France : démocratie ou monarchie quinquennale ?

Le vingt-deux avril 2012, François Hollande est arrivé en tête de l’élection présidentielle avec 28.63 % des votes. Qualifié pour le second tour, il décroche autour de sa candidature un soutien qui lui permet d’être élu Président de la République avec 51.64 % des suffrages exprimés. Un score qui lui permet d’obtenir via le Parti Socialiste et suite à des accords de coalition, lors des élections législatives qui suivirent, la majorité pleine et entière des députés à l’Assemblée parlementaire.
 
Ainsi, avec 28.63 % des bulletins représentant son véritable poids politique, soit un peu plus du quart des électeurs, François Hollande est assuré, par la grâce du scrutin majoritaire, de diriger selon son bon vouloir le pays pendant toute la durée de son quinquennat.
 
Quoi qu’il arrive !
 
En Israël les élections législatives se font selon le scrutin proportionnel intégral à un tour. Le chef du parti emportant le plus grand nombre de voix est désigné pour rechercher et former une coalition de partis dessinant une majorité absolue au parlement et par son biais une majorité des électeurs. Ainsi, chaque loi proposée se devra d’obtenir l’agrément du gouvernement et l’accord des partis coalisés afin d’être votée et être mise en application par le parlement. Un jeu politique qui se fait avec le plein gré des électeurs car se sentant pleinement représentés par leurs propres élus. Des députés recherchant à tout instant le soutien de leurs électeurs car désireux de recevoir de nouveaux mandats lors d’élections futures.
 
Dans le cas d’un désaccord profond entre les partis, soit un nouveau gouvernement est formé avec une nouvelle majorité, soit les électeurs sont convoqués à des élections anticipées. Un système qui se révèle peut-être coûteux mais pleinement démocratique car perpétuellement respectueux du désidérata de la majorité du peuple.
 
Selon un sondage récent de CSA pour BFM-TV, François Hollande est vu comme un bon président par seulement 22% des Français. Selon un sondage LH2 pour Le Nouvel Observateur  moins d’un an après son élection à la présidence de la République, seuls 27% des Français se déclarent satisfaits alors que 68% se déclarent déçus.
 
Suite à un tel plébiscite nul ne peut douter qu’avec un mode de scrutin proportionnel de type israélien, la coalition se serait déjà disloquée. Les partis alliés ayant peur de faire les frais de ce désamour lors de prochaines élections. Ainsi, le parlement aurait tenté de former une nouvelle coalition sous la baguette d’un nouveau chef d’orchestre soit se serait dissoute pour en appeler à l’arbitrage des électeurs.
 
François Hollande, fort de son élection de 2012, tient tout de même à faire passer la loi concernant le mariage homosexuel malgré le refus de plus en plus grand de la population. L’idée d’un référendum à ce sujet n’est pas même à l’ordre du jour.
 
Lors de sa récente intervention télévisuelle, il a assuré comprendre « qu'il y a cette opposition qui correspond à des visions spirituelles que je respecte. Mais il y a un moment où il faut accepter la légitimité du Parlement et du suffrage avec le souci de trouver des apaisements nécessaires ».
 
La France est-elle encore réellement une démocratie attentive aux désirs du peuple ?
 

http://victor-perez.blogspot.co.il/2013/03/france-democratie-ou-monarchie.html
 

Victor Perez 31/3/2013

Discuss this articleDiscuss this article

Imprimer ce texte Imprimer ce texte

1 698 vues

Tous les articles de Victor Perez

Share/Save/Bookmark

Trackback

Posted in: Libertés-LIDAC, Liens d'actualité, Tribune offerte par Resiliencetv

 


Comments • comment feed