6 février 2023
Non classé

L’expression “Musulman modéré” nécessite un éclaicissement

Cataloguer Jean-Marie Le Pen comme extrémiste est un non-sens puisque celui-ci et son programme respectent le jeu démocratique. La démocratie s’employant par ailleurs à exclure [du jeu politique] les extrémistes, rechercher les modérés signifie “rester entre nous démocrates et majoritaires”. Rechercher des modérés prend alors son sens quand il s’agit d’aller trouver des démocrates au sein de nations aux régimes totalitaires, ce qui veut déjà dire hors de l’Europe et donc de la France. En quoi avons nous besoin d’aller le chercher puisque c’est un étranger ?

Ensuite, ce “modéré” est un Musulman, ce qui veut dire que l’on donne une parole politique à un individu en tant qu’adepte d’un religion. Or nos sociétés politiques démocratiques sont fondées sur la séparation du politique et de la religion. Par conséquent, un Musulman ne saurait parler politiquement au sein de la démocratie occidentale.

Rechercher le “Musulman modéré” signifie donc : demander aux citoyens Français d’écouter la voix de l’étranger et la voix du religieux.

C’est un non-sens incompatible avec la démocratie et le patriotisme.

Nos Hommes de l’Etat, commentateurs politiques et journalistes devraient tirer les conséquences de la pensée politique démocratique occidentale où l’espace politique public exclut le religieux.

Il nous faudrait des lois interdisant dans l’espace public toute expression religieuse se mêlant des affaires politiques,
la liberté de culte devant être exclusivement exercée dans l’enceinte privée attestée par un titre de propriété légitime.

La règlementation de l’expression politique [dans l’espace politique public] des Hommes de Religion est nécessaire afin de garantir la sécurité politique de la démocratie.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


%d blogueurs aiment cette page :