26 janvier 2022

Paroles de grands chercheurs sur le réchauffement climatique


bonnetdane

inquisitionIl est coutumier de lire dans la presse ou d’entendre répéter dans les médias que les quelques "rares" chercheurs (NDLR : Ils sont quand même plusieurs milliers répertoriés (voir un exemple, ici, ( liste dans la colonne de gauche) ou encore ici, une pétition auprès du gouvernement canadien) qui contestent que l’effet de serre provoqué par l’homme serait le responsable du réchauffement climatique, sont de simples déviants, incompétents, mal informés voire financés par les lobbies pétroliers comme EXXON Mobil…ou encore des "flat-earthers" (comme disent les américains : ceux qui croient encore que la terre est plate !) et même, des négationnistes comme ceux qui nient l’existence de la Shoah. Mais où en sommes nous arrivés ?

J’ouvre cette rubrique pour équilibrer le débat et vous montrer qu’il n’en est rien et que de grands experts en climatologie ou dans les sciences fondamentales de l’espace ou de la terre, se donnent beaucoup de mal pour faire entendre un tout autre discours que celui qui est propagé par le GIEC, les écologistes, relayé par la grande presse et les politiques en mal de popularité. Jusqu’au Vice-Président du GIEC, lui-même, qui n’est pas d’accord avec la Pensée Unique ! Comme vous allez le voir, les quelques contestataires que je cite ne sont pas débutants. Au contraire, ce sont tous des spécialistes chevronnés. Et ils ne mâchent pas leurs mots pour dire ce qu’ils pensent du GIEC et de ses conclusions …
En voici la liste qui s’allonge, jour après jour :
Vincent Courtillot, Mojib Latif, Jan Veizer, Rapport JSER, John Theon, Roger Pielke Sr, Frank Tipler, William Happer, Ian Plimer, William R. Cotton, Harrison Schmitt, Cliff Ollier, Roy Spencer, Yury Izrael, Khabibullo Abdoussamatov, Richard Lindzen, Marcel Leroux, Bill Gray, Paul Reiter, Frederick Seitz, Vincent Gray, Antonio Zichichi, Augie Auer, Michael Griffin, Robert Carter, Reid Bryson, Nils-Axel Mörner, Tom V. Segalstad, Madhav L. Khandekar, Al Pekarek, Tim Patterson, Freeman Dyson, Tim Ball, John Coleman, Daniel Botkin, David Douglass, John Christy, Fred Singer, Syun Akasofu,Rosa Compagnucci, Juan Minetti,Eduardo Toni, Oleg Sorokhtin, Jose Joaquim Delgado Domingos, Hendrik Tennekes, Art Douglas; Howard C. Hayden, Don J. Easterbrook, Kunihiko Takeda, Garth Paltrdige, Stan Goldenberg, Arun D. Ahluwalia, Roger W. Cohen… Tous des scientifiques tout à fait qualifiés pour parler du fameux "réchauffement climatique". Et ce ne sont pas les seuls. N’oubliez pas les quelques 9000 et quelques docteurs ès sciences qui ont signés la pétition ici. Et les plus de 400 spécialistes, dont on peut trouver la liste ici et qui se sont exprimés rien qu’en 2007…

Malheureusement et hormis les articles accessibles du regretté Marcel Leroux (voir sa dernière vidéo, tournée peu de temps avant son décès), la plupart de ces articles et de ces déclarations sont rédigés en anglais (comme d’ailleurs la plupart des livres publiés par Leroux). Je vous traduirai les autres aussi fidèlement que possible.

1er octobre 2009 : Au cours d’une série de conférences, un grand scientifique français, toujours en activité, Vincent Courtillot, exprime publiquement des doutes sérieux sur les conclusions du GIEC et sur les modèles du réchauffement climatique. Depuis le décès du regretté Marcel Leroux, c’est une première, en France… courtillot1

 

Le CV ou la Bio (comme on dit maintenant), de Vincent Courtillot est assez remarquable dans le milieu scientifique français qui ne manque pourtant pas de personnalités éminentes. Entre autres titres et fonctions, Courtillot est actuellement Professeur à Paris VII et à l’Institut Universitaire de France ainsi que Directeur de l’IPGP, l’Institut de Physique du Globe de Paris, qui rassemble une grande partie de ce qui se fait en physique du globe dans notre pays. Il est membre de l’Académie des Sciences, et Président du Conseil Scientifique de la Ville de Paris.
Bien qu’ayant exercé de nombreuses responsabilités au cours de sa brillante carrière, Vincent Courtillot n’a jamais délaissé la recherche. De fait, Vincent Courtillot est toujours resté un chercheur assidu et passionné comme en témoigne sa liste de publications.

Vincent Courtillot est géologue-géophysicien. Entre autres, il est un spécialiste du géomagnétisme (le magnétisme de la terre) ou plus précisément du paléomagnétisme. Il s’est aussi beaucoup intéressé aux causes de la disparition des espèces qui s’est produite il y a quelques 65 millions d’années (les dinosaures, entre autres) sur notre planète.Il est l’auteur d’un livre sur ce sujet : "Evolutionary Catastrophes : The Science of Mass Extinction"(Cambridge. Univ. press 1999 et Fayard 1994)

Concernant la thématique du réchauffement climatique, le parcours de Vincent Courtillot nous rappelle celui du Professeur de paléoclimatologie Canadien Tim Patterson qui avoue avoir longtemps enseigné à ses étudiants " que le CO2 est le moteur principal du changement climatique" avant de découvrir, par lui-même, au cours d’une campagne de recherche sur les fossiles de poissons, que l’activité solaire jouait un rôle essentiel sur le climat de la planète et de devenir un sceptique convaincu. Tim Patterson rapportait : "Au fur et à mesure que les résultats des mesures nous parvenaient, nous étions stupéfaits de constater que les enregistrements paléoclimatiques et de productivité (NDLR : en poissons) étaient remplis de cycles qui correspondaient aux différentes cycles des taches solaires."

Vincent Courtillot confesse lui-même qu’il ne voyait pas d’objections aux affirmations du GIEC, jusqu’à ces dernières années.
Sa découverte (avec ses collègues) d’un lien net entre le magnétisme terrestre et l’évolution du climat ainsi qu’une analyse critique des données utilisées par le GIEC et ses affidés, l’ont fait basculer du côté du scepticisme.
Comme le savent les lecteurs (trices) qui ont parcouru ce site, la publication de ses premiers résultats (en 2007) a donné lieu à une polémique tout à fait inhabituelle dans le milieu scientifique en ce sens que les trois grands médias nationaux (Le Monde, Libération, Le Figaro) ainsi que plusieurs activistes de l’écologie ou de la décroissance, s’en sont emparé d’une manière particulièrement venimeuse à l’égard de Courtillot et de ses collègues. En bref, on reprochait à Courtillot et al l’utilisation d’une base de donnée erronée ou "tronquée"…Ce qui n’était guère qu’un épisode banal et fréquent en matière de sciences "inexactes" où les différends sur les bases de données sont très fréquents, est devenu une affaire nationale. Alors que l’essentiel était évidemment de savoir si le lien (géomagnétisme/température terrestre) trouvé par Courtillot et ses collègues était réel ou non, cette polémique, qui aurait dû rester scientifique, se dévoya en une série d’attaques ad hominem avec des arrières-pensées politiques : Triste épisode pour la Science Française..

Courtillot répliqua sereinement en publiant une réponse en 2007 puis, en 2008, un article qui montrait que cette corrélation géomagnétisme-température terrestre existait bien (ce qui relève des thèses des "solaristes" qui sont longuement exposées dans ce site) et se retrouvait dans les bases de données de nombreux territoires de la planète tels que l’Europe, les USA et l’Australie. De fait, ces travaux ont poussé Vincent Courtillot à porter une attention toute particulière à l’analyse critique des données disponibles et notamment celles qui sont utilisées par le GIEC. Une part notable de ses conférences lui est consacrée.
Le résultat de cette analyse est particulièrement inquiétant sur le fonctionnement et la crédibilité de cet organisme Onusien et ceci est tout à fait cohérent avec les observations qui sont faites dans le présent site. courtillotbook


Les conférences de Vincent Courtillot, organisées à l’occasion de la publication récente de son dernier ouvrage "Nouveau voyage au centre de la terre" (Odile Jacobs) ont connu un succès mérité. C’est ainsi qu’elles ont rassemblé 1500 personnes à Nantes, 400 personnes à l’EOST Strasbourg et 500 personnes à Brème.

Celle qui a été donnée à l’occasion des Journées Scientifiques de l’Université de Nantes est disponible sous trois formats.

En format audio seul :

Ou enregistrer en mp3.

La vidéo de la présentation :


Si votre connection est assez lente (mois de 2 Mo), vous ne risquez pas grand chose du côté de la loi Hadopi2, mais vous aurez du mal avec le "streaming" (régulation du flux) qui provoque des interruptions pour le "buffering" assez pénibles. Dans cette hypothèse, je vous suggère de charger le
vidéo complète qui pèse quelques 370 Mo sur ce site ; Il s’agit du format flash vidéo (flv). Cela vous prendra du temps mais en vaut la peine.
Je vous suggère de lire cette vidéo en utilisant
VLC qui est un logiciel gratuit disponible sur le WEB.

De même pour la table ronde sur le changement climatique et la biodiversité, qui a suivi cette conférence et à laquelle a également participé Vincent Courtillot.

L’audio :

La vidéo :

Et pour l’enregistrer en cas de streaming défaillant :

La conférence donnée à Strasbourg est accessible sur ce site. Et aussi la vidéo complète en 6 parties sur dailymotion.(merci au lecteur)
Cette conférence est plus longue que celle de Nantes mais aussi plus complète.

Je vous conseille vivement de voir ou d’écouter ces très bonnes conférences dans lesquelles Vincent Courtillot fait preuve d’une grande maîtrise du sujet ainsi que d’une rigueur qui n’est pas superflue dans ce domaine. De plus les qualités d’orateur et la pédagogie de Vincent Courtillot ne sont plus à démontrer.

Voici une brève liste de quelques questions analysées par V. Courtillot :

  • Les courbes de températures et plus précisément celles produites par le Hadley Center qui servent de base au rapports du GIEC. (voir ici)
  • La dendrochronologie utilisée de manière erronée par Michael Mann et al pour produire sa fameuse "crosse de hockey". qui a été abondamment reprise dans les rapports du GIEC (jusque dans celui, à mi-parcours, de sept 2009 !). (voir également sur ce site)
  • Les incertitudes des modèles du GIEC : Notamment les nuages dont l’importance est pourtant cruciale puisque 3% de variation de l’ennuagement équivalent au forçage théorique du CO2. (voir ici sur ce site)
  • Les résultats des carottages glaciaires qui montrent que les variations de du taux de CO2 sont en retard sur les variations de température. (voir également sur ce site)
  • V. Courtillot constate, comme nous le faisons dans ce site, que les rapports du GIEC minimisent très sérieusement les incertitudes existantes et négligent un certain nombre de facteurs probablement importants au prétexte qu’ils ne sont pas entièrement compris. Courtillot pronostique que, dans 10 ans, les conclusions du GIEC seront considérées comme fausses. (NDLR: personnellement, et au vu des avancées actuelles rapides de la science climatique, je pense que cinq ans suffiront amplement).

Il est inutile d’ajouter que les conférences de Vincent Courtillot n’ont pas fait plaisir aux thuriféraires du GIEC, comme on peut le constater lors de la table ronde…On pourrait répondre (gentiment) en leur rappelant l’avertissement de Mojib Latif (membre parmi les plus influents du GIEC), s’adressant aux participants du tout récent WCC3 (voir billet suivant)

" ..nous devons nous poser les questions dérangeantes nous-mêmes, sinon d’autres le feront."

Certes ! Bravo Vincent !

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


%d blogueurs aiment cette page :