28 janvier 2023
Non classé

Comment la TV suisse romande se fait le porte parole du Hezbollah

Olivier Grivat pour Le Temps poursuit en signalant que se trouve au ” cœur du litige, une militante libanaise basée à Genève, Soha Bechara, 39 ans. Cette mère de famille a purgé dix ans de prison pour avoir tenté d’assassiner en 1988 le général Antoine Lahad, un chrétien libanais chef de l’Armée du Sud-Liban. Née dans une famille communiste de Beyrouth, Soha Bechara a reçu le Prix Femme engagée 2006 à Genève et ne cache pas ses sympathies pour le Hezbollah. C’est en compagnie de cette militante que l’équipe de Temps présent est allée sur le terrain filmer l’action du Hezbollah et rencontrer sa famille.
Selon les plaignants, Soha Bechara est présentée comme «une perle rare, une patriote qui a connu un destin tout à fait exceptionnel. Aucune critique, aucune remise en question de son acte criminel», déplore Alain Jean-Mairet. «C’est la première fois que je dépose plainte contre la TV, mais j’ai trouvé un peu fort qu’on présente cette terroriste comme une héroïne aux frais de notre TV d’Etat», relève le conseiller national Oskar Freysinger.

Une séance de conciliation qui a duré trois heures entre plaignants et la TSR a échoué mardi soir. Elle s’est tenue en présence de l’auteur du reportage, Anne-Frédérique Widmann, du rédacteur en chef des magazines, Daniel Monnat, du juriste et du médiateur de la TSR.

Soha Bechara s’avoue surprise du nombre de réactions enregistrées. Pointé du doigt, son mari, Yvan Rochat, candidat vert à la municipalité de Vernier (GE), nie avoir assuré le service d’ordre du Hezbollah lors d’une manifestation contre la guerre au Liban au centre de Berne.

Daniel Monnat, rédacteur en chef des magazines de la TSR, défend ses troupes avec énergie: «Nous avons eu pas mal de débats au sein de la rédaction, notamment sur l’angle utilisé. Mais un mouvement comme le Hezbollah est difficile à approcher. Nous avons choisi de suivre Soha Bechara, mais l’avons fait selon nos règles déontologiques et en donnant la parole à différents milieux.» La proposition des plaignants de diffuser au moins deux films et une interview allant dans un sens opposé a été écartée sans l’ombre d’une hésitation. La plainte suit son cours “.

© Le Temps (payant)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


%d blogueurs aiment cette page :