6 février 2023
Non classé

Les défenseurs du respect des croyances religieuses sont des poètes…

Les défenseurs du respect des croyances religieuses sont des poètes… :o)))

Libérez l’expression !


Une actualité chasse l’autre. Déjà, les médias traditionnels parlent moins de l’affaire des caricatures de Mahomet. Nous, nous ne zappons pas. Montrons les vertus citoyennes de la blogosphère. Répandons l’appel qui suit, chacun en son nom propre, en l’amendant éventuellement.

A qui de droit :

Internaute et citoyen du monde, j’ai la conviction que le respect dû aux croyances religieuses des uns doit s’arrêter là où commence la liberté d’expression, de critique et d’humour des autres.

Je vous demande de faire tout ce qui est en votre pouvoir pour faire cesser les menaces, les actes violents et les poursuites judiciaires à l’égard des auteurs des caricatures de Mahomet, publiées le 30 septembre 2005 par le Jyllands-Posten, ainsi qu’à l’égard des journalistes de ce quotidien danois et de tous les médias qui les ont ensuite reproduites.

Je vous demande précisément de faire tout ce qui est en votre pouvoir pour mettre fin aux poursuites judiciaires, en France, contre le quotidien France Soir et l’hebdomadaire Charlie Hebdo.

Je vous demande plus particulièrement de faire tout ce qui est en votre pouvoir pour obtenir la libération des personnes suivantes et/ou la fin des poursuites judiciaires engagées contre elles et/ou la levée de sanctions professionnelles prises contre elles :

Berkane Bouderbala et Damel Boussad (Algérie), respectivement directeurs d’Essafir et d’Errisala ;

Abdel Halim Akram Sabra, Yahya Al Aabed, Mohammed Al Asaadi, Kamal al Aalafi (Yémen), respectivement rédacteur en chef d’Al-Hourriya, journaliste et rédacteur en chef du Yemen Observer, rédacteur en chef d’Al-Raï Al-Aam ;

Djihad Momani, Hicham al Khalidi (Jordanie), respectivement rédacteurs en chef de Chihane et d’Al-Mahwar ;

Et de tous les autres qui, dans l’avenir, seront inquiétés pour avoir publiés des caricatures de Mahomet.

Je vous demande enfin de faire tout ce qui est en votre pouvoir pour le droit de publication et de libre circulation de par le monde des périodiques ayant reproduit ces dessins.

Merci d’avance pour vos démarches. Librement vôtre,

Dissidente de l’islam


Le Monde publie, en date du 16 février, le remarquable discours d’Ayaan Hirsi Ali, sur l’affaire des caricatures de Mahomet, prononcé le 9 février à Berlin. D’origine somalienne, cette députée néerlandaise, scénariste du film Submission, qui valut à Theo Van Gogh d’être assassiné par un islamiste en novembre 2004, vit sous protection policière.

Voici des extraits de son allocution :

” Mon opinion est que le Jyllands Posten a eu raison de publier les caricatures de Mahomet et que d’autres journaux en Europe ont bien fait de les republier (…)

” Honte aux journaux et aux chaînes de télévision qui n’ont pas eu le courage de montrer à leur public ce qui était en cause dans “l’affaire des caricatures” ! Ces intellectuels qui vivent grâce à la liberté d’expression, mais acceptent la censure, cachent leur médiocrité d’esprit sous des termes grandiloquents comme “responsabilité” ou “sensibilité”.

” Honte à ces hommes politiques qui ont déclaré qu’avoir publié et republié ces dessins était “inutile”, que c’était “mal”, que c’était “un manque de respect” ou de “sensibilité” ! (…)

” Honte à ces entreprises européennes du Moyen-Orient qui ont mis des affiches disant “Nous ne sommes pas danois”, “Ici on ne vend pas de produits danois” ! C’est de la lâcheté (…)

” Nous avons été submergés sous un flot d’opinions nous expliquant que les caricatures étaient mauvaises et de mauvais goût. Il en ressortait que ces dessins n’avaient apporté que violence et discorde. Beaucoup se sont demandé tout haut quel avantage il y avait à les publier.

” Eh bien, leur publication a permis de confirmer qu’il existe un sentiment de peur parmi les écrivains, les cinéastes, les dessinateurs et les journalistes qui souhaitent décrire, analyser ou critiquer les aspects intolérants de l’islam à travers l’Europe.

” Cette publication a aussi révélé la présence d’une importante minorité en Europe qui ne comprend pas ou n’est pas prête à accepter les règles de la démocratie libérale. Ces personnes – dont la plupart sont des citoyens européens – ont fait campagne en faveur de la censure, des boycottages, de la violence et de nouvelles lois interdisant l'”islamophobie”.

” Ces dessins ont montré au grand jour qu’il y a des pays qui n’hésitent pas à violer l’immunité diplomatique pour des raisons d’opportunité politique (…)

” Je suis ici aujourd’hui pour réclamer le droit d’offenser dans les limites de la loi. Vous vous demandez peut-être : pourquoi à Berlin ? Et pourquoi moi ?

” Berlin est un lieu important dans l’histoire des luttes idéologiques autour de la liberté. C’est la ville où un mur enfermait les gens à l’intérieur de l’Etat communiste. C’est la ville où se concentrait la bataille pour les esprits et les coeurs (…)

” Pourquoi moi ? Je suis une dissidente, comme ceux de la partie est de cette ville qui passaient à l’Ouest (…) Comme les milliers de personnes qui ont manifesté contre les caricatures danoises, j’ai longtemps cru que Mahomet était parfait – qu’il était la seule source du bien, le seul critère permettant de distinguer entre le bien et le mal (…)

Je ne cherche pas à offenser le sentiment religieux, mais je ne peux me soumettre à la tyrannie. Exiger que les hommes et les femmes qui n’acceptent pas l’enseignement du Prophète s’abstiennent de le dessiner, ce n’est pas une demande de respect, c’est une demande de soumission.

” Je ne suis pas la seule dissidente de l’islam, il y en a beaucoup en Occident. Et s’ils n’ont pas de gardes du corps, ils doivent travailler sous de fausses identités pour se protéger de l’agression. Mais il y en a encore beaucoup d’autres à Téhéran, à Doha et Riyad, à Amman et au Caire, comme à Khartoum et Mogadiscio, Lahore et Kaboul (…)

” Nous n’avons que nos idées et nous ne demandons que la possibilité de les exprimer. Nos ennemis utiliseront si nécessaire la violence pour nous faire taire. Ils emploieront la manipulation ; ils prétendront qu’ils sont mortellement offensés. Ils annonceront partout que nous sommes des êtres mentalement fragiles qu’il ne faut pas prendre au sérieux. Cela n’est pas nouveau, les partisans du communisme ont largement utilisé ces méthodes.

” Berlin est une ville marquée par l’optimisme. Le communisme a échoué, le Mur a été brisé. Et même si, aujourd’hui, les choses semblent difficiles et confuses, je suis sûre que le mur virtuel entre les amoureux de la liberté et ceux qui succombent à la séduction et au confort des idées totalitaires, ce mur aussi, un jour, disparaîtra. “

Pour lire la suite sur ce passionnant Blog d’Alain Hertoghe

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


%d blogueurs aiment cette page :