25 septembre 2022

PETITION A NICOLAS SARKOZY

Une pétition vient d’être lancée sur www.relancedurable.fr/ dans laquelle il est instamment demandé au chef de l’Etat de reprendre ses esprits. Car après la rupture avortée, il n’est plus d’autre salut que le sursaut.
 
    L’explosion des comptes publics, qui plus est en pleine crise économique, exige du Pouvoir qu’il prenne, s’il en est encore temps, toutes ses responsabilités pour éviter le pire à la France et aux Français.
 
    L’idée de grand emprunt national, lancée en désespoir de cause et soi-disant pour préparer l’avenir, relève sans conteste de la fuite en avant et montre à quel point nos gouvernants sont hors de tout bon sens.
 
    "Pour favoriser le retour de la croissance, notre gouvernement doit plutôt permettre à tous de conserver le fruit de leur travail, d’épargner, d’investir et d’entreprendre. Réduire le fardeau fiscal de tous les particuliers et des entreprises, simplifier la réglementation du travail et réformer l’Etat pour diminuer la dépense publique sont les bonnes façons de relancer la croissance"*.
 
    En fait, la rupture aurait dû revêtir les atours de ce programme simplissime, parfaitement cohérent et surtout immédiatement applicable, dans le sillage de l’élection de 2007, par un gouvernement resserré de quinze ministres.
 
    Comme on ne peut pas revenir en arrière, je ne suis nullement sûr qu’il soit encore possible, tant la situation s’est dégradée en deux ans, d’entreprendre ce qui ne l’a pas été au moment opportun et quarante ministres n’y changeront rien.
 
    "Puisque l’Etat ne fait que redistribuer de l’argent, nous, signataires, ne croyons pas que l’envolée des dépenses publiques soit efficace contre la récession en cours – pas plus qu’elle n’a permis de sortir les Etats-Unis des années 1930 de la dépression, ou n’a sauvé l’économie japonaise dans les années 1990"*.
 
    En quelques mois (deux ans ne font guère que 24 mois), le déficit de la France bondit à 7% (7,5% ?) du PIB, soit quelque 140 milliards d’euros, et la dette publique s’envole à près de 80% (de l’ordre de 1.427 milliards d’euros et plus encore).
 
    Ces montants ne sont pas soutenables, surtout pour un pays qui n’est plus capable de générer que ruine économique et sociale. Gouverner à l’aveugle au milieu de tels écueils, toujours plus nombreux et acérés, relève purement et simplement du suicide collectif.
 
 
* "Avec tout le respect dû à votre fonction, Monsieur le Président, ce n’est pas vrai" : www.relancedurable.fr/.
 
Librement !
Membre du Parti libéral démocrate
http://sully1.typepad.com
02400 FRANCE
 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.


%d blogueurs aiment cette page :