25 octobre 2021

Une ou deux décennies de refroidissement climatique?


07 Sept 2009 : Enfin ! : Plusieurs éclairs de lucidité et un peu d’humilité dans les certitudes du GIEC !

Il n’est pas coutumier d’inviter dans cette page, les scientifiques "mainstream" du GIEC dont la moindre déclaration alarmiste fait déjà la une de la grande presse et de tous les médias du globe. Pourtant nous faisons une exception.
Pourquoi ? Parce que les multiples évidences que de nombreux chercheurs non-mainstream (souvent qualifiés de "négationnistes") s’épuisent à mettre en avant, depuis plusieurs années, ont fini par entamer sérieusement l’entêtement et les certitudes infondées des porte-drapeaux du GIEC . 

 

WCC3

 


C’est du 31 août au 04 septembre que vient de se tenir, à Genève,
la 3ème Conférence sur le Climat (dite WCC3) placée sous l ‘égide de l’ONU et de l’Organisation Météorologique Mondiale (WMO). Nul besoin de préciser que le gratin scientifique du GIEC s’y trouvait réuni à l’exclusion des nombreux chercheurs plus ou moins labélisés "sceptiques", qui, pourtant, ont depuis longtemps défendu les thèses que les chercheurs du GIEC viennent tout juste de découvrir…

Le journal "New Scientist" dont l’alarmisme climatique actuel est bien connu (on se souvient aussi de son fameux article de 1975 qui prédisait un nouvel âge glaciaire) a dépêché un de ses reporters (Fred Pearce) à Genève. Pour éviter les reproches malveillants, j’utiliserai son compte-rendu que l’on ne peut, en aucune façon, soupçonner de pencher vers le scepticisme climatique.

Dans la suite, les textes en caractères non engraissés et placés entre guillements sont empruntés à l’article de New Scientist. Les caractères en gras placés entre guillemets sont des citations des chercheurs qui ont participé à cette conférence.
__________________________________________________________________________________________________________________

Le titre de cet article en dit long sur la confiance du New Scientist dans les prévisions à long terme du GIEC:
"Le climat mondial pourrait se refroidir et se réchauffer plus tard"
latif

"Les prévisions du changement climatique sont proches de la sortie de route. Un des top modélisateurs du climat (NDT : Mojib Latif, photo-ci-contre) a déclaré ce jeudi que nous pourrions être proche d’entrer dans" "Une ou deux décennies de refroidissement climatique"

"Les gens diront que le réchauffement climatique disparaît" "a-t-il affirmé devant plus de 1500 des plus grands scientifiques du climat de la planète, réunis à la 3ème conférence mondiale du climat à Genève."
"Je ne suis pas un des sceptiques du climat" "a insisté Mojib Latif de l’Institut Leibniz des Sciences Marines de l’Université de Kiehl en Allemagne." "Cependant, nous devons nous poser les questions dérangeantes nous-mêmes, sinon d’autres le feront."

"Peu de scientifiques vont aussi loin que Latif qui est un auteur du GIEC. Mais ils sont de plus en plus nombreux à reconnaître que les pronostics à court terme du changement climatique sont beaucoup moins assurés qu’on le pensait auparavant."…

" Mais plusieurs des scientifiques du climat, réunis à Genève pour discuter de la manière dont ceci (NDT : La prévision à 30 ans) pourrait être mené à bien, ont reconnu que sur ces échelles temporelles, la variabilité naturelle est, au moins, aussi importante que le changement climatique à long terme dû au réchauffement climatique." …

"Latif a prévu qu’un refroidissement climatique naturel pendant les prochaines années, surpasserait le réchauffement anthropique. Ce refroidissement résulterait des variations cycliques des courants océaniques et des températures de l’Atlantique Nord qui sont connues sous le nom de NAO (Oscillation Nord Atlantique)."

"Rompant avec l’orthodoxie du changement climatique, il a déclaré que les cycles NAO sont probablement responsables d’une partie du fort réchauffement climatique que nous avons subi pendant les trois décennies écoulées.". "Mais de combien ? Nous ne le savons pas encore." "a-t-il dit aux conférenciers. La NAO est entré dans une phase froide."

"Latif a aussi déclaré que les cycles NAO expliquaient le reverdissement récent du Sahel en Afrique après les sécheresses des années 1970-1980. James Murphy, le responsable des prévisions climatiques au Met Office (NDT ; l’agence météo anglaise) a confirmé son accord et a établi un lien entre la NAO et la mousson en Indes, ainsi qu’avec les ouragans dans l’Atlantique et la mer glacée de l’Arctique. " Les océans sont un facteur décisif de la variabilité décennale" a-t-il déclaré."
pope

"Un autre leitmotiv favori du climat a été renversé quand Pope (NDT : Vicky Pope, responsable des prévisions climatiques au Hadley Center, UK, photo-ci-contre) a affirmé que les pertes dramatiques de la glace Arctique résultaient, en partie, des cycles naturels plutôt que du réchauffement climatique du globe. Les rapports préliminaires suggèrent qu’il y a eu beaucoup moins de fonte cette année qu’au cours des années 2007 et 2008."…

"Les erreurs des modèles sont aussi un problème sérieux. Nous avons un long chemin à faire pour les corriger. Elles détériorent nos prévisions." "dit Tim Stockdale du Centre Européen pour les prévisions à moyen terme à Reading (UK)."

______________________________________________________________________________________________________

Remarques et conclusion : Comme l’indique le titre de ce billet, cette conférence a, enfin (!), montré quelques éclairs de lucidité de la part des climatologues du GIEC qui semblent avoir réalisé qu’il existe une forte variabilité naturelle et que celle-ci est liée aux oscillations océaniques.
Bien sûr, il reste encore beaucoup de chemin à faire, mais ils sont sur la bonne voie, semble-t-il.
Cette conférence constitue un tournant très important pour ceux qui cherchent réellement à comprendre comment fonctionne le climat de la planète et ne se soucient pas d’utiliser la toge des scientifiques pour influencer les politiques dans le sens qui leur convient.

Il est troublant (ou affligeant) de constater qu’il a fallu tant d’années pour que les "plus grands scientifiques du climat" comme les désignent la presse et les adorateurs du GIEC, en oubliant tous les autres, commencent enfin à réaliser ce que nombre de scientifiques qu’ils appellent "sceptiques" (quand ils ne disent pas "négationnistes"), comme Roger Pielke Sr., Syun Ishi Akasofu, Roy Spencer, Bill Gray, Klyashtorin, Joe d’Aleo, Nicola Scafetta et bien d’autres…ont compris et publié depuis longtemps, comme je l’ai longuement exposé dans les pages "froid", " thèses" et "océans".

Compte tenu de l’évolution des déclarations des membres du GIEC, lors de la 3ème Conférence Mondiale sur le Climat, je pense être utile en reproduisant ici le graphique suivant, dû au Prof.Syun Ishi Akasofu, sur l’évolution des températures de 1800 à nos jours.

Ce graphique constitue une sorte de résumé des conclusions auxquelles sont parvenus de nombreux chercheurs (hors GIEC) à partir de diverses analyses basées aussi bien sur les oscillations océaniques (AMO, PDO, ENSO ..) que sur les propriétés du soleil (Scafetta), voire sur la simple statistique mathématique (Klyashtorin et al). Toutes ces analyses convergent vers un schéma de ce type.

On constate que :akasofu1

-La température du globe suit une variation périodique, dont la période est d’environ 60 ans.

-Cette oscillation périodique, plus ou moins sinusoïdale de la températures, est superposée à une lente et faible montée des températures ( de 0,3 à 0,8°C en cent ans) qui peut résulter d’une oscillation de grande période, de la sortie du petit âge glaciaire ou de l’effet de serre, selon les auteurs.

-Les prédictions, prévisions ou scénarios du GIEC sont initialisés sur une arche montante de la quasi-sinusoïde, ce qui induit un biais considérable dans leurs prévisions, comme on le voit sur le graphique.

-Nous en sommes actuellement au petit point indiqué par la flèche verte sur la figure. Comme on le sait, les températures sont à la baisse ou stagnent depuis quelques années et ont décroché des modèles du GIEC. En accord, avec les prédictions de Mojib Latif du GIEC, les auteurs de ces graphiques pensent unanimement que nous allons vers le froid pour deux ou trois décennies.

Comme je l’ai écrit plus haut, il est satisfaisant pour la démarche scientifique, de constater que des membres officiels du GIEC commencent à se poser de vrais questions à partir des observations réelles et ne se reposent plus uniquement sur les projections des ordinateurs…

Il est également satisfaisant de constater que les affirmations maintes fois proférées par les politiques (et hélas, quelques scientifiques) affirmant que "The Science is settled", la "Science est comprise ", est démentie par les scientifiques du GIEC, lui-même.

Et pendant ce temps-là, alors que le doute s’est insinué jusque dans les rangs mêmes des gardiens de l’orthodoxie, ignorants de tout cela …

– Les français débattent sur la Taxe-Carbone de Hulot-Rocard,
– Les sénateurs américains discutent du Cap and Trade d’Al Gore.
– Ban Ki Moon, le Secrétaire Général de l’ONU, revenant d’une expédition en Arctique, implore le monde et nous sert
des déclarations dignes de l’apocalypse, aussitôt répercutées par la grande presse. "Il ne nous reste plus que quatre mois pour agir", nous dit-il.
Visiblement, Ban Ki Moon n’est conseillé ni par Vicky Pope du Hadley Center, ni par Mojib Latif du Leibniz Institute et du GIEC, ni par Tim Stockdale du Centre Européen des Prévisions à Moyen Terme, ni par James Murphy du Met Office etc. qui l’auraient probablement incité à la modération.
La question se pose alors de savoir qui conseille tous ces hommes politiques….

Et, dans ces conditions, comment pourraient-ils savoir ce qu’il se dit dans les enceintes des conférences internationales, connaître les doutes qui agitent la communauté des scientifiques ?
Car, n’en doutez pas : Aucun des grands médias de la planète ne répercutera jamais ces déclarations qui viennent pourtant de la 3ème Conférence Mondiale sur le Climat. En particulier, en France, ni le "Journal de référence", ni Libération, ni le Figaro, ni aucune des chaînes télévisées ou de radio n’en souffleront un mot.
Pourquoi ?
Par contre, vous entendrez une speakerine météo sur TF1 ou A2 vous affirmer, sans hésiter, que les tsunamis résultent du réchauffement climatique…

Curieuse époque. Vraiment !

(Voir tout le dossier sur le site source : http://www.pensee-unique.fr/paroles.html#wcc3 )

Une réflexion sur « Une ou deux décennies de refroidissement climatique? »

  1. Ping : Homepage

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


%d blogueurs aiment cette page :