18 juin 2021

La dérive néoléniniste du “journal” Le Monde s’accentue

La singularité de la traque totalitaire consiste toujours quand elle se fend d’un article pour donner l’apparence qu’elle accepte les règles du débat démocratique à discréditer au préalable et non à raisonner sur le fond, le tout dans le but d’affaiblir voir d’anéantir d’entrée le jugement du lecteur en train de se constituer. C’est une vieille tactique issue des tribunaux religieux et plus loin encore de pratiques culturelles claniques présupposant par exemple que l’appartenance à tel groupe conditionne à accomplir tel acte qui se trouve justement en accusation. Ainsi en fut-il pour les romanichels quant au vol la cupidité voire le meurtre rituel d’enfants pour les juifs.

L’article dénonciateur dudit “journal” Le Monde à propos d’une tribune parue dans le Figaro qui visait à défendre le droit d’Israël à se défendre contre les attaques relevant de la notion de crimes de guerre puisque le Hamas vise par ses roquettes tous les habitants d’Israël en particulier les civils, cet article accusateur ne cherche même pas dans les premières lignes censées posées la problématique à rappeler les termes de l’événement qui aura suscité cette tribune parue dans le Figaro, non, l’auteur utilise sa présentation à salir d’entrée certains signataires en les cataloguant d’étiquettes suffisamment infamantes pour intimider le lecteur peu au fait de vérifier la véracité de telles qualifications qui font office d’accusations déguisées en information. Telle est en fait la procédure de la traque totalitaire qui ne se donne même pas la peine de concéder quelques liens avec le réel hormis à la fin pour effacer les traces du crime et donner l’illusion de faire du journalisme, de la même façon que dans les tribunaux religieux où l’on veut faire croire que le jugement vient directement de Dieu.

 

Ainsi donc défendre le droit d’Israël à se défendre et donc à déjà exister puis à être une nation comme les autres, ayant même un siège à l’ONU, s’avère être le symptôme d’appartenance à la dite “droite dure” voire de “l’extrême droite” alors que par symétrie le Hamas apparaît comme une gentille ONG défendant les droits palestiniens comme si ceux-ci n’avaient pas été piétinés dès 1947 lorsque les courants arabo-musulmans soutenant aujourd’hui le Hamas refusèrent la partition votée par l’ONU et alors qu’Israël n’avait pas vraiment récupéré son territoire spolié par les colonisations successives.

Mais cette réalité historique reste toujours effacée et ainsi envenime la cohésion nationale en France puisque les lecteurs de ce réquisitoire à charge ne pourront que rester en retrait lorsque des juives sont étranglées et jetées par la fenêtre lorsque des manifestants se nomment “membres de l’armée de Mahomet” et défilent comme de rien n’était en appelant à l’extermination des juifs, ce qui ne semble pas être un appel apaisé au débat démocratique.

 

Cette traque totalitaire fait ainsi partie de ce vaste mouvement de destruction des termes civilisationnels qui ont fait la grandeur la France et du monde dit “libre” qui aujourd’hui s’affaissent sous les coups de boutoir de ses prétendus défenseurs. Il serait temps d’ouvrir les yeux face à cette nouvelle Inquisition et ses appels au meurtre déguisés, celui déjà de la mort sociale qui interdit d’antennes et de conférences y compris si l’on est maître attitré. Ou la traque totalitaire dans sa dureté d’autodafé actuellement en expansion.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


%d blogueurs aiment cette page :