8 décembre 2022

Du plan Bull au plan pull…

La dégénérescence, l’hécatombe, les institutions françaises sont en voie de décomposition avancée mais ne le voient pas tant en leur sein tout continue de rouler, moquettes nettoyées,  buvettes et cantines, conférences, guillotines sociales aussi, l’on décapite à tout va, dernier en date Stéphane Gayet, médecin qui a osé soigner

C’est s’enfoncer dans la psychologie du tueur de Scream ou comment répéter à l’envie un nombre impressionnant de coups de couteaux sur plusieurs cibles “en même temps” s’acharnant sur le cadavre France.  Avec toujours la petite explication précoce qui fait office de coït ou comment passer du plan Bull au plan Pull, de la vaste ambition virile visant à faire à nouveau de la France une grande puissance mondiale à la petite idée fixe envieuse épiant si elle est bien reprise.

La djihadisation du couteau sans lame qui n’a pas de manche bat son plein : les assassins Scream de la Secte SHA  parcourent les strates sociales au nom de la Sainte Sobriété (S.S) pour saigner à mort les récalcitrants qui ne veulent pas jouer comme volontaires à viander dans ce snuff movie grandeur nature en action qui se paye même le luxe d’en faire des rapports (en “trois exemplaires”). Demande morbide : les moutons doivent s’auto-égorger  et s’auto-griller sur le feu médiatique ad hoc sous peine de passer pour poutiniste, et si tu utilises ton lave-linge ou tu n’as pas de col roulé te voilà “rhabillé pour l’hiver”…

Lorsque l’onanisme et le S.M sont devenus les deux mamelles de l’élite au pouvoir il n’y a plus rien d’autre que l’attente de la mort comme plaisir final (espérance d’un Foucault) mais si l’on est déjà mort (comme le revendiquait Blanchot) alors plus rien ne compte au sens littéral: dépensez, dé-pensez (disait Bataille) deux autres mamelles de la déraison qui donnent aux sorcières et autres jeteuses de sorts les pleins pouvoirs, c’est la Reine dans Alice au Pays des Merveilles.

Nous sombrons, mais comme par la fenêtre la flottaison semble tenir, que le plat est bon et la chanteuse swingue bien sur un air de Bashung (“c’est comment qu’on freine“) cela ne se voit pas puisque jusqu’ici tout va bien, remplacé par le célèbre : ne vous inquiétez pas cela va bien se passer chuchota le bourreau à la marquise qui lui répondit : “encore un instant” (je suis en train de finir de jouir).

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


%d blogueurs aiment cette page :