26 septembre 2020
Non classé

L’élection de Ségolène Royal serait un désastre

Villiers n’a pas trouvé d’espace pour affirmer les valeurs d’une France fanée malgré la nostalgie ambiante. Arlette n’a pas réussi davantage à l’extrême-gauche.

L’affrontement du second tour sera conforme, globalement, à l’affrontement classique : droite incarnée par l’UMP, gauche incarnée par le PS. On pourra réfléchir ultérieurement aux moyens auxquels on pourrait aisément recourir pour éviter la pantomime un peu grotesque qu’a constitué le premier tour, de la course éperdue aux cinq cents signatures à cette règle débile qui donne un temps de parole rigoureusement égal au représentant d’un grand courant et à celui d’un groupuscule marginal ou d’un regroupement de pêcheurs à la ligne: pourquoi pas un suffrage à un tour précédé de primaires à droite et à gauche ?

Pour l’heure, il faut penser au futur immédiat. Nous avons désormais d’un côté Ségolène, l’incompétente, niaise et arrogante représentante d’un parti qui n’a, comme toute la gauche française, pas su prendre le virage de la modernité et reste enlisé dans des raisonnements qui semblent dater du temps de la lampe à pétrole Nous avons en face Sarkozy. Un homme dont j’ai déjà décrit en ces colonnes les qualités et les défauts.

Du côté qualité, une compréhension de l’étendue du désastre au bord duquel se trouve ce pays. Du côté défauts, des éléments de dirigisme, d’étatisme, de bonapartisme, hélas, très français.

L’élection de Ségolène serait un désastre auquel je ne veux songer, même un instant. : Ce ne serait pas 26 ans après, une répétition de 1981. Ce serait bien plus grave. Le suicide économique dans lequel nous sommes engagés semble déjà irréversible : cinq années de destruction supplémentaires feront qu’il sera non seulement irréversible, mais plus destructeur encore. Confier une économie du XXe siècle asthénique et épuisée à quelqu’un qui croit encore qu’on peut raisonner comme au XIXe siècle relèverait de ce que j’appellerais un effondrement absolu, mais lent. Il y aurait dans l’air une douceur soporifique, des propos gentils, des propos qui ressemblent à ceux d’une infirmière qui n’a plus rien à proposer sinon des soins palliatifs. Jusqu’au moment où doit venir la douce, la suave piqûre ultime de l’euthanasie.

Celle de Sarkozy ouvrira une ère nouvelle. Il y aura des émeutes, peut-être, au moins des tensions en banlieue. Il y aura de la haine et de l’électricité dans l’atmosphère : le terrorisme intellectuel « antisarko » laissera des traces. Sarkozy devra choisir très vite entre deux options : l’apaisement ou l’affrontement. Et je doute que l’apaisement soit vraiment une option. Si Sarkozy entend redresser la France, s’il entend vraiment réconcilier la population de ce vieux pays épuisé avec le siècle qui commence, cela passera par une période initiale très dure.

Le 6 mai au soir, si le visage de Sarkozy apparaît sur les téléviseurs, je m’attends au minimum à des voitures brûlées à la Courneuve ou à Nanterre, voire à des actes de violence plus vifs. Dans des textes précédents, j’ai dit que la France avait un besoin urgent d’une révolution reaganienne ou thatcherienne. Je le pense plus que jamais. Je pense aussi que cette révolution sera difficile : Thatcher a dû affronter des grèves longues. Sarkozy devra s’attendre, au minimum, à un traitement du même genre.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


%d blogueurs aiment cette page :