2 février 2023

DSK ou la perception manipulable à l’infini

 

Berkeley, s'il était encore vivant, aurait pu lire ceci sur Le Parisien :

 

 

" L'ancien patron du FMI indique également qu'il était «prêt à aller au procès (civil)», mais que ses avocats lui ont conseillé de ne pas le faire. «Mes avocats m'ont dit , ça va prendre quatre ans et ça va vous coûter plus cher en frais de justice que vous aurez à payer, même si vous gagnez. J'ai donc décidé d'un accord financier et de continuer ma vie», explique-t-il."

 

Ou comment maquiller la réalité de telle sorte que l'on n'y comprend plus rien, ne serait-ce qu'il est faux de dire que cela lui aurait coûté "plus cher en frais de justice" : il faudrait faire les comptes exacts, il suffisait qu'il change d'avocats, et s'il avait gagné, il aurait eu l'avantage du prestige puisque la plaignante n'était pas solvable, et il aurait pu demander des dommages et intérêts à l'État pour détérioration d'images. La fiction DSK se construit au détriment de la perception véritable de ce qui s'est réellement passé. C'est magique. Du grand art sophistique. Avec la complicité de ses amis de Time-warner, donc de Jane Fonda, toujours Vampirella sur les questions de sexe.

Lucien SA Oulahbib

https://en.wikipedia.org/wiki/Lucien-Samir_Oulahbib

Voir tous les articles de Lucien SA Oulahbib →

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


%d blogueurs aiment cette page :