27 octobre 2020
Non classé

A380 : un nouveau Concorde ?

Nous notions déjà il y a cinq ans que les emplois créés par toutes les subventions au nucléaire et au spatial représentaient 250 000 personnes, emplois des sous-traitants compris, et que si l’on rapportait ces emplois au total des subventions, nous serions à un multiple élevé de ce que coûte la création d’un emploi par le secteur privé.

Car le secteur privé crée à lui seul 500 000 emplois par an, deux fois ce qui a été créé par le plan étatique dans le nucléaire et le spatial en 30 ans.

L’Etat n’est pas comme il veut nous le faire croire la bonne fée qui, à travers le Plan Beffa, OSEO Anvar, ou les programmes nucléaires et spatiaux, invente ce qui sera la force de nos futures industries. Par les prélèvements qu’il opère au détriment des entreprises qui sauraient beaucoup mieux que lui investir, il est celui qui écrase la croissance de notre PIB.

Les derniers avatars d’Airbus qui rappellent ceux de Concorde sont là pour nous en faire souvenir. Il y a dix ans, il y avait un pari sur l’avion du futur : plus gros, plus lourd pour faire chuter le coût/passager au kilomètre et pallier l’encombrement des aéroports ; ou un avion plus petit mais moins consommateur pour une liaison point par point sans avoir à passer par des « hubs » avec éclatement à partir de l’aéroport de destination sur des plus petits avions vers l’aéroport final.

Airbus a joué le gros, le massif, fort des aides gouvernementales ; le secteur privé aux USA avec Boeing a joué le point à point. Pour l’instant Boeing paraît avoir largement gagné car l’A350, concurrent du 787 américain ne verra pas le jour avant 5 ans.

Et, sans parler des autres problèmes (retards, sillage trop important obligeant à l’espacement des avions), l’A380 paraît avoir fait le « plein » de toutes les compagnies dont l’essentiel du trafic est entre « hub ».

Espérant que l’avenir change la donne sinon l’A380 pourrait bien être un nouveau Concorde : un exploit technique, la gloire de nos hommes politiques mais un désastre financier.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


%d blogueurs aiment cette page :