24 janvier 2022

Le catholicisme est-il islamo-compatible ?

Mes frères en Christ catholiques, comme on dit, seraient-ils à côté de la plaque concernant l’islam ? Je me souviens de cet évêque libanais de rite catholique syriaque, Mgr Raboula Antoine Beylouni, qui a eu le courage de rappeler que le Coran « ordonne d'imposer la religion par la force, par l'épée », que « le Coran permet au musulman de cacher la vérité au chrétien et de parler et agir contrairement à ce qu'il pense et croit », que « le Coran donne au musulman le droit de juger les chrétiens et de les tuer par le djihad ».

Mgr Raboula Antoine Beylouni a également eu le courage de rappeler que « les musulmans ne reconnaissent pas la liberté religieuse, ni pour eux ni pour les autres », que le musulman aborde le « dialogue avec cette supériorité et avec l'assurance d'être victorieux », que discuter « sur les dogmes » entre chrétiens et musulmans s'avère impossible et qu'il convient de choisir, pour le dialogue, des « thèmes abordables » ainsi que des « interlocuteurs chrétiens capables et bien formés, courageux et pieux, sages et prudents ».

Retiendra-t-on les remarques de Mgr Raboula Antoine Beylouni ? Retiendra-t-on le magistère constant et la théologie constante de l’Eglise catholique, depuis quatorze siècles, très critiques sur l’islam, notamment dans les écrits des saintes et des saints ? Retiendra-ton les propos doctrinaux sur l’islam, prononcés par Benoît XVI, à l’Université de Ratisbonne et au Collège des Bernardins ?

 


Retiendra-t-on les écrits – critiques sur l’islam et amicaux sur le judaïsme de saint Bernard de Clairvaux, du Père Pierre-Marie Soubeyrand, du Père Alain René Arbez, du Cardinal Charles Journet, du Cardinal Jean-Marie Lustiger, du Théologien Claude Duvernoy, du Philosophe Jacques Maritain, du Professeur Kurt Hruby, du Professeur David Flusser, de Jean-Daniel Chevalier (Primo Europe), du Père Emile Shoufani, d’Yves Chevalier (Revue Sens) ?

 


Retiendra-t-on les écrits – critiques sur l’islam et amicaux sur le judaïsme – du Père Etienne Richer (auteur de « Aimer Israël : pourquoi ? »), de Laurent Murawiec, de l’historienne Bat Ye’Or (auteure de « L’Europe et le spectre du Califat »), de George Weigel (biographe de Jean-Paul II et de Benoît XVI), de Richard Neuhaus (rédacteur en chef de ‘First Things’), du théologien Michael Novak, du journaliste catholique Jean-Marie Allafort, du Père Michel Remaud et de tant d’autres encore que je ne peux toutes et tous citer ici ?

 


Retiendra-t-on tout cela, pour approfondir l’amitié judéo-chrétienne et pour oser critiquer l’islam ? Ou ne retiendra-t-on rien de tout cela, pour pratiquer un catholicisme islamo-compatible et judéophobe ?

 


Reproduction autorisée avec mention :

 


 

  

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


%d blogueurs aiment cette page :