7 février 2023
Non classé

Teddy Kollek ou la tentation kapoïste

Se fondant sur des archives britanniques devenues récemment accessibles, l’auteur de l’article, le courageux journaliste Ronen Bergman, apporte une note supplémentaire à l’hymne à l’ignominie, une nouvelle pierre à l’édifice de trahison bâti par le parti travailliste israélien sur les cadavres des résistants hébreux à l’occupant britannique.

Son article de quatre pages dévoile “les services rendus à la Couronne” (sic!) par l’agent Teddy Kollek, surnommé “le scorpion” par ses patrons du MI 5 et MI 6, les fameux Services secrets britanniques qui sévirent dans les années qui précédèrent la création de l’Etat d’Israël.

L’espion double Kollek, travaillant à la fois pour le compte de l’Agence juive et celui de l’agence britannique, passait son temps à dénoncer et vendre aux barbouzes de l’agence d’espionnage de la Couronne, les patriotes hébreux envoyés à l’échafaud après avoir subi les pires tortures, ou, dans le meilleur des cas, déportés en Erythrée pour croupir dans les geôles britanniques. D’après Bergman, tandis que les mouvements de résistance du “Lehi” et de “l’Irgoun” luttaient contre l’occupant, “Mister Kollek, our smart scorpion “, s’empiffrait de grands plats “d’huîtres, de canard à l’orange et de mousse au chocolat”, généreusement déboursés par la Couronne, selon le compte rendu des frais méticuleusement relevés par son “employeur” du bureau d’espionnage MI 6.

N‘oublions pas que ce même Kollek avait durant la Seconde guerre mondiale rencontré à Vienne des “dignitaires” nazis, dont Eichmann ni plus ni moins, afin de “négocier” la vie d’un certains nombre de Juifs, grâce à des papiers délivrés par les autorités britanniques “mandataires”. Est-ce que ce “deal”, c’est-à-dire l’obtention de ces papiers en contrepartie de « renseignements » sur les opérations préparées contre les occupants britanniques par les résistants hébreux, avait reçu la bénédiction de Ben Gourion?

Mais en fait pourquoi s’en prendre seulement à Kollek?

Et Ben Gourion? Et son sbire Itshaq Rabin qui bombarda ses “frères” (?) réfugiés sur le bateau “Altalena”?
A propos de Rabin, peut-on nous assurer qu’on ne découvrira pas dans 30 ans qu’il fut un agent de la CIA, lui qui mena une politique si bien calquée à celle de tous les présidents américains, de Carter à Clinton? N’est-ce point Rabin qui démissionna, il y a 30 ans justement, de son poste de Premier Ministre afin d’entraver l’enquête sur la provenance des dollars dans le compte secret de son épouse, la célèbre Léa ? N’oublions point qu’à cette époque, détenir des devises étrangères était considéré comme un délit passible de prison pour le commun des citoyens mortels d’Israël!

Mais le concept qui consiste à vendre ses rivaux idéologiques à une puissance étrangère afin de prendre le pouvoir, est-il vraiment l’apanage exclusif du parti travailliste israélien? Ne semble t-il pas que la trahison interne, la délation et la collaboration avec tout pouvoir en place pour écarter des opposants politiques soit, depuis plus de 2500 ans, c’est-à-dire depuis la main- mise judaïque puis pharisienne sur le peuple hébreu, une donnée constante, on pourrait dire la règle générale, dans le comportement de l’establishment politique ou théologique de cette nation?

Comment expliquer autrement l’hégémonie rabbinique sur le peuple hébreu? Qu’on en juge par une énumération non exhaustive de quelques exemples historiques:

– N’est-ce pas Yohanan Ben Zakkaï, le tristement célèbre chef des pharisiens, qui vendit ses frères zélotes et sicaires au boucher Titus?
– N’est-ce pas l’éminence grise rabbinique “Sa’adya Gaon” qui jeta les juifs karaïtes en pâture au Sultan en les déclarant “hérétiques”, donc ne faisant plus partie du “peuple du livre”?
– N’est-ce point les collabos du “Yshouv” qui dénoncèrent aux turcs les partisans du NILI durant la Première guerre mondiale? Et les Yudenrat du ghetto de Varsovie qui lors de la Seconde guerre mondiale, s’opposèrent aux résistants conduits par le héros Mordekhaï Anielewicz pour combattre le monstre nazi?
– Et enfin, pour demeurer dans l’actualité, quid du mouvement “Paix maintenant”, la coqueluche de la gauche caviar en France? N’est-ce pas lui qui, à coups de budgets européens grassement distribués, envoient ses petits corbeaux délateurs déguisés en “émissaires et observateurs” moucharder auprès des commissions bruxelloises contre leurs frères hébreux, si jamais une caravane, une tente ou même une niche a été “illégalement” (Oh! Les légalistes!) dressée dans les implantations “sauvages” (sic!) de Judée-Samarie?

Pour conclure, tant que la tentation kapoïste n’aura pas été extirpée du peuple hébreu et du pays d’Israël, des scorpions et des Kolleks ne finiront pas de surgir, tels des amanites phalloïdes et autres champignons vénéneux, entre les monceaux de détritus humains.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


%d blogueurs aiment cette page :