14 août 2020

Pour un confinement volontaire

Quel est l’argument principal des partisans du confinement sinon de considérer qu’aller “librement” dehors serait d’autant plus un risque d’être contaminé que la plupart des contaminants ne le savent pas ; ils sont alors dits “asymptomatiques” du moins lorsque ce propos est articulé sur un ton mesuré; “irresponsables” “inconscients” voire “criminels” lorsque il est martelé, sèchement, et ce par toute une gentry multiforme en charge de la “communication”; certaines de ses franges n’étant guère connues (et payées) pour leur délicatesse malgré leurs rires (gras ou glacés) censés faire passer la pilule.

Mais comment en “sortir” selon eux si l’on peut dire ?…

Pour les uns, très rares, il faudrait tester tout le monde comme cela se fait dans les pays ou contrées dits désormais avancés (Corée du Sud, Taïwan,  Singapour, Hong-Kong, Allemagne, Pays-Bas, Israël, Suisse, Suède, certains États des États-Unis…) ce qui n’est pas le cas de la France ou de l’Italie (ayant rétrogradé, de fait, et ce depuis quelques années, en pays moins avancés…Mais ce n’est pas le cas de la Grèce qui s’en sort mieux) ; de plus, il se trouve que le Président de la République française a écarté cette idée de dépistage massif dans sa dernière allocution en énonçant que cela “n’aurait pas de sens”; cette solution a donc été réservée uniquement, semble-t-il, pour les malades les soignants et les salariés ayant la permission de travailler.

Ce qui fait que cette dernière façon de procéder semble être devenue la solution retenue et proposée par la majorité des partisans du confinement: ainsi il s’agirait de progressivement se “déconfiner” (le seul “progrès” qui reste…) mais ce en l’étalant “longtemps” dans le temps (dernier propos du Premier Ministre) et ce jusqu’à l’arrivée d’un vaccin (soit pas avant l’automne 2021 au mieux) car si l’on déconfine tout le monde une “seconde vague” produite par les porteurs sains (asymptotiques donc…) irait engorger les hôpitaux bien mal en point (depuis longtemps)….Voilà pour la position dominante.

Sauf que les pays avancés c’est-à-dire n’ayant pas opté pour le confinement obligatoire et complet parce qu’ils sont un système de santé optimum (public ET privé) ne vivent pas cet engorgement… À cela certains, en France et ailleurs (majoritaires et se recrutant plutôt chez les étatistes de tous bords) rétorquent que les modèles ne mathématisent pas ce résultat (pourtant présentiel) car ce qui les intéresse toujours c’est le “futur” ce qui implique pour eux que “tôt ou tard” ces pays “soit disant avancés” y reviendront à cette progressivité voire même au confinement absolu comme “nous” (l’U.K n’a-t-il pas été “puni” par son inconséquence, son “retard”? Notons cependant qu’il a toujours moins de morts qu’en France pourtant confinée bien avant…); d’autres (minoritaires, moins étatistes mais se clamant réalistes) se focalisent plutôt sur le fait que nous sommes en France et que l’état de notre système de santé étant ce qu’il est nous sommes obligés de “gérer la pénurie” et donc de prendre la solution la moins risquée telle que cette “progressivité” envisagée à partir du 11 mai…

Sauf que pour les plus pessimistes des partisans du confinement absolu, rien ne dit que ce déconfinement à la carte puisse limiter les dégâts, surtout ceux envisagés par les modèles; il faut donc plutôt attendre, “quoiqu’il en coûte”, le vaccin; d’autant plus que les partisans du confinement le plus absolu avancent d’une part que les tests ne sont pas valables à cent pour cent et d’autre part que l’immunité éventuelle constituée par ceux ayant été en contact avec le virus ne dure pas selon certaines “études”, donc retour à la case départ du confinement absolu complet obligatoire…

Pour résumer, il semble bien que les partisans du confinement absolu ne proposent rien d’autre que l’ attente d’un traitement par vaccin, tandis que les autres, moins absolutistes, avancent une sortie en quelque sorte expérimentale; mais qui ne résolve cependant guère tous les confinements puisque les lieux dits conviviaux (bars, restaurants, spa…) ou collectifs (salles de sport, piscines…) resteraient fermés…

Il  y aurait pourtant une autre solution:  tous les services ouvrent, sortent ceux qui le désirent, avec les précautions d’usage (immémoriaux à vrai dire comme se laver les mains et ne pas faire la bise ni se serrer la main si l’on est malade de façon contagieuse…), les autres restant confinés.

Immédiatement, les partisans du confinement absolu (et même relatif) peuvent rétorquer que ce n’est pas aussi simple car ceux qui ainsi seraient libres d’agir à leur guise pourraient être non seulement contaminés (sauf que dans ce cas ils se confinent) mais tomber malades (sauf que dans ce cas ils pourraient prendre un traitement) ou alors gravement, or, comme ils ont décidé de braver le confinement  qui payerait même si le déconfinement serait supposé volontaire ?… C’est là la seule question.

Car concernant le risque que les déconfinés volontaires soient contaminants sans le savoir peut être évité par définition puisque ceux ayant peur de l’être n’ont qu’à pas sortir ; non, la seule question censée ici est bel et bien de savoir s’ils seront assurés pour avoir pris un risque déconseillé, celui d’être sorti de manière “volontaire”; les guillemets indiquant aussi que cela concerne après tout également ceux ayant été déconfinés “progressivement” puisque le risque “zéro” n’existe pas….

Mais comme il s’avère que nous ne sommes pas dans un pays réellement assurantiel, en ce sens où chacun payerait pour une couverture contractuelle principale de santé prenant en compte ce risque, cela explique pourquoi ce volontariat est écarté au sein des pays moins avancés.

Aussi la question devient politique : si l’on arrive à admettre que dans les pays plus avancés il existe une telle contractualisation des assurances de santé, leur coût étant pris en charge par le fait de payer bien moins d’impôts  (nous en sommes à plus de 56% en France sans avoir un système de santé ni une assurance dédiée à niveau) alors il serait possible de sortir du simplisme ambiant stipulant que tout ce qui ne serait pas “public” serait “cher” et “inégal”…

Mais toute cette discussion concerne sans doute “l’après”… Quand ? S’il n’y a pas de délimitation précise permettant de le saisir en ce sens où nous resterions pendant des mois et des mois dans une telle situation en attendant…Godot (LE vaccin) ?…

Les pragmatiques rétorqueront que l’on verra bien, raisonnons au jour le jour.

Une vision, plus lucide peut-être (de type baudrillardienne) inciterait à penser que nous sommes devenus par la force des choses des espèces de chiens de Pavlov en phase terminale au sens de devenir des terminaux, des “bio-terminaux” pour parler à la mode, conditionnés, programmés, dans nos réflexes par les commandements et autres cloches déclenchés par les représentants nous incarnant, et pour l’instant nous sommes mis sur “pause” avec possibilité une heure durant de vaquer à notre “besoin” d’être dehors.

Une autre vision, plus “complotiste” sans doute, avancerait en complément qu’il n’y avait pas en fait d’autre solution pour accomplir la fameuse “Transition” exigée de plus en plus par les plus puissants de par le monde que d’arrêter la planète grâce à ce virus s’étant opportunément échappé d’un laboratoire Folamour, nous forçant ainsi à nous numériser en vue de consommer les services dédiés (dont les médicaments) services tertiaires qui mis bout à bout font bien les trois quarts des PIB désormais.

Bien sûr, de telles visions, extrêmes, ne peuvent engager que ceux qui, volontairement, seraient susceptibles d’y croire…

En attendant, observons seulement que le confinement, volontaire, n’est pas programmé pour demain, et que sa non effectuation résulte de considérations “sanitaires” de type nouveau, celles de ce global care cet humanitarisme qui a remplacé peu à peu l’humanisme écrit Chantal Delsol dans son dernier ouvrage (Le crépuscule de l’universel) soit cette vision technocratique intégrée nous percevant de plus en plus comme des combinaisons à débloquer ou à bloquer selon les commutations décidées en haut lieu…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *