27 octobre 2020
Non classé

Rétablir de toute urgence notre force de dissuasion !

Nous pleurons encore la mort des soldats de Tsahal Hanan Barak et Pavel Slutsker et prions pour le retour de Guilad Shalit sain et sauf chez lui. En attendant, en Israël, comme un fait exprès, on s’étend à n’en plus finir sur des détails insignifiants, pour détourner notre attention de l’essentiel.

Quand un attentat frappait une «implantation», on passait la moitié de notre temps à discuter : est-ce qu’il y avait oui ou non une barrière dans le coin ? Quand un terroriste suicidaire se faisait exploser dans un autobus ou dans un centre commercial, on se demandait une journée entière de quelle manière le terroriste s’était infiltré : par une barrière ou par des barrages qui contournent la barrière ?
Quand des soldats qui gardaient une «implantation» furent tués, on nous plantait un couteau dans le dos en demandant : pourquoi faut-il qu’une brigade entière assure la garde d’une implantation ? Et à présent, nous venons à peine d’enterrer les morts de Kerem Shalom, nous savons déjà que la barrière n’a pas arrêté les terroristes, et nous nous perdons dans des discours interminables pour savoir si les informations concernant un éventuel attentat étaient précises et localisées ou non.
Il y avait à Hélem un petit village traversé par un pont. Un jour, le pont s’écroula et de nombreux passants tombèrent et furent blessés.

Les sages de Hélem se penchèrent sur la question sept jours et sept nuits durant et décidèrent de construire un hôpital près du pont.
L’Etat d’Israël se comporte exactement de la même manière. Nous sommes en guerre et nous perdons notre temps à construire des barrières. Cela fait des semaines que Sdérot encaisse des centaines de roquettes et les spécialistes du gouvernement s’emploient à trouver les fonds nécessaires pour blinder les établissements scolaires de la ville ! Nous sommes en guerre et le gouvernement perd son temps à barricader, à blinder et à préparer le prochain retrait qui fera de la vie de nous tous, un véritable enfer !

Où sont donc passés tous les parieurs sur notre vie, qui avaient promis que si nous nous retirons de la bande de Gaza, sur la «ligne verte», nous aurons la paix !? Où sont donc passés tous ces idiots de spécialistes euphoriques, qui avaient prétendu que les organisations terroristes seraient les premières à avoir intérêt à veiller sur le calme dans la bande de Gaza et que désormais, elles concentreraient leurs forces terroristes sur la Judée et la Samarie ?!?!
Ils ont des noms tous ces petits génies : Schaoul Mofaz, Dan Haloutz et Amos Guilad. Pourquoi ne reconnaissent-ils pas leur erreur stratégique ? Pourquoi ne se reconnaissent-ils pas coupables et n’admettent-ils pas qu’ils se sont trompés ? Nous nous sommes enfuis de Gaza et Gaza nous poursuit de plus belle ! Et le sort de Kérem Shalom est le même que celui de Nétsarim…

Ceux qui n’ont pas ripostés aux 6 000 obus qui sont tombés sur le Goush Katif, s’étonnent à présent que le Néguev occidental soit quotidiennement la cible de roquettes. Quant au ministre de la Défense, qui nous a fait la morale la semaine dernière en nous disant que nous devions faire preuve de retenue, il est responsable ce qui vient de se passer. S’il pensait sérieusement qu’en adressant des mises en garde au Hamas, il neutraliserait cette organisation d’assassins, il nous faut de toute urgence un ministre qui sache un peu mieux réfléchir ! Et s’il savait que des mises en garde ne suffiraient pas et qu’il lui fallait des morts chez nous pour justifier l’élimination de dirigeants du Hamas, alors à mes yeux, c’est un véritable criminel !

Quoi qu’il en soit, lui et le Premier ministre sont responsables du fait qu’Israël n’ait pas réussi à faire cesser les tirs de kassams et qu’il ait montré des signes de faiblesse et d’hésitation que les organisations terroristes ont très bien perçus. Et pendant ce temps, en pleins tirs de kassams sur Sdérot, notre Premier ministre n’a rien trouvé de mieux à faire, que d’aller se balader à l’étranger et de crier sans relâche sur tous les toits, qu’Israël veut se retirer de Judée et de Samarie, expulser des dizaines de milliers d’habitants Juifs et détruire des centaines de villages.

A présent, alors que l’armée devrait combattre à Gaza, notre ministre de la Défense s’occupe des futurs démantèlements de points de peuplement de Judée Samarie.

A présent, on va punir le Hamas et entreprendre une opération dans la bande de Gaza. Peut-être allons-nous abattre Ismaïl Haniyeh et Muhammad Def. Mais une fois de plus, ce sera trop peu et trop tard, si d’un autre côté, nous prévenons le Hamas en leur disant «Soyez patients, vous êtes sur le point de gagner, nous avons l’intention de réaliser d’autres retraits. Vous pourrez tranquillement continuer de creuser des tunnels de Nébi Samouel jusqu’au-dessous de la Knesset, vous pourrez tirer à votre guise sur l’aéroport de Ben Gourion» Péretz et Olmerth n’auront qu’à tomber une fois de plus à la renverse et se feront un plaisir de proférer de nouvelles menaces et de proclamer que les coupables ne leur échapperont pas. Mais ce sont eux, les coupables !

Nous n’avons que faire d’un nouvel hôpital, il nous faut réparer le pont, rectifier notre conception de la sécurité et rétablir notre force de dissuasion.

Article initialement publié sur a7fr.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


%d blogueurs aiment cette page :