30 janvier 2023
Non classé

L’Institut du Monde Arabe ment

« C’est en Mésopotamie, donc, que l’organisation de Ben Laden, constituée en 1996 par le défi lancé à l’« Empire américain », joue son avenir même en tant qu’organisation. On observe, dans les textes issus de cette mouvance, une transformation du concept classique de Jihad : de défensif, ce concept est devenu offensif, c’est une arme de guerre destinée à frapper au cœur la « civilisation occidentale »
Pour comprendre la nature foncièrement offensive du Jihâd dans l’islam classique, on lira l’ouvrage de référence sur la question du grand historien égyptien Alfred Morabia, Le Gihâd dans l’islam médieval, préfacé dans son édition française par un des plus grands islamologues contemporains, Roger Arnaldez.
On comprend mieux l’orientation propagandiste de l’IMA lorsque l’on sait que l’Institut, financé par la Ligue arabe [1] pour promouvoir l’islam et casser les « préjugés », avait invité à cette conférence le chercheur Olivier Roy, qui défend la « liberté moderne » des femmes à porter le voile en France. L’ individu avait dans une interview au Monde exprimé l’idée fumeuse selon laquelle « lutter contre le voile, ce serait, au fond, choisir Ben Ali ou les généraux algériens contre la démocratie ». (Le Monde, édition du 04/02/04)

Le médiatique Olivier Roy, grâce à son statut de chercheur au CNRS, est une des cautions intellectualistes des islamistes de l’UOIF qui l’invitent depuis plusieurs années au Congrès du Bourget, marqué cet année par le discours inaugural de Hani Ramadan, favorable à la lapidation qu’il considère comme une « purification ».

Autre conférencière de l’IMA, la sociologue Nacira Guénif, dont on notera simplement la contribution au film de propagande islamiste « Un racisme à peine voilé », qui a bénéficié d’une large diffusion dans les milieux islamiques, destiné à faire croire que l’interdiction du port du voile à l’école est un racisme anti-arabe qui ne dit pas son nom…si les producteurs avaient voulu attiser le racisme anti-français, il ne s’y seraient pas pris autrement.

Afin de cerner ce mystérieux Institut, nous renvoyons à une entrevue où les livres de théologie islamique de la “librairie boutique” de l’IMA sont analysés, ouvrages à la violence indigeste, disposés indolemment à côté des cartes postales souvenirs.
Drapé dans le prestige de ses expositions culturellement très riches, l’Institut du Monde Arabe n’en demeure pas moins un outil de subversion islamique, destiné à faire passer la pilule de l’islamisation. Il serait temps d’en aviser le grand public.

Observatoire de l’islamisation, mai 2007. Reproduction autorisée avec mention de la source.

(1) Parmi les pays partenaires de l’Institut du Monde Arabe, on note l’Arabie Saoudite où des chrétiens croupissent en prison, le Soudan où l’esclavage est autorisé et le Yémen où l’apostasie est punie de mort par les tribunaux officiels.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


%d blogueurs aiment cette page :