28 janvier 2023

Mon week-end à Paris…

Je passerai sur mon hypothèse méthodologique exposée vendredi pour relater quelques impressions ressenties tout d'abord samedi lorsque certaines personne d'origine berbère m'expliquèrent que dans le lycée où elles travaillaient ou envoyaient leur progéniture, on leur proposait spontanément à la cantine un menu sans porc, conseillant même aux parents de ne pas trop jouer à l'exception s'ils ne voulaient pas voir leur enfant être embêté par ses congénères…J'ai cru rêver…Au lieu de se battre pour expliquer ce que la tolérance et le respect veulent réellement dire, certains préfèrent se soumettre pour ne pas faire de vagues…démission de l'esprit public par ceux-là mêmes qui prétendent le défendre pourtant à la moindre mesurette cherchant à modifier leur statut, pour le salut du Bien commun et le leur par dessus le marché…comme rendre plus autonome les lycées et les facs…peine perdue…status quo…plus de rab à la cantoch…rtt…cris étouffés, chuchotements, arrêt de travail…tant pis…surtout que la droite en rajoute, tend la croupe pour se faire battre à coup de CPE…

 


Le lendemain, j'allais à la Cigale en compagnie d'un des fondateurs de Resilience.tv pour assister à quelques essais en com, un bon film au rythme techno sur l'état du pays, de la prestance dans les témoignages dénonçant tous l'infantilisation et l'appauvrissement de la France : dommage cependant que cette grande messe se soit appelée " Congrès" ou alors il fallait l'entendre au sens conventionnel d'une réunion annuelle, comme l'on dit le "congrès des dentistes", et non pas comme je le croyais, l'acte fondateur d'une réelle alternative expliquant qu'il n'y a pas de contradictions entre la création de richesses et le souci de voir cette prospérité être la plus justement partagée dans une Constitution française renouvelée…

C'est ce que j'avais en tête lorsque nous arrivâmes au Temple de l'Oratoire, où une responsable étudiante était en train de relater les tenants et aboutissants de la lutte anti-CPE, soulignant qu'il ne s'agissait pas selon elle d'oeuvrer contre la liberté d'entreprendre mais les abus engendrés par l'humain trop humain ; banalité qu'il semble cependant utile de rappeler en ces temps forts de l'antilibéralisme primaire qui empile rapport sur rapport, couplé à un antiaméricanisme de la même eau dans laquelle barbotte le scorpion Clearstream soucieuse de piquer toute "frog" qui l'amènerait pourtant sur la terre ferme, celle d'une France retrouvée ; c'est du moins ce que tentait de démonter André Gluksmann, en montrant bien comment les Trente Piteuses, dirait Nicolas Baverez, ont constitué la gabegie actuelle, celle d'un étatisme sans vergogne.

Néanmoins, à la question de savoir ce que serait une France non antilibérale et non antiaméricaine, une France articulant prospérité et solidarité, André nous proposa de relire Foucault, ce que j'ai trouvé un tout petit peu court, pour ne pas dire plus, même s'il faisait sans doute référence aux textes stipulant qu'il faille "défendre la société" contre l'emprise étatiste ; sauf que le propos foucaldien ne s'arrête pas là et milite contre toute institution, justice et parlement, tout corps intermédiaire qui prétenderait réguler la volonté d'être, ce que j'ai démontré à plusieurs reprises, et tout dernièrement dans La philosophie cannibale

N'oublions pas que cette espèce de néo-anarchisme tout pétri de révolte respectable contre les tyrannies se transforme, en même temps, en l'opposé de ce qu'il pense, sans doute sincèrement, éviter : il devient en effet une révolte contre toute institution en réalité abattant dans ce cas en plein vol le Mouvement de la Réforme, celle de l'Affinement, celle d'une Néo-Modernité qui n'opposerait pas qualitatif et quantitatif, et refuserait dans ce cas de laisser le champ libre aux conservatismes de gauche et de droite, surtout celui qui se pare de nationalisme et de socialisme, et qui, aujourd'hui, prend forme sous nos yeux, alors qu'il vient encore pourtant des deux bords opposés de l'échiquier politique…

En fait, un tsunami politique approche Paris, mais il est déjà trop tard pour construire les digues nécessaires et suffisantes. A moins qu'un Vauban (ou un Gallieni), que plusieurs Jeanne Hachette, ne trouvent la parade adéquate.

Lucien SA Oulahbib

https://en.wikipedia.org/wiki/Lucien-Samir_Oulahbib

Voir tous les articles de Lucien SA Oulahbib →

Une réflexion sur « Mon week-end à Paris… »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


%d blogueurs aiment cette page :