Featured

Charia-Hebdo, Tunisie, Grèce, Euro(pe)

L'incendie des locaux de Charlie Hebdo vient remercier la France d'avoir soutenu l'entrée des nationalistes arabistes à l'UNESCO (ils refusent la notion même d'Etat juif). Mais "cela n'a rien à voir!" marmonneront les adeptes d'Olivier Roy qui assurait en janvier 2011 l'inexistence des islamistes en Tunisie, ce qui fait évidemment doucement sourire depuis,  même si ceux-ci ont réussi à vendre l'idée qu'ils sont modérés, y compris dans la presse anglo-saxonne, alors que leurs dirigeants veulent écrire une constitution anti-sioniste et déjà veulent fermer le bureau de contact avec Israël. Pas étonnant dans ce cas que leurs sections d'assaut officieuses (non reconnues officiellement par la nébuleuse qui est au centre) ont attaqué une chaîne de télévision et menacent dans les rues tout ce qui n'obéit pas au nouvel ordre national-islamiste. En Libye, ils auront maille à partir en particulier dans les régions berbères.

S'agissant de la Grèce, il ne s'agit pas d'une crise de l'Euro (qui se porte bien) mais des finances publiques et de certaines banques qui ont été poussées par les Etats centralisateurs européens à prêter à l'Etat grec qui savait pertinemment qu'il ne payerait pas puisqu'il a trafiqué ses comptes pour adhérer à l'Euro.

Tout cela est donc la faute de l'Europe dans ce qu'elle a de paternaliste de centralisatrice ; car quand l'Europe prend des mesures libérales, l'Etat bonapartiste français les bloque ; il y a d'ailleurs en France cette même gestuelle de centraliser la protection sociale et l'instruction publique et forcer les peuples européens à adopter des règles qui attaquent leur souveraineté y compris au niveau des moeurs comme on le voit tous les jours. Il n'est pas étonnant que les totalitaires verts aient toujours soutenu ce travers européen.  Il n'est pas non plus étonnant que cette façon de faire arrive à bout de course…

Il est temps de tourner la page, mais pas de la façon dont la gauche et la droite étatiste (FN compris) le désire car ils agissent à l'opposé du penser droit  c'est-à-dire dans la rectitude de ce qui est vrai, réel, juste (rightful dit Léo Strauss) ce qui implique d'en finir avec la pensée gauche, bancale, maladroite, sinistrée (sinistra en italien s'amusait aussi Léo Strauss). Vaste programme certainement. Mais impossible n'étant pas f…

Lucien SA Oulahbib 2/11/2011

Discuss this articleDiscuss this article

Imprimer ce texte Imprimer ce texte

1 985 vues

Tous les articles de Lucien SA Oulahbib

Share/Save/Bookmark

Trackback

Posted in: Analyses-RTV, Article Resiliencetv, Headline-RTV

 


Comments • comment feed