7 décembre 2022

«Obama: main de fer dans un gant de velours»

 

Entretiens
 

 
 

 

 

 

Vous venez de participer à la réunion annuelle de l’AIPAC. Avant la réunion prévue pour le 18 mai entre Obama et Netanyahou, peut-on prévoir un changement ou une continuité dans les relations entre Israël et les Etats-Unis?

Ce qui doit être bien clair est le caractère géostratégique fondamental des relations israélo-américaines. Le lien entre les deux pays est à leur commun avantage: dans les Etats-Unis, Israël trouve non seulement un allié et un pays dont l’amitié s’est manifestée sans discontinuer depuis près d’une cinquantaine d’années, mais aussi un garant de dernier recours. Inversement en Israël, les Etats-Unis trouvent dans une région particulièrement difficile et mouvante, un partenaire pour le développement scientifique, militaire ou non militaire, un pays sur lequel ils peuvent compter sans arrière-pensées et une démocratie aussi sourcilleuse qu’est la démocratie américaine. Aucun Etat dans cette partie du monde ne remplit ces contraintes de cette façon.

De ce fait, il n’est pas étonnant d’entendre les hommes politiques qui se sont exprimés à l’AIPAC, depuis le vice-président Jo Biden jusqu’aux très nombreux parlementaires ces déclarations très simples, soutenir Israël n’est pas seulement dans l’intérêt d’Israël, c’est dans l’intérêt des Etats-Unis. La continuité dans les relations parait évidente à tous ceux à qui j’ai parlé.

Le président Obama n’est pas perçu comme un idéaliste naïf et angélique, mais comme un homme parfaitement conscient des enjeux réels et prêt à faire face avec détermination, une fois que les voies de la négociation paraissent closes. Main de fer dans un gant de velours…..L’équipe qui se trouve autour d’Obama est composée de spécialistes reconnus qui ont travaillé sur le conflit israélo-palestinien depuis plusieurs années, mais qui l’envisagent dans le contexte global d’un monde inquiétant où la nucléarisation militaire de l’Iran d’une part, l’angoissante évolution de la zone AFPAK (Afghanistan Pakistan) d’autre part , sont associées au développement de "trous noirs" politiques -des zones de non-droit, champs de manœuvre possible de tous les terrorismes.

Il faut remarquer, sans nier évidemment de possibles tensions avec le gouvernement israélien, que la réflexion politique de Benjamin Netanyahu a toujours également été dominée par son approche globale du phénomène de déstabilisation du monde démocratique par l’Islamisme radical et que cela devrait être un point de rencontre fort entre les deux administrations.

Comment les militants de l’AIPAC perçoivent-ils le refus du gouvernement de Netanyahou d’envisager la création d’un Etat palestinien?

En ce qui me concerne, je suis, je l’ai toujours dit et cela a été répété au CRIF à de maintes fois, en faveur de la création d’un Etat palestinien.

 On sait que la majorité des israéliens, et la majorité des Juifs américains partagent cette idée. Cela étant, l’histoire de ces dernières années nous interdit l’angélisme. La question n’est pas tant Etat palestinien ou non que "quel" Etat palestinien.

 Un Etat qui ne reconnaitrait pas l’existence à ses côtés d’un Etat juif, un Etat qui réclamerait un contrôle total sur ses choix militaires ou ses alliances et qui pourrait permettre l’installation sur son sol, sous prétexte d’indépendance de milices vouées à la destruction d’Israël n’est pas cet Etat que la majorité de nous espérons.

 Je pense que c’est exactement la position des membres de l’AIPAC, et je pense que c’est aussi la position de la très grande majorité des Israéliens, y compris de la plupart de ceux qui se retrouvent actuellement au gouvernement: il est artificiel de trop exagérer les différences.

Le Président Pérès a dit dans son discours "Benjamin Netanyahou a été mon rival politique, il est aujourd’hui mon Premier Ministre. Il connait l’histoire et en Israël, celui qui connait l’histoire ne peut que rechercher la paix. Je suis convaincu que Benjamin Netanyahou recherche la paix". Souhaiter la création d’un Etat palestinien pacifique et envisager sans arrière pensée que cet Etat puisse être contrôlé par un Hamas qui n’a rien abandonné des principes qui régissent sa charte sont deux choses bien différentes. C’est là que se situe la séparation entre les "réalistes" et les "utopistes" qui sont des minoritaires aussi brillants dans la dialectique qu’irresponsables dans leurs projets politiques.

Avez-vous le sentiment d’une évolution des Américains dans leur approche face à l’Iran?

Le sentiment qui prévalait à l’AIPAC était que les offres de négociation du Président Obama ne procédaient nullement d’une position de faiblesse. L’Iran est dans une situation économique catastrophique. La menace d’un blocage de l’accès de l’Iran aux produits pétroliers raffinés (on sait que l’Iran importe 40% de son essence….) ainsi que des menaces fortes sur son système bancaire sont des armes que l’administration américaine pourrait faire peser et dont les effets peuvent être dissuasifs.

Vous avez donné  devant un parterre de responsables américains une conférence à l’Ambassade de France sur la situation des Juifs en France. Quelle est actuellement la perception aux Etats Unis de la politique proche-orientale de la France et de la situation des Juifs de France?

Il reste chez beaucoup d’entre eux l’idée qu’il est particulièrement difficile d’être Juif en France.

Mais, pour moi qui rencontre depuis des années les Juifs américains et leurs organisations, je vois clairement les perceptions se modifier, même si l’inertie des comportements est plus grande que ce qu’on aurait espéré. Ils savent aujourd’hui que s’il y a de l’antisémitisme en France, il y en a aussi dans d’autres pays européens (et pas seulement européens d’ailleurs) et que l’antisionisme en est un puissant vecteur. Je me suis attaché à leur rappeler que la France avait été le premier pays à émanciper les Juifs, le premier pays à leur accorder la plénitude des droits, à en faire des députés et des ministres dès la première partie du XIXe siècle, que le travail de mémoire sur la Shoah avait été fait de façon exhaustive au fil de ces vingt dernières années et que les derniers gouvernements, quelle que fût leur orientation politique avaient été intransigeants sur l’antisémitisme. Les américains que j’ai rencontrés savent par ailleurs que la position du gouvernement français par rapport à Israël est une position d’amitié. Mais, cela est frappant, et je l’ai retrouvé également au Musée de l’Holocauste à Washington où j’ai fait une autre conférence, il y a une perception aiguë de la montée de la haine contre les Juifs impulsée par les mouvements islamistes radicaux qui cherchent à la répandre dans tout le monde musulman. Les américains pensent que la France, du fait de sa composition démographique, est au premier plan dans ce courant. Quoi qu’on en pense, cela nous impose des responsabilités particulières…..

Photo : D.R.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


%d blogueurs aiment cette page :