinienne, Acceptation de l’OLP comme membre de la Commission des Droits de l’Homme de l’ONU ! Comment l’OLP qui ne représente aucun pays peut-elle siéger dans une commission de l’ONU ? Bizarre, bizarre.

Ces réunions et la pusillanimité des participants Européens et particulièrement Français ont permis au monde Islamique de s’installer durablement en Europe. Principalement après 1972 et l’assassinat des sportifs Israéliens à Munich n’a été que le coup de semonce propre à propulser l’Europe dans la collaboration. Madrid a été la piqûre de rappel.


. / ….

19/4/2006

Discuss this articleDiscuss this article

Imprimer ce texte Imprimer ce texte

1 135 vues

Tous les articles de

Share/Save/Bookmark

Trackback

Posted in: Non classé

 

Comments are closed. Please check back later.