Contre l’enseignement de la lapidation en France !

( vidéo également sur youtube : http://www.youtube.com/watch?v=io-UDNb-sL0 )


L
e député André Gerin questionné ce matin sur le « risque de mettre de l’huile sur le feu » en dénonçant les prédicateurs intégristes a répondu : « si nous risquons de mettre de l’huile sur le feu, c’est bien parce qu’il y a le feu! ». Avec lui, avec le député Christian Philip présent également ce matin, avec vous toutes et vous tous nous dirons haut et fort que nous ne tolérons pas la présence sur le territoire de tels agitateurs!

Intervention de Michèle Vianès le 14 octobre 2006

« Croyez en la pierre que vous voulez, tant que vous ne me la jetez pas ! » Wafa Sultan

Nous sommes rassemblées aujourd’hui parce qu’il a été permis à Hani Ramadan de venir sur le territoire de la République alors qu’il prêche la justification des meurtres par lapidation des femmes, en cas d’adultère ou de grossesse « illégitime » (hors mariage) : cette barbarie serait une purification !

2 enseignants « diplômés » de sharia des universités de Médine et de Riyad ainsi qu’un enseignant de « psalmodie » sont également invités à participer au cursus d’enseignement sur 3 ans organisé par l’Union des jeunes musulmans, qui siège au conseil régional du culte musulman.

Hani Ramadan a écrit « la sharia incomprise » pour justifier la condamnation à mort au Nigéria de Amina Lawal. Depuis ces propos constituant «une provocation publique au crime ou à la violence », Hani Ramadan n’a plus d’affectation de poste d’enseignant à Genève, mais il est toujours payé par le gouvernement genevois, sans travailler, ce qui permet à cet agitateur de venir faire du prosélytisme actif en France.

Mais le gouvernement de Berne, en 2005, a refusé l’entrée en Suisse d’autres religieux venant enseigner dans le Centre islamique de Genève, en raison du « flagrant défaut d’intégration » manifesté par les écrits du directeur Hani Ramadan : « Ces opinions sont en totale contradiction avec la défense des valeurs d’un Etat de droit ».

Accepter que l’on pénètre sur le territoire national pour enseigner, dans une mosquée ou un centre coranique, l’idéologie totalitaire de la shari’a, doctrine ne reconnaissant ni l’autorité ni le droit des états démocratiques, est contraire aux principes constitutionnels de laïcité et d’égalité en droit des hommes et des femmes.

C’est encourager les extrémistes à manifester leur violence, au mépris des lois républicaines. C’est abandonner nos compatriotes et les personnes vivant sur le territoire, de confession ou de filiation musulmane, à l’endoctrinement des prêcheurs radicaux. Comment s’étonner ensuite des violences commises, comment s’étonner que des jeunes filles déclarent : « si une personne qui a commis l’adultère souhaite se repentir par la lapidation, c’est son choix et elle y va librement ».

Au nom de toutes les personnes agressées à coup de pierres, ici et partout dans le monde, au nom de toutes les lapidées sous prétexte de rapports sexuels en dehors du mariage, femmes d’ici, Ghofrane et d’ailleurs, en Afghanistan, au Nigéria, au Soudan, en Iran, au nom des homosexuels exécutés, nous vous demanderons d’observer une minute de silence, puis nous irons déposer une gerbe face à la librairie Tawhid où auront lieu ces enseignements, mais auparavant, comme nous ne tolérons pas l’intolérable et qu’il y a des êtres humains qui risquent d’être lapidées très prochainement en Iran, nous allons rappeler leurs noms :

Shahia Jahed, Kobra Rahmanpour, Nazanine, Parisa, Iran, Khayrieh, Malak Ghorbani, Soghra Molai, Kobra Najjar, Fatemeh, Hajieh Esmailvand, Ashraf Kalhori


Compte-rendu de la manifestation du 14 octobre 2006


Lors du rassemblement organisé le 14 octobre à Lyon par Regards de Femmes pour protester contre la permission accordée à Hani Ramadan de venir prêcher en France, le député de la circonscription Christian Philip (UMP) était présent ainsi que le député maire de Vénissieux, André Gerin (PC), des représentants des Jeunes Radicaux de Gauche et du MRC, les associations Femmes contre les intégrismes, Femmes solidaires, les Lyonnes, l’Union des familles laïques, Femmes iraniennes pour la démocratie, Nouvel islam, etc. et des citoyennes et citoyens représentant les 1 300 signataires de la lettre-pétition au Ministre de l’Intérieur.

Par delà les engagements associatifs ou politiques individuels, il s’agit bien d’un rassemblement républicain pour empêcher la propagation d’idéologies contraires aux droits humains universels.

Une déclaration a été lue par Michèle Vianès pour dénoncer l’invitation faite à Hani Ramadan ainsi qu’à des imams « diplômés de sharia » des universités de Médine et de Riyad par l’Union des Jeunes Musulmans, qui siège au conseil régional du culte musulman de venir enseigner sur le territoire de la république.

Permettre à ces prédicateurs de venir en France, c’est abandonner nos compatriotes et les personnes vivant sur le territoire, de confession ou de filiation musulmane, à l’endoctrinement des prêcheurs radicaux.

Puis les noms des jeunes femmes condamnées à être lapidées en Iran ont été lus par les membres du bureau de Regards de Femmes et les représentantes des associations présentes.

Ensuite, nous sommes allés déposer solennellement une gerbe « Au nom des lapidées » en face de la librairie Tawhid.

Un quart d’heure après la dispersion, la gerbe, les bouquets, les noms des femmes condamnées à être lapidées très prochainement, avaient disparu pour tenter d’effacer l’existence des assassinats de femmes au nom de la sharia. C’est pour cela que nous brisons leur loi du silence.

Lire également le compte rendu sur La Croix

 Nous continuerons bien évidemment d’agir auprès des pouvoirs publics pour dénoncer la poursuite des cours par les prédicateurs. Les informations seront sur notre site www.regardsdefemmes.com .

14/10/2006

Discuss this articleDiscuss this article

Imprimer ce texte Imprimer ce texte

871 vues

Tous les articles de

Share/Save/Bookmark

Trackback

Posted in: Non classé

 

Comments are closed. Please check back later.