Philippe Gélie du Figaro ou parler pour ne rien dire

Voilà la gageure : quel pire ? On ne sait pas trop à lire l’article du prétentieux correspondant du Figaro au USA qui parle d’embrouille référentielle des USA au niveau historique alors que la France de ce côté évidemment ne peut que s’enorgueillir de victoire sans faille : la France a gagné en Indochine, en Algérie, si si, et même au Rwanda dernièrement, ne parlons pas de la Côte d’Ivoire, où c’est évidemment le triomphe absolu…Quant au Liban… le Tchad…

De qui se moque t-on ? La politique chiraquienne que défend Le Figaro bec et ongles est un échec : total. Pour preuve, le fait qu’Al Keida, loin de remercier Chirac et le Figaro de leur solide anti-bushisme les menace de tous les maux parce qu’ils soutiennent les généraux mafieux arabo-islamiques algériens.

En réalité, Le Figaro et toute la clique chiraco-gauchiste affiliée de plus en plus à la démagogie électoraliste des Démocrates américains, préfère s’aveugler en montrant du doigt Israël comme cause ultime de l’islamisme plutôt que de critiquer leur enfant maudit qu’ils couvent tous, le national-islamisme, dont la corruption est telle qu’elle engrange ses propres virus mortels en passe de mordre la main qui les nourrit ! Car à l’évidence Le Figaro, Chirac, le Quai d’Orsay, sont des créatures, ignares, de cette mouvance anti-anglosaxonne qui préférait déjà au XIXème siècle s’abandonner dans des bras turcs en refusant d’aller secourir les Grecs puisque la France se voulait une « puissance musulmane » par défaut, ayant échoué lamentablement aux Indes et aux USA, Napoléon 1er vendant la Louisiane pour trois francs six sous, Louis XV abandonnant Montcalm et Dupleix, la série d’abandon n’est pas nouvelle et Le Figaro chiraquisé jusqu’aux derniers neurones non encore abimés perpétue les antiennes que toute la presse répercute, persuadée de son triomphe à chaque difficulté rencontrée sur le terrain irakien. Et c’est cela qui est abject.

Parce que nos piètres stratèges, relayés par CNN ces temps-ci tant TFI n’en fait pas assez, restent persuadés qu’au fond c’était mieux sous Saddam, les morts se comptaient par dizaines de milliers, voire centaines de milliers, mais, au moins,personne n’était au courant et Bagdad avait ses quatre heures d’électricité pendant que le reste du pays c’était le noir : aujourd’hui c’est l’inverse… Mais cela ne va pas ! et vite vite vite allons interviewer la chrétienne du coin pour qu’elle explique que c’était mieux « avant », mais , bien sûr aucun Kurde, shiite non extrémiste (80% de la population) ne sera interviewé : on fera plutôt des reportages sur les expatriés, espérons que les médias démocrates feront de même pour les deux millions de Français qui ont fui la France depuis vingt ans…Les irakiens n’en sont encore qu’à quelques centaines de milliers : CNN et TF1 ont de la marge…

Au fond, la solidité des convictions journalistiques tiennent sur deux socles : l’Irak et le réchauffement médiatique (avec les cétacés comme alliés éventuellement, surtout contre ces sales japs bouffeurs de baleines) : or, si vous arrivez à démontrer l’inanité de leur fondement, c’est la victoire assurée, mais c’est le délerlement de haine entre-temps ; comme on peut l’observer dans la quasi totalité des médias français: Israël est la cause de l’islamisme au même titre que l’activité humaine est la cause du réchauffement climatique. Dire le contraire relève désormais du négationnisme, de l’asile : islamophobie à soigner évidemment.

A Resiliencetv, à France-Echos, nous nous entêterons à penser le contraire et à faire en sorte de détromper les lanceurs de sortilège en chérissant de plus en plus fortement Galilée qui osa s’élever contre les Autorités, unanimes, de son temps.

18/2/2007

Discuss this articleDiscuss this article

Imprimer ce texte Imprimer ce texte

1 271 vues

Tous les articles de

Share/Save/Bookmark

Trackback

Posted in: Non classé

 

Comments are closed. Please check back later.