26 janvier 2022

Israël ou l’éternel bouc émissaire

Décidément, qu'il s'agisse d'économie ou de politique internationale Hollande ne comprend rien à la situation (mais il n'est pas le seul) : les djihadistes contre lesquels l'armée française  est censée lutter dans toute la région du Sahel sont les mêmes que ceux de Gaza ; peut-être moins obséquieux et fanfarons que les costards sans cravate du Hamas paradant au Qatar et ailleurs, mais de la même veine charriant horreur et haine islamique (H2I).

Voilà évidemment ce que les Hollande, Obama, et leurs relais médiatiques s'obstinent à ne pas comprendre : l'ennemi est le même, de Jérusalem à Bruxelles en passant par Toulouse et Kaboul ; il s'agit de l'islam réel bien sûr et non pas de sa version light vendue dans les supermarchés médiatiques qui s'entêtent à répéter tel un mantra ou un verset (satanique) "cesser le feu, cesser le feu " alors qu'ils sont autant responsables que les politiques à désigner Israël comme responsable de la situation. Certes, personne ne le dit si franchement, seulement en coulisses, quoique dans certains articles, certaines officines, à Londres par exemple on ne se cache plus guère à admettre sa soumission profonde à la conception arabo-islamique du conflit, suggérant même que les prochaines poussées d'antisémitisme seront à mettre sur le compte d'Israël.

On l'a déjà dit mille fois : alors que la paix avait été proposé à plusieurs reprises aux Arabes, ils l'ont refusé, prétextant mille impossibilités au dernier moment alors que la paix est un processus et que les obstacles auraient pu être résolus un par un au fil des années. Il suffirait qu'un réel débat soit organisé avec de vrais historiens et l'on verra qu'un Vidal, Ramadan, ou quelqu'un du Monde Diplo ne tiendraient pas trois minutes (ne parlons pas d'un Alain Soral…).

Il est en tout cas incroyable que Hollande dans sa désespérance à se construire une place au 1er tour de la prochaine présidentielle en vienne à ramasser des arguments de caniveau parlant de "massacres" à Gaza : ou il ne sait pas ce qu'il dit, tout comme en économie, ou il le sait et il joue avec le feu, sciemment : car il vient là de donner l'autorisation aux prochaines manifestations de dégénérer. Il est dommage que les responsables du CRIF et consorts ne s'en aperçoivent pas, prenant pour argent comptant les assurances d'une équipe, d'une classe politique à bout de souffle. Il ne faudra compter que sur ses propres forces. Et se préparer au choc. Il va être dur. Le temps des entraînements touche à sa fin.

Lucien SA Oulahbib

https://en.wikipedia.org/wiki/Lucien-Samir_Oulahbib

Voir tous les articles de Lucien SA Oulahbib →

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


%d blogueurs aiment cette page :