11 août 2020

Un crime ‘d’honneur’ dans le milieu arabe israélieë

Une femme a été tuée par balles à Lod, en Israël. La police, qui a ouvert une enquête, suspecte un acte lié à un crime dit 'd'honneur'. La punition pour les femmes peut être aussi sévère que la mort, tout spécialement si les faits reprochés à la femme,  vivant dans un milieu arabe, sont relatifs à une relation extra-mariage. Yitzhak Aharonovitch, ministre de la Sécurité Intérieure a déclaré après le meurtre de  femme arabe israélienne à Lod que "les lois ne pourront pas éviter les crimes d'honneur" mais qu'il fallait plutôt se concentrer sur "la culture et l'éducation" pour éviter de nouveaux drames.
En effet, les crimes dits "d'honneur" sont la plus célèbre forme de violences contre les femmes dans la communauté arabe d’Israël. Les femmes sont opprimées partout dans le monde musulman. Parfois plus, parfois moins, mais toujours opprimées.
La liberté politique et le développement économique ne suffisent pas pour émanciper les femmes: la preuve que dans le milieu des Arabes israéliens, qui constituent près de 20% de la population israélienne, les femmes continuent de faire l’objet de violence domestique, violence sexuelle, inceste, assassinats de femmes au nom du code de l’honneur. ».
Dans la société arabe ces crimes sont commis par des frères, des pères ainsi que des cousins. L’homme arabe palestinien qui a grandi dans une structure tribale oppressive cherche  toujours le maillon le plus faible afin de  battre, de l’étouffer et même de l’assassiner la femme.
Le  14 août dernier, en plein mois du Ramadan,  une fille  palestinienne de 12 ans est  assassinée à  Kanyounes, au sud de la bande Gaza. Son corps était suspendu  dans un arbre.
Ces crimes, ces pratiques barbares  restent encore beaucoup trop tolérées dans la société palestinienne qui torture les jeunes femmes et leur  inflige d'atroces mutilations.
Selon l’ONG américaine, plus d’un tiers des Palestiniennes sont victimes de violences physiques ou sexuelles de la part de leurs maris.
L’islam, il ne faut pas l’oublier, ou le passer sous silence, considère comme légitime et encourage la violence contre les femmes et contre les infidèles.
Israël en tant que pays civilisé ne peut  tolérer de tels crimes contre le  sexe féminin sur son territoire  et doit prendre des mesures pour combattre une liste croissante de problèmes liés à "l'insécurité humaine", dont la violence contre les femmes arabes d'Israël.
Ftouh Souhail, Tunis