Début d’année, fin de trêve

Les Brigades des martyrs d’Al-Aqsa, liées au Fatah, ont tenu le même discours. Elles ont annoncé samedi 31 décembre qu’elles ne s’estimaient « plus tenues » par la trêve des attaques anti-israéliennes en vigueur depuis un an et qui expirait samedi à minuit.

« Nous annonçons que nous ne sommes plus tenues par la prétendue trêve, et nous appelons toutes nos bases à se tenir prêtes pour porter leurs coups contre des positions de l’occupant et mener des attentats suicide sur tout le territoire israélien. Nous estimons que l’ennemi sioniste (…) est entièrement responsable de la récente escalade contre notre peuple dans le nord de la bande de Gaza et en Cisjordanie, ainsi que des massacres dont est victime le peuple palestinien sur tout le territoire », poursuit le communiqué.

A Gaza, l’année commence bien.

Un peu plus tôt dimanche, trois groupes armés palestiniens avaient revendiqué une série de tirs de roquettes contre Israël à partir de la bande de Gaza après l’expiration, à minuit heure locale, de l’accord sur la trêve de la violence.

Il faut souligner aussi l’enlèvement d’un italien, libéré quelques heures plus tard, et l’explosion du Club de l’Onu. Le personnel de l’ONU sera donc privé du petit réconfort qui consistait jusqu’à présent à siroter quelques boissons alcoolisées à l’abri des regards du Hamas. Signalons que cet endroit était le seul à proposer de l’alcool, les autres lieux ayant été fermés pour incompatibilité avec la foi musulmane.

Les groupes terroristes narguent ainsi le dirigeant palestinien Mahmoud Abbas, qui avait pourtant lancé un appel désespéré afin de stopper la situation d’anarchie dans les territoires sous son contrôle.

« L’Autorité palestinienne estime que le chaos sécuritaire et les violations de la loi constituent un danger menaçant nos aspirations nationales (…) Ils compromettent notre crédibilité internationale et servent Israël en lui donnant un prétexte pour faire obstacle à la paix et ne pas se retirer de la Cisjordanie », a affirmé M. Abbas dans un discours radio-télévisé.

Tensions au sein du Fatah…et du Hamas.

Le parti de Mahmoud Abbas vit, depuis quelques mois, des heures tendues. Les assauts et occupations violentes de bâtiments officiels se multiplient. Des membres armés et masqués du Fatah ont ainsi occupé pendant trois heures samedi à Gaza trois bâtiments officiels, dont ils ont expulsé tous les occupants.

Ils ont quitté les lieux après avoir obtenu la promesse de rencontrer des responsables au sujet de leurs demandes d’emplois. Le même scénario s’était déjà produit quelques jours avant à Bethléem.

Le Hamas serait-il à son tour gagné par des tensions internes? Le Cheikh Hassan Youssef, emprisonné depuis deux ans par Israël, s’est retiré aujourd’hui de la liste électorale du Hamas en vue des élections de janvier prochain.

Il a publié un communiqué faisant état de son désaccord avec la direction du groupe terroriste à l’étranger, menée par Khaled Meschal. Détenu à Ashkelon, il soutient une plus large implication du Hamas dans la vie politique palestinienne. Une idée incompatible avec la volonté de Meschaal de privilégier la poursuite des attentats-suicides contre les civils israéliens.(A7)

Curieuse conception de la trêve !

Les groupes terroristes dépendant du Hamas et du Fatah, soutenus financièrement par la Syrie, l’Iran et…l’autorité Palestinienne, ont une bien curieuse notion de la trêve.

Les attentats suicide n’ont jamais cessé depuis une année. La dernière tentative en date s’est soldée par la mort d’un jeune officier lors de l’arrestation d’un kamikaze, Ala a-Sadi, 23 ans, policier originaire de Jénine.

Israël envisage depuis quelques mois toutes les éventualités, dont celle du chaos total dans les Territoires. Un officiel du Ministère des Affaires Etrangères, sous le couvert de l’anonymat, a déclaré : « Nous devons défendre nos intérêts et nous préparer à un éventuel effondrement de l’Autorité palestinienne, car le chaos qui règne dans les territoires palestiniens fait craindre un regain d’activités terroristes et une influence croissante dans la région de l’Iran, de la Syrie et d’Al-Qaïda ».

Si un attentat-suicide devait à nouveau réussir, on entendra alors Mahmoud Abbas déplorer cet acte en arguant du fait que cela nuit aux intérêts du peuple palestinien. Il n’aura, comme il est d’usage désormais, aucun mot de compassion pour les victimes de ces actes de pure terreur.

Il n’y a pas à dire, l’année 2006 commence vraiment bien.

Pierre Lefebvre © Primo Europe

4/1/2006

Discuss this articleDiscuss this article

Imprimer ce texte Imprimer ce texte

830 vues

Tous les articles de

Share/Save/Bookmark

Trackback

Posted in: Non classé

 

Comments are closed. Please check back later.