1 décembre 2021

Ne faudrait-il pas plutôt confiner les “vaccinés”?

La question se pose de plus en plus sérieusement comme il a été indiqué lors du dernier Conseil Scientifique Indépendant (18/11/21) par Hélène Banoun (23’43) à propos de certaines communautés aux USA qui obligent les injectés de faire une quarantaine avant de rentrer dans leurs cercles ; mais comment s’en étonner du fait d’incohérences de plus en plus pesantes ?

En effet, les injectés sont de fait porteurs du virus et de sa protéine voilà pourquoi certains peuvent la transmettre sans s’en apercevoir en plus (puisqu’ils ne se font plus tester) à la différence des non injectés qui eux se testent alors qu’ils ne sont pas malades, et même “positifs” ces derniers ne transmettant d’ailleurs pas de façon significative.

Moins ironiquement exprimé  le problème s’avère le suivant: les non-injectés sont exclus partout, à l’exception des transports et des magasins, tout en sachant qu’ils se testent bien plus (pour le train long trajet, l’avion et certains événements )que les injectés qui eux se croient non seulement protégés mais incapables de contaminer ce qui est faux comme l’indiquent officiellement les Autorités ne serait-ce qu’en imposant toujours le port de la muselière et ce “rappel” tous les six mois désormais ; d’où vient alors la poursuite de cette contamination sinon provenant de la part des injectés d’une part, et du fait qu’au fond ce virus comme les autres va et vient et s’avère en plus moins létal dans son variant actuel ? L’incohérence domine donc avec éclat.

De plus, l’antienne stipulant qu’au moins “cela” protégerait des “formes graves” est fausse, nulle et non avenue, étant donné que les personnes non injectées qui seraient en majorité en “réa” ou décédées font parties pour l’essentiel des catégories à risque qui auraient dû être protégées préventivement par des traitements précoces. D’où la non pertinence de cette comparaison viciée ainsi dès le départ. Par ailleurs nombre de pays qui sont très majoritairement injectés voient en “réa” beaucoup d’injectés et bien sûr aussi des non injectés mais faisant parties des catégories à risques d’où la non pertinence également de ce comparatif mais aussi et surtout de l’inefficacité de fait de ces injections alors que comme l’indique à nouveau et lui aussi le professeur Montagnier, les traitements précoces marchent.

D’où l’incohérence (apparente) de plus en plus criante de toutes ces pseudo-mesures “sanitaires” qui apparaissent de plus en plus affairistes (telle cette présidente de la commission européenne allant remettre un prix “business” au propriétaire de Pfizer) hygiénistes sadiques (en martyrisant les enfants avec la muselière en tapant sur les “mamans louves”) scientistes sectaires (en faisant la chasse, littéralement, contre toute analyse dissonante, en empêchant de soigner, le médecin n’étant plus qu’un assistant de l’Ordre, ogre, cybernétique).

Et la classe politico-médiatique, fascinée (par les milliards, la puissance narcissique des écrans) jusqu’à en jouir en direct -éructant ordre sur ordre insensé- en veut encore plus, tels ces psychopathes sortis tout droit de Scream.

Il serait temps de s’en occuper non ?… Du moins en régime démocratique…

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


%d blogueurs aiment cette page :