18 avril 2021

Chronique de l’effondrement (suite)

" Se frappant la poitrine, les coupables criaient bien haut qu'ils avaient fait preuve de myopie politique, qu'ils avaient manqué de vigilance, qu'ils s'étaient montrés conciliants à l'égard d'individus douteux, qu'ils avaient porté de l'eau au moulin du coupable, qu'ils avaient fait preuve de libéralisme pourri. Ces formules, et bien d'autres du même genre, retentissaient sous les voûtes des édifices publics. " (Evguénia S. Guinzbourg, Le vertige, Le Seuil/Points, T.1, 1967, p. 19  ; la note de présentation précise (en 4ème de couverture): " elle fut arrêtée et condamnée à dix-huit ans de réclusion dans les camps de la Kolyma en Sibérie (1937) pour un crime politique imaginaire.).

 

Se frappant la poitrine, les coupables d'islamophobie, d'homophobie, d'hétérophilie, de poutinophilie, de néo-libéralisme abject, d'anti-mariage pour tous, anti-art contemporain, anti-immigrationnisme, anti-crime enfin, criaient bien haut qu'ils avaient  fait preuve de myopie politique et culturelle, qu'ils avaient manqué de vigilance à l'égard de théories réactionnaires pourtant taxées de "droite" et même d' "extrême droite" (même le directeur de l'Express est désormais d'extrême-droite pour le valeureux commissaire politique le camarade Mélenchon), qu'ils s'étaient montrés conciliants à l'égard d'individus douteux (alors que les labo antifa ont mis au point des outils permettant de repérer la "fachosphère" ), qu'ils avaient porté de l'eau au moulin des coupables (par exemple en soulignant comme Manuel Valls les problèmes de non métissage dans certains endroits, de laxisme en matière judiciaire), qu'ils avaient fait preuve de libéralisme pourri : par exemple en osant critiquer la hausse des impôts, la SNCF, les dépenses publiques, alors que tout cet argent va uniquement pour assister les habitants de l'Hexagone (plus neutre que "la France" à réserver entre les deux tours d'une élection).

Même au niveau des Relations Internationales, le même topo : pour Obama, Poutine est le cancre qui fout la merde au fond de la classe (selon Time magazine, numéro daté du 16 septembre 2013, p.18). C'est l'évidence même : tout le topo autour du "respect", de la "tolérance" tout cela n'est valable que pour les partisans d'un "multiculturalisme" qui n'a de sens que si l'on partage ses "valeurs" : l'islam est bon, il suffit de supprimer ses déviants ; l'homosexualité c'est bien et cela devrait être enseigné aux enfants comme choix, au côté du transgenre aussi : on choisit sa tendance sexuelle comme sa coupe de cheveux ; si l'on n'est pas d'accord, on est classé extrême droite ; le libéralisme c'est mal, le patron est un profiteur, le syndicat du genre CGT du port de Marseille c'est bien, les allocations aussi, surtout pour les sans papiers, nous sommes tous des sans papiers, des "majordomes" (Obama a pleuré en voyant le film "Le majordome") ; le racisme a été inventé par les blancs, la preuve, Hitler est blanc. Bush fils aussi. C'est à cause de lui d'ailleurs que personne ne veut soutenir la future fessée d'Assad par le couple Obama/Hollande (non encore mariés), pas du tout parce que les chrétiens et autres "laïcs" se font massacrer de plus en plus, non. Il faut le "punir" parce que sans cela la Corée du Nord va menacer (ah oui ?… Elle ne le fait pas déjà ?…) et l'Iran va avoir sa bombe (et alors?) Eh bien l'Arabie aussi, tout le monde quoa !… Où va-t-on ? Cette "démocratisation" est inouie ! même les pauvres la veulent, c'est un monde !…

Mais…euh… et le débat sur les nouvelles institutions mondiales ? Sur les valeurs universelles ? L'islam et la liberté ? La démocratie ? Pourquoi ne pas pousser à une confrontation sur ces points ? La rhétorique a parfois de l'impact. Et n'aurait-il pas plutôt fallu soutenir l'opposition syrienne non djihadiste il y a deux ans déjà ? (J'en avais fait la 4ème de couverture du Politiquement correct français paru il y a près d'un an…). Mais les belles âmes étaient occupées à "s'indigner" ailleurs… Elles dansaient… Et aujourd'hui se plaignent que les peuples se fassent fourmis… et votent mal, comme en Australie… A qui le tour ?…

8 septembre 2013

Une réflexion sur « Chronique de l’effondrement (suite) »

  1. Ping : monster beat

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


%d blogueurs aiment cette page :