7 février 2023
Non classé

Sarko est induit en erreur par les “patrons”

L’évolution des taux de l’obligataire public montre que les marchés financiers américains et européens convergent, surtout depuis le second semestre 2006. En effet, les taux du 10 ans tendent vers 4,25 %, correspondant logiquement à une inflation core autour de 1,5 % (idéale mais en fait légèrement supérieure à ce niveau) et à une rémunération réelle de 2,5 % comme c’est le cas depuis plusieurs décennies.

La BCE doit donc suivre les marchés mondiaux : elle relèvera ses taux à 4 % en juin puis 4,25 % ultérieurement.

La Fed laisse les siens à un niveau élevé pour faire tomber l’inflation core aux alentours de 1,5 %. Quand le ralentissement de la croissance du PIB aux Etats-Unis aura provoqué une baisse de l’inflation core proche de 1,5 %, la Fed devra alors baisser ses taux vers 4,25 %.

Les taux fluctueront alors autour des mêmes valeurs des deux côtés de l’Atlantique, avec une courbe des taux très plate. Ceux des autres marchés s’aligneront sur taux de référence.

Graphiques

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


%d blogueurs aiment cette page :