15 avril 2021
Non classé

Réponse des médias gouvernementaux syriens à la proposition d’une force multinationale au Liban :

En réponse à la proposition internationale d’une force multinationale au Liban sous l’égide de l’ONU, la presse gouvernementale syrienne a publié plusieurs articles opposés à la proposition, menaçant d’attaquer Israël ainsi que la force multinationale. Extraits :

Une force multinationale : une force d’occupation contre laquelle il faudrait résister“.


Un éditorial du quotidien gouvernemental syrien Al-Baath intitulé “Force internationale ou nouvelle occupation ?” affirme :

Quiconque croit que la présence de forces internationales sur le sol libanais représente une solution se méprend, puisque ces forces, aux yeux des combattants de la résistance et des nationalistes panarabes, seraient des forces d’occupation, à l’instar des forces ayant occupé l’Irak et d’autres endroits du monde.

Contre [des forces internationales] de ce type, la résistance des forces affrontant Israël au Liban sud, des frères arabes et des amis qui, [partout] dans le monde, soutiennent la résistance, est nécessaire. Elle se manifestera de plusieurs manières Quiconque croit que la destruction, le meurtre ou même l’occupation peuvent imposer des solutions en violant la souveraineté et l’honneur de la nation, se trompe.” (1).

Dans un éditorial du quotidien Techrine, Izz Al-Din Darwish écrit :

Que signifie la présence d’une force internationale ? La soumission du Liban à la volonté d’Israël et la possibilité d’une nouvelle guerre civile. En outre, plus aucune raison de vivre au Liban sud, où ces forces seraient stationnées. Des rapports affirment en effet qu’une des conditions d’Israël est de pouvoir décider de qui pourra vivre au sud et de qui ne le pourra pas. Israël exige en outre que ces forces internationales [soient déployées] dans la majeure partie des territoires du sud, sur 30 km.Voilà les forces internationales que les Etats-Unis et Israël proposent, sans tenir compte le moins du monde de la volonté du Liban et sans demander l’avis des Libanais, comme si le Liban était une terre publique [à la disposition] des Israéliens et de leurs projets d’agressions. Cela signifie que les Libanais seront forcés de traiter ces forces internationales comme des forces d’occupation sur leur terre (…)” (2).

“Le but d’une force internationale sera d’éradiquer la résistance”

Dans un éditorial du quotidien gouvernemental Techrine, Issam Dari écrit :

Ce que veut Israël, c’est mettre fin à la mission de la force d’urgence internationale [ndlr la Finul, Force intérimaire des Nations Unies au Liban], afin que le Liban soit déserté jusqu’au Litani, et même au-delà. Cela en prévision de la politique de terre brûlée qu’Israël compte appliquer, sous prétexte d’éradiquer la résistance, et également en prévision du déploiement des forces internationales que Condoleezza Rice a imposé au sommet de Rome.Cette force occupera le Liban sud et aura pour mission d’éradiquer la résistance nationale libanaise, de la part d’Israël. N’oublions pas que la proposition actuelle fait référence aux forces de l’OTAN! (…) Nous espérons que quelqu’un comprendra le danger des événements actuels et évitera [aux autres] d’être happés par le complot américain (…)” (3)

“Israël est un chat qui sera bientôt dépecé”


Fouad Sharbaji, ancien directeur de la télévision nationale syrienne, écrit dans un article du quotidien Techrine intitulé “Hassan Nasrallah et des conseils à Rice sur le dépeçage du chat” :

(…) Nous, Arabes syriens, nous tenons devant Rice et déclarons au monde entier : nous ne consentirons jamais à ce qu’une force nous retire les armes de l’honneur et nous ne permettrons pas à Israël d’accomplir ses objectifs au moyen de forces internationales, de forces multinationales ou des forces de l’OTAN. Nous, en Syrie, non seulement nous tenons du côté de la résistance, mais nous préparons à toute circonstance imprévue et à tout événement. Nous, en Syrie, avec un sage rationalisme, nous armons d’honneur pour répondre à toute agression, et nous sommes armés comme il faut pour frapper et surprendre l’ennemi, de façon à compléter les actions de la résistance libanaise. Finalement, je propose à Condoleezza Rice d’écouter Hassan Nasrallah et de considérer la situation actuelle d’Israël. [Israël] est le chat que la résistance a atteint, et il est probable qu’il sera bientôt dépecé. Aucune force, quel que soit le nombre de nations qu’elle inclut, ne pourra lui venir en aide.” (4)

Notes

(1) Al-Baath (Syrie), le 27 juillet 2006
(2) Techrine (Syrie), le 30 juillet 2006
(3) Techrine (Syrie), le 29 juillet 2006
(4) Techrine (Syrie), le 30 juillet 2006

Pour consulter l’intégralité des dépêches de MEMRI en français, visiter le site www.memri.org/french et ses archives.

Veuillez adresser vos emails à memri@memrieurope.org

Le MEMRI détient les droits d’auteur sur toutes ses traductions. Celles-ci ne peuvent être citées qu’avec mention de la source.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


%d blogueurs aiment cette page :