16 mai 2021

Politique de “rupture”? (ha!ha!ha!…)

 Faire de la politique autrement consiste-t-il à refaire la même politique que celle qui à foutu la France par terre en un peu plus de trente ans de monarchie républicaine absolue ? Sans conteste, la réponse est oui. En voici d’ailleurs, par l’absurde, la démonstration la plus en vogue aujourd’hui comme hier (et demain ?) : "François Pérol, secrétaire général adjoint de l’Elysée et ancien de Rothchild et Compagnie, devrait prendre à partir du 27 février la direction de la banque qui sera issue de la fusion entre les Banques Populaires et les Caisses d’Epargne affirment samedi Mediapart et Le Point" (AFP).
  Qui est M. Pérol ? né en 1963, diplômé de HEC et de l’IEP Paris, il est ancien élève de l’Ecole nationale d’administration (ENA) promotion Jean Monnet. Sorti major en 1990, il a suivi une carrière classique de haut fonctionnaire au service de l’Etat et pantouflait depuis 2005 chez Rothschild & Cie Banque avant d’être appelé à l’Elysée. Un homme incontestablement brillant que le Pouvoir récompense grassement aujourd’hui pour sa fidélité inconditionnelle à la République française en perdition. Est-ce une bonne nouvelle ? L’avenir le dira, comme on dit, si tant est que l’avenir veuille encore prendre au sérieux nos faiseurs de rupture. Car au rythme d’enfer qu’il s’est imposé, le Prince n’aura jamais cessé, dans sa course folle, de trahir les siens.

Librement !
http://sully1.typepad.com
02400 FRANCE
 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


%d blogueurs aiment cette page :