3 février 2023
Non classé

Sarkozy s’est donc fait aussi gros qu’ Al Gore

Au fond la (petite) stratégie politico-économique sous-jacente à l’algosarkozysme apparaît au grand jour : se servir d’une fiction, le dit réchauffement climatique, pour relancer la vieille croissance exsangue en direction d’une éco-économie suspectible de la redémarrer en remplaçant les mêmes choses par des biens censés être moins polluants. Tel est l’enjeu semble-t-il, même s’il est évidemment caché. Car, pour ce qu’il en est de la lutte, réelle, contre la pollution, par exemple les rejets toxiques, les déchets qui jonchent les berges les fleuves et les bois, peu de choses sont faites, comme si la lutte pour un meilleur environnement devait se baser principalement sur la substitution du vieux par le neuf, la répression, la surtaxe, la transformation des champs céréaliers en bio-carburants alors que les céréales et le lait voient leurs prix flamber, ce qui a un effet négatif sur la consommation des plus démunis, en particulier dans les pays non développés.

De plus, des transformations positives ont été déjà effectuées par les industriels pour rendre moins polluantes leurs industries, et ceci suit le cours normal de l’évolution technologique qui amène nécessairement des machines plus économes et plus propres. Il serait donc plutôt judicieux d’accentuer l’effort là où peu de choses ont été réellement accomplies. En réalité, la lutte contre la pollution, lutte nécessaire, (et l’on respire mieux en ville qu’il y a vingt ans, ne parlons pas d’il y a cent ans, semblable au Pékin d’aujourd’hui), se voit supplanter par l’imprécation non fondée visant à créer en réalité une industrie de substitution, mais dont la nouveauté consistera moins à amener de nouveaux bienfaits que de substituer du neuf à l’ancien.

Où en est-on en effet en matière robotique, voire en matière de maison intelligente ? Il faudrait,là, oui, un Grenelle de la technologie au service de l’humain et de l’environnement, qui montrerait que c’est précisément le progrès technologique qui est le meilleur protecteur de la planète et aussi celui qui améliore la condition humaine en faisant en sorte de faire faire les corvées par des machines intelligentes, ce qui permet de gagner du temps utile. Tel est aussi l’enjeu. Celui d’une néomodernité capable d’articuler efficacité et économie optimum afin que le plus grand nombre puisse s’instruire en vue d’être plus préparé à agir dans le monde communicationnel d’aujourd’hui.

Lucien SA Oulahbib

https://en.wikipedia.org/wiki/Lucien-Samir_Oulahbib

Voir tous les articles de Lucien SA Oulahbib →

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


%d blogueurs aiment cette page :