14 août 2022

Ce qui manque à la candidature Zemmour

D’abord, il s’agirait de sonner le tocsin par un solide “Appel” visant à sauver nos libertés fondamentales aujourd’hui bafouées ; ce qui fait d’ailleurs qu’il soit dommage qu’Eric Zemmour ne se déplace pas en personne à la tribune de “l’Union sacrée”, le samedi, pour le signifier ; et il se pourrait même que ce serait bien vu qu’il se déplace aussi vers l’Assemblée apportant  des réclamations populaires (pétitions, appels divers) à l’encontre de mesures discriminatoires, iniques, et, surtout, complètement disproportionnées, absolument politiciennes.

Ensuite, une solide contextualisation des mesures à prendre concernant l’immigration clandestine (ou pas) permettrait de “rappeler” également que celle-ci est bel et bien le produit de la corruption des États d’où elle est issue, et, aussi, de toutes ces instances internationales qui non seulement refusent de la combattre en sommant les États d’y remédier sous peine d’être exclus des Nations-Unis, de ne plus avoir les diverses aides, mais l’encouragent dans une sorte de nouvel impérialisme diffus susceptible “en même temps” de promouvoir une vision déformée, tordue, des rapports humains et citoyens avec toute cette idéologie dite “déconstructiviste” qui corrompt les corps et les esprits.

Or, c’est bien parce que ces États et ces Instances (U.E comprise) ne font rien pour les contenir et les résorber, voire même l’encouragent, que la France se trouve dans l’obligation de prendre des mesures contraignantes à la hauteur de cette gravité de plus en plus poignante.

En bref, si le candidat Eric Zemmour veut non seulement unifier autour de lui les amoureux de la France, mais aussi les déçus de la République qui s’abstiennent de voter depuis des lustres, alors il est nécessaire que sur ces deux points, la défense des libertés fondamentales, et la pédagogie expliquant et justifiant la nécessité de contenir au mieux les pressions migratoires et idéologiques, il se doit de ne pas se laisser prendre en quinconce par un hygiénisme non dit d’une part une xénophobie ou un “fixisme” apparents de l’autre.

À moins que la troisième voire la quatrième place soit seulement visée pour cette élection présidentielle française ?…

Mais ce serait bien dommage au vu des espoirs suscités par une candidature qui veut à nouveau réveiller la France d’un sommeil de plus en plus empoisonné

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.


%d blogueurs aiment cette page :