9 décembre 2022

Condamnation de trois nazislamistes

En Grande Bretagne trois musulmans britanniques ont été condamnés,  lundi  7 Septembre,  pour avoir eu l’intention de tuer des milliers de personnes en faisant exploser des avions de ligne, à l’aide d’explosifs liquides. C’est d’ailleurs suite à cette très longue investigation des services de sécurité britanniques, que les passagers voyageant en avion ne peuvent plus transporter de liquides.
 
Ils ont été arrêtés il y a trois ans et soupçonnés d’avoir infiltré des explosifs liquides dans des boissons se trouvant à bord d’avions assurant des vols commerciaux.
 
Ce projet, qui serait imputable au réseau Al Qaïda, avait été déjoué durant l’été 2006, quelques jours avant sa mise à exécution, selon des inspecteurs britanniques. Il avait entraîné des restrictions sévères concernant les produits liquides que les voyageurs sont autorisés à embarquer en avion
 
Selon l’accusation, les auteurs du complot avaient l’intention de détruire simultanément, en août 2006, au moins sept avions acheminant plus de 200 passagers chacun de Londres Heathrow aux Etats-Unis et au Canada, en utilisant des explosifs dissimulés dans des bouteilles de soda.
 
L’arrestation des comploteurs était l’aboutissement de la plus vaste opération antiterroriste jamais menée par la police britannique. Selon Paul Stephenson, alors chef de la police londonienne, leur objectif était de perpétrer un "meurtre de masse d’une ampleur inimaginable".
 
D’après le ministère public, le complot était centré sur sept vols au départ du Terminal 3 de Heathrow, dont chacun pouvait transporter entre 241 et 285 passagers. Les enregistrements de conversations entre certains des extrémistes – Britanniques de confession musulmane – laissent toutefois penser que d’autres terminaux et peut-être 18 kamikazes étaient concernés. Des terminaux gaziers et pétroliers étaient aussi mentionnés dans ces échanges.
 
Le complot avait été fomenté au Pakistan quelques mois avant les arrestations opérées en août 2006. La police soupçonne un représentant d’Al Qaïda, l’Egyptien Abou Obaidah al Masri, d’avoir été le cerveau de l’opération. Certains médias l’ont présenté comme un inspirateur des meurtriers attentats suicide perpétrés le 7 juillet 2005 à Londres.
 
Le chef du réseau britannique était Abdulla Ahmed Ali, 28 ans. Assad Sarouar, 29 ans, avait rassemblé les matériaux explosifs à son domicile de High Wycombe, près de la capitale britannique.
 
 
A la veille des célébrations du triste anniversaire du drame de 11 septembre 2001 la condamnation des trois musulmans britanniques,  qui complotaient à faire exploser  sept  nouveaux appareils en plein vols,  nous rappellent que le djihad prôné par les adeptes de la pensée arabo-intégriste est  un mouvement de fond mondial et durable, dont l’ambition  perpétuelle est de soumettre la planète à la barbarie et à la sauvagerie.
Ce nouveau fascisme à visage islamique est devenu une menace planétaire .Derrière  sa rhétorique apparemment en faveur des « persécutés » le programme du  fascisme islamique n’en est pas moins celui d’une idéologie foncièrement réactionnaire et fascisante distillant un néo-racisme d’extermination de masse, dont l’aboutissement escompté n’est autre qu’une nouvelle solution finale des « Occidentaux judéo-Croisés » (Israël, les Etats-Unis et l’Europe).
 

 
 
 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


%d blogueurs aiment cette page :