Méditations déséquilibrées

Le Venezuela s'effondre, mais toujours pas un mot d'analyse ni d'excuse de la part des dirigeants (et "penseurs") communistes sur le communisme (Filoche, Mélenchon ex-OCI, en arrivent même à nier son existence empirique sans doute par complexe de supériorité puisque seuls les Français auraient été capables de faire la "vraie" Révolution…mais "inachevée"…) ; et ils chargent encore leur barque idéologique pour sauver ce supposé idéal en attaquant par la bande Zemmour l'accusant dit Clémentine Autin (e) sur RTL (19h15 le 8/1/16) de "préparer les conditions d'un nouveau nazisme" entendez l'extermination des musulmans identifiés à une race. L'État islamique, le Hamas, le djihad islamique jubilent, eux qui n'arrêtent pas d'assassiner des…musulmans, chrétiens, juifs, hindous, animistes, athées….

Pourquoi en effet voudrait-on qu'il n'en soit pas de même avec "l'idéal" islamique dans le déni de réalité ? Celui-ci imite celui-là. Pourquoi s'excuser lui aussi ? De quoi d'ailleurs ? De la traite négrière arabe bien plus imposante que la traite transatlantique indique N' Diaye dans Le génocide voilé ? De l'invasion de la terre juive, celle de Jérusalem dominée par Rome puis Byzance ? Le tour de force a été de faire croire que la faillite de l'islam arabe depuis sa domination ottomane aurait été la faute de l'Occident", celle de ses "croisades" bien sûr alors que jamais Israël, y compris à l'époque romaine, ne fut une terre arabe. Et Podemos, supposé incarner le "renouveau du politique" légitime ce refus musulman de se remettre lui aussi en cause jusqu'à vouloir faire des excuses concernant la reconquête de Grenade, ce qui n'a cependant à rien à voir avec le désir de réparer les méfaits opérés à l'encontre des juifs Séfarades par la Castille qui, eux, n'avaient envahi personne.

L'islam dit "radical" a donc encore de beaux jours devant lui. D'autant que, devant une telle débandade occidentale (entretenue par des décennies de nihilisme culturel encensant le masochisme et le relativisme comme on le voit ne serait-ce qu'à la 13ème Biennale de Lyon) il n'y aurait aucune raison de ne pas continuer à tester les forces ennemies en leur envoyant quelques têtes brûlées avant d'entamer des opérations plus sérieuses comme lors du 13 novembre mais puissance mille…

Et cela marche. Déjà un Charlie Hebdo noie le poisson avec son dernier dessin de couverture montrant un dieu générique à barbe blanche (plutôt judéo-chrétien que musulman) ; déjà les plus tacticiens du "vrai islam" tentent d'envelopper sournoisement la chose en tentant de montrer patte blanche, "protégeant" ici des églises, offrant là du thé et des apprentissages en matière de calligraphie (mais ne disant pas un mot sur les diverses exactions, au quotidien, dans les pays de l'islam réel, sans même parler de l'État islamique).

Le nationalisme arabe, qui en est le fils, ne s'excuse pas lui non plus ; pis, devant sa défaite il se rallie avec armes et bagages à l'islam radical sunnite et chiite du moins le laisse faire, quoiqu'en dise un Antoine Sfer qui, à l'instar de Jack Lang (et Jean-Marie Le Pen) incrimine "l'Occident, l'Amérique, BHL, l'axe anglo-français retrouvé de 1956" (au choix) de "80% des problèmes au Proche et Moyen Orient" (sur BFM business samedi 9/16 8h) alors que la guerre séculaire inter-islam (sunnite/chiite) et le refus des dictateurs nationalistes arabes de s'ouvrir à la modernité démocratique sont systématiquement minorés.

En quoi le refus de voir des opposants être détruits par les chars des dictatures aurait été un "néo-colonialisme"?… Comment peut-on comparer la Corse et les Kurdes ? Et les puissances arabo-islamiques ne se privent pas d'intervenir en France avec leur pétro-dollars, Khadafi achetait la presse du PS et du PSU comme forme indirecte de soutien financier.

Pendant ce temps les USA sont sortis de l'Histoire. Et les pleurs d'Obama n'y changeront rien, lui qui est persuadé d'avoir bien compris l'islam réel (de même que Hollande, Fabius,  Cameron, Merkel, Lang), persuadé que les attaques militantes opérées aux USA sont le résultat principal de la possession d'armes. Cette prétention à mieux connaître l'islam que les musulmans radicaux est impressionnante, Jack Lang parle même de "religion de paix" alors qu'il s'agit de la paix de l'islam c'est-à-dire l'obéissance à son droit.

Ainsi, lorsqu'il est indiqué dans leur livre sacré qu'il faille traiter ses ennemis "avec droiture" cela signifie observe Louis Chagnon dans son dernier livre intitulé "Aux origines de l'État islamique" (éditions Godefroy de Bouillon, 2015, p.28) qu'il faille "leur soumettre les trois choix : se convertir à l'islam, payer ou être combattus".

Comme le dit Carl Schmitt dans "La notion de politique" il ne s'agit pas de haïr l'ennemi, ce n'est pas une question de bien ou de mal, on peut même commercer avec lui, précise Schmitt, il s'agit "juste" de le combattre parce qu'il est l'autre. D'où la grande force d'attraction d'une puissance qui vous désigne juste parce que vous êtes "autre", ce qui peut fasciner toute une frange de personnes qui en ont assez justement de ne pas savoir ce qu'ils sont, ou qui ne veulent pas s'assimiler à des gens que l'on leur a appris depuis leur plus jeune âge à haïr.

Ce retour de l'Histoire à l'ancienne ne peut alors guère plaire à tous ces technocrates du Politique qui restent persuadés qu'il suffirait de "déradicaliser" et donc de "rééquilibrer" pour que tout aille mieux dans le meilleur des mondes déséquilibrés possibles, or, non seulement il y a loin de la coupe aux lèvres, mais quand le vin est tiré il faut le boire, jusqu'à la lie.

Lucien SA Oulahbib 24/10/2016

Discuss this articleDiscuss this article

Imprimer ce texte Imprimer ce texte

1 663 vues

Tous les articles de Lucien SA Oulahbib

Share/Save/Bookmark

Trackback

Posted in: Alliance des civilisations-ARTV, Article Resiliencetv, Editorial de Resiliencetv-ARTV

 

Comments are closed. Please check back later.