8 mai 2021
Non classé

“The great ecstasy of Robert Carmichael”, film de Thomas Clay

Robert Carmichael vit à Newhaven, c’est une ville côtière du sud de la Grande Bretagne , où il existe encore une industrie de la pêche ( en train de disparaître , comme a disparu l’industrie minière il y a 20 ans )
C’est un adolescent tourmenté par sa sexualité, il vit avec sa mère qui l’élève seule : elle est musicienne et a transmis à son fils le goût de la musique ! Il est violoncelliste amateur, et suit plutôt bien les cours au collège. Mais il est décrit comme ” réservé, amorphe MUTIQUE ” Robert va traîner avec des copains peu fréquentables, qui vivent de vols, de trafics de drogue .. le phénomène de la bande, de l’entraînement dans la délinquance par le cousin qui sort de prison, la montée de la violence avec la prise d’ecstasy, le viol en réunion d’une adolescente. On est scotché par la justesse de cette description Tout cela sur un fond de télévision, qui diffuse le film de l’invasion de l’Irak par Bush et son allié Blair, ( Bush se vantant d’apporter la civilisation aux Irakiens…)

La bande devient de plus en plus violente et les actes de délinquance s’enchaînent :
” Ces riches, ils ont tout , nous, on n’a rien ” dit Joêl, qui a été ” viré ” du collège et prend la place du caïd de la bande .
Ils vont commettre l’horreur, et c’est Robert, le MUTIQUE qui va se révéler le plus barbare.
Ce qui confirme la justesse de l’exposé d’une psychiatre que j’ai entendue récemment (et qui interviendra, je l’espère, à notre débat). ” les enfants les plus réservés, ceux qui sont MUTIQUES peuvent se révéler les PLUS violents ”
Mais revenons à notre film : le cinéaste a tourné à Newhaven où un footballeur célèbre a été sauvagement assassiné : il était riche, il était célèbre, il passait à la télévision.

Comment ne pas faire le rapprochement avec le meurtre de Ilan Halimi, par le” gang des barbares” ?
Ces adolescents à la dérive, qui de délinquants, trafics en tous genres, peuvent devenir des assassins, des barbares ?
Cette violence dans les banlieues, à l’école, n’a pas, comme cause, la SEULE raison sociale (Robert n’est pas pauvre).
Alors, il faut en parler. Ne pas en parler, c’est laisser le champ libre à d’autres pour le faire ! Avec des intentions à l’horizon des élections d’Avril 2007…

C’est pourquoi, nous, l’Ufal du Rhône, nous organisons un débat en Septembre sur ce sujet préoccupant, avec pédo-psychiatre, représentant de la justice et de la police.
C’est pourquoi, je me suis fait.violence pour voir ce film, et vous en parler. A vous de décider, si vous pouvez supporter, pour COMPRENDRE ce phénomène de société, et agir pour lutter contre cette violence.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


%d blogueurs aiment cette page :