13 août 2020

#pourlimmunitésolidaire

Coronavirus : les Pays-Bas font le pari de l’immunité collective

Le point journalier ici

ou là

57 000 000 décès par an dans le monde environ de pathologies autres.  Ce qui fait 157.000 morts par jour.

En 2018, il y a eu 609 648 décès toutes pathologies en France.

Boris Johnson avait choisi (avant la pression des modélistes spéculatifs, voir note 1) l’immunité collective (ainsi que les Pays-Bas, le Japon...La CoréeL’Allemagne... La Suède…) tout en combinant des mesures fortes envers les plus fragiles et en renforçant les moyens hospitaliers (ce qui n’a pas été le cas de l’Italie) afin de prendre en charge les cas extrêmes en demandant par exemple à certaines industries de fabriquer bien plus d’appareils respiratoires. (C’est ce que propose aussi le médecin Didier Raoult, lire également son interview dans Marianne).

Cette position est bien sûr controversée par ceux qui considèrent que cela va faire exploser le système de santé, or, ce pari n’est pas aussi insensé qu’il est prétendu, surtout en absence de vaccin, et devant également l’impossibilité de se tester hormis les cas graves.

L’hypothèse pour l’instant tient. Y compris mondialement comparés aux 157.000 morts par jour dans le monde (bronchite, du cancer, du paludisme, de la gastro etc etc, même si tout n’est pas comparable évidemment).

En fait, se trouvent de plus en plus en jeu deux théories, l’une scientiste et principalement allopathique, considérant que le corps humain est une “machine” bien trop fragile sans protection s’il n’y a pas divers stimulants et prothèses diverses de plus en plus “intelligentes”, l’autre à la fois ancienne et contemporaine fait le pari que le corps vivant humain est capable, sous certaines conditions, de s’immuniser, se “réparer” (voir les travaux de Jean-Jacques Wunenburger) ce qui ne veut pas dire qu’en cas d’affaiblissement bactérien ou virale l’allopathie soit inutile ne nous méprenons pas ; en fait nous devrions aujourd’hui plutôt combiner toutes les médecines, positives, énergétiques, mécaniques, allo et homéopathiques. Alors que seules les remèdes allopathiques sont remboursés…

Cela donne des résultats que la médecine strictement allopathique ne saisit pas. J’en ai fait l’expérience: ayant des calculs à la vésicule biliaire, la seule issue qui m’était proposée était l’ablation, j’ai hésité puis refusé ayant opté pour une combinatoire de remèdes doux, résultat, au bout d’un an mes calculs ont été expulsés via l’intestin tant et si bien qu’au scanner quelques mois après la personne chargée de la vérification était persuadée que la chirurgienne qui s’occupait de moi (une personne très compréhensive qui a accepté de continuer à me suivre…) m’avait enlevée la vésicule !…Elle dut refaire sa conclusion y inscrivant l’idée de “guérison spontanée”…

Tout cela pour dire que nous sommes peut-être enfin à la croisée des chemins où une véritable discussion en profondeur va émerger, tout en ne mélangeant pas les niveaux : nécessité d’avoir une prise en charge irréprochable pour les cas les plus graves, hygiène de base fondamentale, et confiance dans l’interaction entre les êtres humains susceptible de créer cette immunité solidaire

(1) : Le Premier Ministre a dû plier devant l’injonction scientiste qui, tout comme le climat, prévoit dans sa boule de cristal faite en statistiques, la fin du monde (250 à 500 000 morts dit le rapport anglais, l’effondrement climatique en 2030, 2050, 2100 pour les plus prudents) alors que virus ne touche pas les enfants et plutôt principalement ceux ayant des pathologies multiples. N’oublions pas que les Pays Bas, le Japon, la Corée, la Suède, les Pays-Bas… s’appuient (plus ou moins) sur cette idée d’immunité collective car par expérience et lorsque ce n’est pas bactérien les anticorps se constituent ; mais il faut cependant être prêt pour les surinfections bactériennes (d’où nécessité d’avoir mis en réserve des appareils respiratoires et ce depuis… Novembre !) touchant les plus fragiles ; n’oublions pas également que ce sont celles-ci qui ont causé la plupart des morts de la “grippe” dite “espagnole.

En fait nous allons assister soit au triomphe de la prédiction statistique ce qui validera les scénarios pessimistes en matière climatique, soit cela ne va pas se vérifier au niveau du taux de mortalité prévu et dans ce cas les prévisions climatiques devront être également révisées… En tout cas si cela baisse comme on le voit en Chine et maintenant à Codogno en Italie, les “sachant” vont nous dire que c’est grâce au confinement alors que cela peut être surtout grâce à l’hygiène de base et à la meilleure prise en charge des surinfections…

Voir également :

Climat, Covid-19:l’effondrement de la modélisation?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Better Tag Cloud