7 février 2023
Non classé

L’Union Européenne cède au Hamas

Dimanche 14 mai : Daniel Wultz, jeune lycéen américain de 16 ans, particulièrement doué et apprécié, meurt des blessures qu’il a subies lors de l’attentat du 17 avril dans un quartier populaire de Jérusalem. Dix personnes avaient été tuées lors de cet attentat. Il est le onzième à mourir. Son agonie aura duré près d’un mois.
Ces dernières semaines la télévision officielle palestinienne, qui est sous la responsabilité de Mahmoud Abbas, diffuse un clip qui parle de Nakba – création d’Israël – sur fond de « carte de Palestine, » en fait la totalité d’Israël. Avec ce commentaire dit par une vieille femme palestinienne : « la Palestine est la terre de mes ancêtres, quitte là ! »

Quant au Site Internet du Hamas destiné aux enfants il publie semaine après semaine des BDs qui incitent à la haine du Juif et au « martyre » ou mort pour Allah – voir www.pmw.org.il site de Palestinian Media Watch, observatoire des médias palestiniens -.
L’incitation continue donc. Côté Fatah – censé être ‘modéré’, côté Hamas ou encore Jihad Islamique, qui le 17 avril tirait sa seconde Katyusha sur le sud d’Israël. Une roquette plus sophistiquée que la traditionnelle Quasam artisanale et de plus longue portée. Cette fois un élevage de poulets a été touché. Il n’y a donc pas de quoi, à première vue, en faire de dépêche ni d’article. Pourtant les populations qui subissent ces tirs depuis des semaines sont bel et bien traumatisées. Mais cela n’intéresse pas grand monde.

Et puis, il a été démontré que le Hamas se cache derrière des groupes comme les Comité de la Révolution populaire. Donc, si ce n’est toi c’est donc ton frère. Tout récemment le nouveau Premier ministre palestinien a d’ailleurs rappelé ses ouailles à l’ordre après qu’ils se soient entretués dans la Bande de Gaza en leur disant qu’il n’y a qu’un seul ennemi : l’Etat hébreu et les Juifs.

C’est sur cet arrière-plan que s’est livrée ces derniers temps une véritable offensive palestinienne et arabe en Europe. Car, au lendemain de l’élection du Hamas aux commandes de l’Autorité Palestinienne, l’Union européenne, en effet, s’était conduite impeccablement en suspendant les versements aux Palestiniens et en en liant la reprise à des conditions qui semblaient des plus logiques : il fallait que le Hamas renonce au terrorisme, à prôner la destruction d’Israël et s’engage à respecter les accords conclus entre Palestiniens et Israéliens jusqu’ici. Ce à quoi le Hamas se refuse jusqu’à aujourd’hui.

Ont débarqué Amr Moussa, Président de la Ligue Arabe, puis Mahmoud Abbas et enfin le Patriarche Latin de Jérusalem, Michel Sabbah. Tous reçus à bras ouverts à l’Elysée, tous faisant un même constat : Jacques Chirac les avait compris et comprenait très bien le Moyen-Orient. A voir leur mine satisfaite à ces dires il faut comprendre que c’est leur version de la région que le Président français est censé si bien comprendre. Jacques Chirac s’est d’ailleurs engagé à demander à ses collègues européens de revoir leur copie pour venir en aide au plus tôt à des Palestiniens présentés comme étant au bord de la famine.

Subtilement, Michel Sabbah, reconnaît la souffrance israélienne mais pour en rendre responsable « l’action militaire d’Israël depuis 2000, la souffrance palestinienne depuis 50 ans, l’occupation militaire israélienne, les villes prison encerclées de murs hauts de 8 mètres, murs qui augmentent la haine. » Quant aux attentats, le prélat parle « d’acte terroristes israéliens qui tuent des innocents. » Et, ne pouvant nier que « les Palestiniens l’ont fait aussi, » il justifie néanmoins ce terrorisme ainsi : « c’est pour attirer l’attention sur une injustice. » Et il aborde aussi le chapitre de « la faim » des Palestiniens.

Un tableau quelque peu déformé. L’exemple le plus flagrant étant la Bande de Gaza, évacuée en totalité par Israël et sous contrôle total palestinien. Bande séparée d’Israël par une barrière de sécurité comme celle qui protège une partie d’Israël au nord et autour de Jérusalem. Le mur ne représentant que 7 % de ce qui a été réalisé jusqu’ici et n’étant construit que lorsqu’il n’y a pas d’autre choix. Il y a, bien sûr, des passages ouverts dans cette barrière et Israël laisse systématiquement passer des convois humanitaires ou des Palestiniens munis de permis, prudence oblige. Ce qui rend toute allégation de faim totalement mensongère. D’ailleurs ce sont des tonnes d’armes qui entrent à Gaza par l’Egypte ou la mer. En toute impunité. Quant à l’aspect financier des choses, les divers groupes terroristes ont bel et bien les moyens d’acheter toutes ces armes.

Et le fait que des fonds internationaux soient utilisés pour acheter des armes est monnaie courante. D’ailleurs les aveux de Fuad Hejazi Muhammad Shubaki, ancien responsible financier des services généraux de sécurité palestiniens et conseiller de Yasser Arafat, détenu dans la prison de Jéricho, puis transféré en Israël qui craignait qu’il soit relâché par les Palestiniens, prouvent que des fonds internationaux ont été utilisés pour l’achat ou la fabrication d’armes, d’explosifs, de matériel de guerre.

Des commandes ont été passées depuis l’automne 2000 par Jibril Rajoub, Amin al-Hindi, Haj Ismail, Rashid Abu Shabak, Abdul Razek Majaideh and Ghazi Jebali puis soumis à l’approbation de Yasser Arafat àl’époque. Muhammad Shubaki estime les sommes utilisées entre 2 et 7 millions de dollars tous les deux ans pour la Bande de Gaza et d’environ 2 millions de dollars pour la Judée Samarie. Les Brigades des Martyrs d’Al-Aksa et les Tanzim – branches armées du Fatah- utilisant des armes fournies par l’Autorité Palestinienne, avec l’accord de Yasser Arafat.
Fait que Michel Sabbah semble ignorer puisqu’il estime que “les Israéliens ne respectent pas les Palestiniens. Ils disaient que Yasser Arafat était un terroriste et disent que Mahmoud Abbas est faible.”
Muhammad Shubaki avoue également l’implication iranienne, non seulement dans l’affaire du Karina A et ses tonnes d’armes, mais dans l’aide aux groupes terroristes palestiniens.

On a affaire à des enfants de choeur, on le voit.

En dépit des réalités sur le terrain, à savoir soit un Mahmoud Abbas faible, soit complice, ce dernier était accueilli en grande pompe au Parlement européen le 16 mai. Il venait demander que les 600 millions d’Euros versés annuellement par l’Union européenne soient transférés au plus tôt. Lors de son récent passage à Paris Jacques Chirac lui a d’ailleurs promis de demander que ces sommes soient augmentées.

L‘intervention du Président palestinien ce jour-là a provoqué cette réaction de la part de Patrick Gaubert, Eurodéputé UMP PPE-DE et membres de diverses commissions : “Bien qu’accueilli avec sympathie par le Parlement européen, le Président de l’Autorité Palestinienne M. Abbas a prononcé un discours lourd de conséquences. En évoquant en introduction la “Naqba” (“catastrophe” en arabe) de 1948 pour parler de la création de l’Etat d’Israël, il nie, par ce terme, le droit à l’existence d’Israël.

De plus, le quasi-chantage de dire aux Eurodéputés “Si vous ne donnez pas de l’argent, vous aurez la violence” est inacceptable. L’Europe est tout à fait prête à aider le peuple palestinien à condition que M. Abbas, Président de l’Autorité palestinienne, se porte garant de la bonne utilisation de l’argent de l’Union européenne.

L’Europe doit des comptes à l’ensemble de ses citoyens afin que son argent ne serve pas indirectement à financer une organisation terroriste, même si celle-ci a été portée au pouvoir démocratiquement.
En enjoignant les Européens à soutenir financièrement le gouvernement Palestinien composé exclusivement de membres de l’organisation terroriste Hamas, il demande tout simplement à l’Union européenne de fermer les yeux sur les crimes de cette organisation, sans rechercher de solution autre permettant d’aider le peuple palestinien, sans cautionner la politique du Hamas.

Par son discours faisant d’Israël le seul responsable des malheurs du peuple palestinien, il s’accommode plus du Hamas qu’il ne tend la main aux Israéliens pour tenter de trouver une issue pacifique à la tragédie que vivent ces deux peuples au Proche-Orient. »

On attend la suite. Mais l’Europe a donné des signes qui ne trompent pas et devrait reprendre ses versements sous peu. Par le truchement de mécanismes censés assurer que cette fois les fonds ne seront pas détournés…mais personne n’est dupe. Alors, l’Union européenne va-t-elle recommencer à financer le terrorisme palestinien ? Avec notre argent ? Pouvons-nous laisser faire ? Ou ne serait-il pas grand temps de se conduire en citoyens responsables ?

Une réflexion sur « L’Union Européenne cède au Hamas »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


%d blogueurs aiment cette page :