28 janvier 2023

Hollande n’a pas dissous l’Assemblée Nationale

Comme les résultats économiques escomptés ne sont pas au rendez-vous, Hollande aurait dû faire cette dissolution d'autant qu'il aurait pu escompter la droite, qui vraisemblablement gagnerait, se divise encore plus, ce qui lui permettrait de recomposer peu à peu une majorité avec des sociaux-libéraux du PS, du Modem/UDI, et de l'UMP.

En face un front du refus divisé entre FN et FG ne serait pas en mesure de le contrer. Hollande aura alors en 17 la possibilité d'apparaître comme le candidat modéré ; mais il lui faut éliminer le retour de Sarko, ce qui est possible parce qu'il y a encore du grain à moudre au niveau judiciaire, et il se peut que la politique de la nouvelle majorité de 2016 lui permette de rebondir en 2017 pour être qualifié de justesse au second tour…

Il a par exemple suffisamment pleuré en Allemagne pour avoir du mou en matière de relance keynésienne à venir, et il a décidé complètement de jouer la carte politique arabe de la France en considérant que la perte du vote "juif" sera compensé par le vote "arabe" bien plus important mais qui avait été échaudé avec le mariage gay comme il a été vu aux municipales et aux européennes.

Mais il n'a pas fait le pari que la dissolution, ce changement de braquet clientéliste et quelques saupoudrages opportuns permis par l'Allemagne et ses bailleurs de fonds saoudiens qataris chinois de plus en plus détenteurs de la dette française lui aurait permis de gagner en 2017.

Et après moi le déluge jusqu'en 2022…


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


%d blogueurs aiment cette page :