4 août 2020
Non classé

Effet Dieudonné

Avoir recours à ces gestes est ce qu’on appelle « donner de l’effet ».
A propos du drame Ilan Halimi, certains ont évoqué « l’effet Dieudonné ».

Petit cours ou Comment se pratique « l’effet Dieudonné »

1) » Cocorico à Bobino » de Dieudonné en 2002.

Dieudonné :

« Moïse […] a taillé les dix premières conneries de base…[…].. Il a posé les bases de l’humour avec la très fameuse plaisanterie […]: « Tu ne tueras point. » […]Bon …après, toute son équipe, bien sûr, ils ont inventé la bombe atomique… parce que ce sont des farceurs les gars. »
Le décor est planté avec en toile de fond la juiverie internationale et remarquons qu’il n’est pas encore question de sionisme ; il s’agit bien là des juifs ( « toute son équipe ») qui sont exhibés comme géniteurs de l’ objet-symbole du mal absolu, de l’apocalypse et de fin du monde : la bombe atomique.
Continuons le spectacle.
Dieudonné : « .. parce que ce sont des farceurs les gars. Aujourd’hui, ils ( la bande à Moïse, toute l’équipe) bombardent des bergers palestiniens à coups de F16 ».
Et re-la juiverie internationale.
Toute une bande donc, dont le repaire est Israël, occupée à tirer les bergers ( image de pacifisme et de vulnérabilité innocente) comme des lapins….. A coups de F 16 bien entendu.
Magnanimes, on aurait pu croire à une mauvaise blague de potache.

La suite allait pourtant apporter la conviction de la gravité persistante de ses propos. L’effet Dieudonné prenait sont essor.

2) Le spectacle mes excuses – fin 2004

Dieudonné avait provoqué un scandale suite à un sketch douteux à la télévision, ( décembre 2003 ) dans lequel, déguisé en rabbin orthodoxe, il avait amalgamé phonétiquement Israël et le salut nazi. « Isra.. heïl !! ». (c’est en tout cas ce qui avait été compris à tort ou à raison par certains) Cet amalgame entre le nom d’un pays ( symbole d’une renaissance pour le peuple juif, la fin de ses persécutions ) et le cri de son bourreau, fut vécu comme la réouverture cruelle d’une blessure qui peine à se refermer.

Le scandale fut immédiat et Dieudonné fut donc montré du doigt, attaqué et boycotté.
Il est bon de rappeler que le chœur des critiques était tout aussi bien composé de juifs ou non juifs, religieux, laïcs ou athées.

En réponse – représailles ?- aux accusations (et à certaines réactions violentes de la part de quelques excités) , Dieudonné mit en scène d’inédits et savants crachats dans l’introduction d’un nouveau spectacle « Mes excuses » dont on se souvient de l’affiche : Dieudonné en uniforme SS, les yeux exorbités … dissimulant sa provocation derrière le prétexte du second degré.
Le spectacle, commence ainsi : ( Dieudonné s’adresse à un interlocuteur invisible )
” Je m’excuse, je m’excuse ( mimique faussement humble) ô peuple ELU ( intonation méprisante sur le ELU et rires dans la salle). Pardonne à la bête que je suis mes offenses proférées. Je me soumets à ta grandeur ô peuple ELU ( même intonation méprisante sur le ELU et mêmes rires dans la salle). Merci de m’avoir épargné Maître …merci Maître ….. (et survient l’apothéose de la séquence)….DANS L’CUL OUAIS !!!(il fait un bras d’honneur à son “juif imaginaire” et…. mêmes gros rires dans la salle).
Ainsi, mis en cause par un ensemble hétérogène ( bien qu’à mon avis majoritairement juif) d’une partie de la population, Dieudonné réagit en réduisant l’ensemble de ses détracteurs juifs ( et non juifs ) à la dimension d’élection divine qui est un élément majeur de la religion juive. («Tu es aujourd’hui devenu le peuple de l’Eternel ton Dieu» -Deut. 27:9).

« Je m’excuse … Ô peuple élu ». Voilà donc un simulacre de prière transformé en invective, qui, par son ironie populiste, exclut définitivement, et publiquement, tout juif du débat contradictoire, le clouant au pilori du fait même de sa judaïcité chapeautée de cette fameuse élection, quand bien même serait-il athée. …le clouer au pilori ….et le lui mettre bien profond ! Bras d’honneur ( ?) oblige.
… Implicitement, il est donc maintenant question pour Dieudonné d’ assimiler tout juif à un homme se prétendant supérieur et, suivant les leçons du Protocole, ambitionnant à coup sûr de dominer le monde. Ce qui, toujours aussi implicitement induit la redoutable, et déjà éprouvée, question suivante : que faire d’un tel individu ?

3) Le Zenith
( mi janvier 2005),

Lors de son succès tristement considérable au Zénith, il jeta pelle mêle en pâture à son public déjà acquis : Bruel, Bernard Henry Lévy, Finkielkraut,( Finkelcrotte !!!) Elie Wiesel, Drucker, Enrico Macias, Bénichou( ?), le breton imaginaire : Goldenkraut – « Golden-crotte !! » –…..et prononça des phrases d’humour historiques comme :
– « Ce soir, je ne m’exprimerai pas en tant que juif-pratiquant-laïc-athée ( rires ), mais en tant que citoyen français traînant derrière lui 100.000 ans, que dis-je! 200.000 ans de douleur et de persécutions et de pogroms (tout le Zénith s’esclaffe). »
– « Dans ce pays, dès que tu parles un peu d’Israël, tu as intérêt à t’accrocher. Tu mets les pieds dans une zone interdite, parce qu’on est en France, parce que il y a eu la guerre, parce qu’il y a eu …. (Il feint une hésitation) parce qu’il y a eu… la Shoah ! »(Il prononce le mot en chuchotant et se retourne en jetant des regards inquiets). « Je regarde toujours par derrière, car les sionistes c’est toujours dans le dos qu’ils t’attaquent ».
Nous constaterons la dénégation cynique et méprisante de la douleur et de la souffrance d’un peuple et de son exhibition à la vindicte populaire, méthode qu’il affectionne entre toutes. Douleur et souffrance si vivaces pourtant et quelques rescapés des camps sont encore là pour en témoigner. Peu importe à Dieudonné qu’eux et leur descendance aient encore à souffrir de ses propos méprisables. En 24 février 2005, dans la tourmente de l’affaire « pornographie mémorielle »l’avocat de Dieudonné, Me Roux, viendra à son secours et déclarera : “Dieudonné redit son profond respect pour la mémoire des victimes de la Shoah …”. Le prestidigitateur des mots venait de trouver du renfort.….Et nous aurons bien lu : « profond respect pour la mémoire des victimes de la Shoah » !!

4) Pornographie mémorielle- L’interview algéroise ( fin février 2005)

Certains toujours le soutiennent et d’autre en seraient tentés quand il affirme n’avoir jamais parlé de pornographie mémorielle, ou de ne pas avoir associé cette expression à la Shoa mais plutôt à l’hypertrophie de son traitement médiatique.
Il déclarera par la suite avoir emprunté cette expression à une historienne Israélienne, Edith Zertal, celle-la même qui objectera :

Je n’ai jamais associé le drame de la Shoah à de la pornographie mémorielle.»( – Libération 21 février 2005). Mais comment ne pas lui attribuer une volonté malsaine, quand on rapproche cette expression de ce qu’il annone dans la même interview : « 400 ans d’esclavage et on voudrait nous faire pleurer sur….»…que laisse-t-il donc entendre dans la brume providentielle de cette phrase qu’il ne finit pas ? « Et on voudrait nous faire pleurer sur….. ?? »…… me permettrai-je de terminer sa phrase en empruntant à notre « auteur » des propos déjà ci-dessus cités : « 400 ans d’esclavage et on voudrait nous faire pleurer sur 100.000 ans, que dis-je! 200.000 ans de douleur et de persécutions et de pogroms (tout le Zénith s’esclaffe) »…Il y a une formidable récurrence dans ses sous- entendus affligeants.

Dans ce même interview algérois,
– Il affublera le Crif du qualificatif : « équipe de malfrat ». ( mais que fait la police ? )
– Il déclarera le territoire de la république : «territoire occupé par le sionisme», appelant implicitement une certaine catégorie de la population (constituant son fond de commerce ) à une nouvelle Intifada à la française apportant son lot de malheur.
– Il accusera pourtant que ce même Crif d’entraîner la Françe à la guerre civile. Mais, toujours dissimulé dans les brouillards des sous entendus, il menacera plus tard le premier ministre :”Si j’avais un conseil à donner à M. Raffarin, je lui dirais de faire attention et de ne pas jeter de l’huile sur le feu, le climat est assez sensible”. La voulait-il tant que ça son intifada ?….On a vu…
– Il confirmera son goût pour les méthodes fascistes et son déni de la communauté Juive en déclarant que « Les autorités juives, sionistes continuaient par leur argent, leur puissance économique à humilier le monde noir à qui ils ont culturellement déclaré la guerre. Que ce même lobby confisquait la souffrance des noirs qu’il considérait comme de la merde…et les arabes je n’en parle même pas……”. Il évoquait là un réseau ultra sioniste qu’il avait « débusqué » au sein du CNC.
Nous aurions bien aimé mes connaître ces fameux sionistes du CNC. Des sionistes patronymiques sans doute( des golden-crotte ?, des bensoussanstein ???? on veut des noms et des visages de préférence au nez crochu !).
Nous connaissions les débusqueurs de Juifs ; les voilà maintenant déguisés en débusqueurs de Sionistes.

5) Zenith ( fin 2005) rapporté par Clément Weill-Raynal – Tu peux pas de faire comme les autres, des sketchs rigolo, sur les téléphones portables, sur le sexe… ? lui demande son partenaire technicien ?
– Non, il y a Gad Elmaleh pour ça, », répond Dieudonné.Huées dans la salle.Sifflets.– Ou alors il y a Elie Semoun.La salle reprend de plus belle.– Et pourquoi pas Boujenah ?Les cinq milles spectateurs exultent, huent, sifflent trépignent.

Les humoristes français « rigolos », ceux qui ne sont pas engagés en permanence pour une cause, ceux qui causent avec humour de téléphones portables et de sexe, ceux-là sont nombreux : Pierre Palmade, Jean Marie Bigard, Franck Dubosc, Sylvie Joly, Michèle Laroque, Murielle Robin, Anne Roumanoff etc….
Le hasard aurait-il voulu que parmi ces dizaines d’humoristes Dieudonné n’ ai trouvé à jeter en pâture à son public que 3 noms d’artistes Juifs qui n’avaient rien demandé ???
« j’ai appris qu’il ne faut jamais prononcer le mot Juif, il faut dire Sioniste » dira-t-il en au début de l’année 2006.
Et, en paraphrasant Thomas Clerc nous affirmerons que « Les blagues de Dieudonné, loin d’être idéologiquement innocente, ne peuvent que soulever une foule complètement acquise. Eprouvée par la rhétorique fasciste, cette façon habile de procéder ne vise qu’à faire rire les peuples aux dépens des autres, suspects par essence ».

Dieudonné Empoisonneur « de la langue française ; aubaine inespérée pour tous les antisémites en mal d’injures… et/ou de tortures ?
N’est-ce pas grâce à ses savantes confusions qu’il est possible désormais, pour tous les nouveaux nostalgiques bouffeurs de juif de traiter, en toute quiétude, les Ben-berg-man-stein-sky de « sales sioniste » dont le sens demeure à l’évidence comme « sale Juif » et les conséquences trop connues ?
Et n’est-ce pas sous l’influence de « l’effet Dieudonné » et de ses savantes confusions que certains esprits , malades, haineux, barbares peuvent être amenés à commettre des actes abominables ?
Nous sommes en droit de poser publiquement la question. Nous sommes en droit de le croire et de l’affirmer.