29 octobre 2020
Non classé

Quand Jacques Chirac communautarise encore mieux que Sarkozy…

N‘y-a-t-il pas là une volonté d’un grand écart qui vise en fait à camoufler la même politique séparatrice qui a échoué avec la guerre d’Algérie, celle consistant à confondre les ethnies avec leur religion, attisant les différences posées comme essences au lieu de les signifier uniquement comme diversités d’une même entité, celle d’une histoire commune à savoir la France ?

Pourquoi Jacques Chirac ne fait-il pas un mémorial protestant, corse, breton, orthodoxe, catholique, juif ( qui ne serait pas consacré à la Shoah mais au fait qu’ils soient morts pour la France )? Jacques Chirac, qui a échoué sur tout, dont la politique a attisé les tensions au Proche Orient en conseillant Arafat de ne pas signer à Tabah, ce Jacques Chirac, là, qui est le principal boulet que la France n’ait jamais connu depuis longtemps, continue, avec obstination, la politique relativiste de la gauche en creusant plus profondément encore la tombe dans laquelle il veut déposer la France alors que personne ne veut de sa politique différentialiste qui coule certes de beaux jours au FN (via la feu nouvelle droite…), mais n’a rien à voir avec l’esprit républicain qu’il s’agit évidemment de rénover en acceptant la diversité des cultures (pluri plutôt que multi néanmoins…), c’est ce que je nomme la néomodernité, ce qui implique de refuser la simple muséification des mémoires quand bien même serait-elle “première” et d’oeuvrer pour l’affirmation forte de l’esprit universel dont la laïcité républicaine est le socle.

Parce qu’une culture vit, change, évolue, s’enrichit et ne reste pas momifiée derrière la vitrine du temps avec, comme guide, un Jacques Chirac qui poursuit la vitrification de la France (commencée bien avant lui) en finissant de construire son Chiracland tandis que l’hyper-étatisme en se répandant atrophie le pays tout en hurlant cocorico à chaque boîte de conserves vendu, c’est cela le socialnationalisme qui avive les tensions et nous rend si misérables dans l’intimité de notre souffle celui qui nous interdit désormais d’avoir le moindre frisson parcourant la chair puisque celle-ci n’est plus incarnée par la fierté d’être ensemble au-delà de nos différences, c’est aujourd’hui le contraire, chacun étiquetant son identité privilégiée comme si ce geste, seul, pouvait faire office de personnalité. Degré zéro du politique. Mais impossible n’étant pas français, aller au-dessous de zéro est bien entendu amorcé…observez le spectacle mesdames et messieurs, le show 2007 a commencé…

Lucien SA Oulahbib

https://en.wikipedia.org/wiki/Lucien-Samir_Oulahbib

Voir tous les articles de Lucien SA Oulahbib →

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


%d blogueurs aiment cette page :