1 février 2023
Non classé

Islam : l’aveuglement continue

Mais les autres, au nom de quoi défendent-ils leur interprétation “moins littérale” ? Au nom d’un monde qui ne serait pas seulement régi par le texte en question. Mais comment est-ce possible puisque ce texte est le monde même ? Autrement dit, comment peut-on penser en dehors du Coran ? Autant se jeter par la fenêtre ou dans le vide. Ou prétendre qu’il a été écrit par des hommes, ce qui implique la possibilité de l’interpréter etc… Or, à partir du moment où un texte est sacré au sens non pas de relater des faits sacrés mais de véhiculer la parole même de Dieu, comment peut-on dire que celle-ci devrait être prise moins ” littéralement”, ce qui est un non sens, voire un blasphème.

C’est ce que ne comprennent pas ceux qui écartent d’un revers de main la lecture littérale du Coran en disant que ce n’est pas le “vrai” islam : mais comment le savent-ils eux que ce n’est pas le vrai islam alors que toute la Tradition (Sunna) dit le contraire ? Au nom de quoi peuvent-ils juger un texte qui ne peut être jugé ? Au nom d’une vision édulcorée d’un texte? ce qui fait d’eux en réalité des musulmans en demi-teinte, ce dont ne veulent évidemment pas les islamistes…

On le voit, les soit disants lecteurs “modérés” de l’islam apparaissent de plus en plus comme des assimilés, des rationalistes, des renégats ; ils sont donc de moins en moins des freins ou des bouées, plutôt des boulets qui empêchent qu’une réelle critique de ce texte voit le jour, ne serait-ce déjà en démontrant qu’il n’a rien à voir avec le judaïsme et le christianisme, qu’il n’est pas la parole du même Dieu, et ce d’autant plus que celle-ci a déjà été prononcé et qu’elle prône plutôt la liberté que la soumission.

Lucien SA Oulahbib

https://en.wikipedia.org/wiki/Lucien-Samir_Oulahbib

Voir tous les articles de Lucien SA Oulahbib →

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


%d blogueurs aiment cette page :