22 octobre 2021

“Dépression” et “poussée délirante”

Ainsi l’assassin de cette policière à Rambouillet était selon ses proches “dépressif”, et en plus il s’agit en fait d’un “homme” pour l’AFP qui aurait été “interpellé puis abattu”; d’ici peu la police (systémique) sera accusé d’avoir réagi de manière “disproportionnée” tuant quelqu’un de si “calme”, toujours selon ses “amis”,  il aurait  brusquement “changé” sans doute à cause de la “haine anti-musulmane” une preuve de plus du “racisme d’Etat” bien sûr…

Pendant ce temps les frères siamois du gouvernement français, Castor et Pollux, jurent “qu’ils ne céderont rien à l’islamisme terroriste” alors qu’il faut bien entendu y lire le contraire, la parole officielle l’annonçant toujours, comme l’indiquait autrefois un soviétologue: ainsi si le gouvernement soviétique disait haut et fort “nous voulons la paix” il fallait entendre “nous voulons la guerre”; par un phénomène étrange la langue de bois se transformait en sérum de vérité du moins si l’on sait inverser les termes voire lire entre les lignes: “nous ne céderons rien” signifie “nous avons tout cédé” d’où la possibilité d’égorger si l’on est “dépressif” ou en “poussée délirante” (le cas Halimi); le fait que les deux “dépressifs” (oui l’autre aussi l’était) aient hurlé le cri de guerre djihadiste ne signifie rien, non, en dépression et poussée délirante, on fait de ces deux choses ma bonne dame ! Et si vous objectez quelque chose c’est que vous voulez récupérer l’affaire, circulez ! De toute façon vous êtes confinés.

Ainsi va le monde en Francistan.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


%d blogueurs aiment cette page :