6 février 2023
Non classé

Islamisme : Le lavage de cerveau s’amplifie

J’y entendis un discours paradoxal contenant deux idées-force : 1° Il faut que les enseignants se démarquent de toutes les formes de violence auxquelles les religons servent de prétexte; 2° Il faut que l’on défende l’idée que l’islam n’est pas plus violent que les autres religions. En particulier, les livres d’Anne- Marie Delcambre sont erronnés (voyez, si vous vouilez des articles d’elle sur Internet où elle montre que le Coran est un livre de conquête guerrière, misogyne et antisémite, citations à l’appui).

M. Burgat, mit sans arrêt en parallèle les fondamentalismes juif et chrétien et l’islamisme tout en finissant par dire qu’il fallait abandonner le terme d’islamisme, selon lui impropre à rendre compte des différences profondes existant entre les Salafis et les Frères musulmans ou encore les Wahhabites .

Lorsque je pris la parole pour dire que même si toutes ces nuances existaient il faudrait bien prendre en compte le fait qu’actuellement c’était l’islamisme, toutes tendances confondues qui menaçait la démocratie dans le monde, il me fut répondu que le terrorisme avait été voulu par les Etats-unis (ex: les talibans) pour contrer le communisme. Que c’était Kissinger qui avait “fait” les talibans et Israël le Hamas.

Par là-même, je suppose, on se dédouanait par avance de la complicité française avec les régimes arabes et Iranien qui protégent actuellement les islamistes.

Enfin il fut très fortement recommandé de ne jamais assimiler l’islamisme au nazisme (en dépit de leurs accointances historiques que, bien entendu, aucun des enseignants présents ne connaissait).

Au vu des propos tenus, et de la levée de boucliers suscitée par ma tentative de revenir à quelque réalisme politique au lieu de noyer le poisson dans des considérations pseudo-scientifiques, je compris alors que le thème de l’islamisme au programme des terminales de Lycées n’était en réalité, pour l’IESR, que l’une des stratégies pour endormir les consciences des élèves face à l’islamisation de l’Europe “.



Commentaire : cela ne sert à rien de vous pincer, vous ne rêvez pas et bientôt la remise en cause de l’islamisme (ne parlons pas de l’islam…) relèvera de la même gestion médiatique et politique que le fait de remettre en cause l’idée que le facteur humain serait le principal vecteur de l’actuel changement climatique…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


%d blogueurs aiment cette page :